Liban

Ce qui se cache derrière l’escalade de Baabda...

Éclairage
16/11/2017

Le président de la République, Michel Aoun, a affirmé hier devant ses hôtes que le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri était "détenu" en Arabie saoudite, qualifiant cet acte d'agression contre le Liban, lequel fera tout ce qu'il faut, y compris au niveau des capitales de décision, pour réclamer la libération du président du Conseil et son retour au Liban.

Le Premier ministre Saad Hariri n'a pas attendu longtemps avant de répondre au président de la République en assurant, via Twitter, qu'il était sain et sauf et qu'il retournait au Liban, comme il l'avait promis. La famille Hariri a également répondu au chef de l'État, assurant à son tour que les propos relatifs à sa détention sont faux.

 

Quoi qu'il en soit, la position du chef de l'État a créé la surprise, dans la mesure où le retour de Saad Hariri était attendu avant dimanche, selon des sources de retour de Riyad. L'escalade du Liban officiel en a étonné plusieurs, aussi bien dans les milieux diplomatiques que politiques.

À titre d'exemple, les Forces libanaises (FL) ont fait part de leur étonnement face à ce durcissement de ton à l'heure où la crise était réglée en douce. Les milieux FL ont également été stupéfaits par les informations selon lesquelles Baabda envisageait de faire appel à l'ONU pour la libération de Saad Hariri et sa famille.

 

(Lire aussi : La France débloque la crise et assure le retour de Hariri à Paris)

 

Pour un diplomate arabe, l'absence de démenti concernant ces informations officieuses est grave, d'autant qu'une plainte d'un pays arabe contre un autre à l'ONU reste un événement sans précédent. Sans compter le danger d'une telle démarche dans un contexte régional en ébullition, à l'heure où la Ligue arabe se réunit dimanche au Caire à la demande de Riyad pour discuter des ingérences iraniennes dans le monde arabe, et au Liban plus particulièrement.

Des sources proches du courant du Futur, elles, estiment que la position en flèche de Baabda constitue une réponse à la visite du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, à Riyad et à l'accueil exceptionnel qui lui a été réservé. Il s'agirait aussi d'une réaction aux propos de Mgr Raï après sa rencontre avec Saad Hariri, selon lesquels il était convaincu des motifs de la démission du Premier ministre.

Des milieux loyalistes estiment, pour leur part, que le chef de l'État veut simplement préserver la patrie et ses fils, conformément à son serment constitutionnel. Il a attendu en vain, durant 12 jours, le retour de Saad Hariri pour que ce dernier lui explique les causes de sa démission à partir de l'étranger et pour discuter des solutions. D'autant que cette démission a été accompagnée de certaines prises de position, puis suivie d'un entretien télévisé où il a proposé des solutions. Partant, sa présence au Liban est nécessaire pour un entretien franc et sincère, surtout que les contacts avec lui à Riyad sont difficiles. L'entourage du président de la République est gêné par le manque de communication entre ce dernier et son Premier ministre, d'où le ton des propos de Michel Aoun hier matin.

 

(Lire aussi : Hariri à Paris « incessamment »)

 

De son côté, le Hezbollah garde le silence, laissant à ses alliés le soin d'exprimer leur rejet du rôle négatif joué par l'Arabie saoudite et de gloser sur la mise en résidence surveillée de Saad Hariri. La pression doit donc rester sur Riyad, mise sur le banc des accusés, pour ne pas parler de Téhéran.

La rue sunnite a interprété quant à elle la position de Baabda comme un refus de la feuille de route pour une solution présentée par Saad Hariri lors de son entretien télévisé. Des milieux politiques sunnites qualifient en effet la réaction du chef de l'État d'inacceptable, la plaçant dans la foulée de la politique de l'autruche que le pouvoir continue de mener face aux causes de la démission du Premier ministre, en l'occurrence l'hégémonie iranienne sur la décision libanaise. L'hostilité du pouvoir à l'égard de Riyad constituerait donc une tentative de ne pas parler de ce qui ne va pas : la mainmise de Téhéran sur le pays du Cèdre.

Des sources bien informées rapportent dans ce cadre que le Premier ministre Saad Hariri ne voulait pas recevoir l'émissaire iranien Ali Akbar Wilayati lors de sa dernière visite au Liban, mais qu'il l'a fait face à l'insistance du président de la République et du président de la Chambre. Ce sont les positions exprimées par le dirigeant iranien concernant « la victoire de la résistance » au Liban, après la visite, qui ont fini d'envenimer la relation avec Riyad.

Il reste à savoir si la France, grâce à ses efforts intensifs pour désamorcer la crise et préserver la stabilité dans la région, pourra bloquer l'escalade en cours. Faute de quoi, la situation pourrait exploser dimanche, lors de la réunion de la Ligue arabe au Caire, comme l'a dit le ministre démissionnaire de l'Éducation, Marwan Hamadé.

 

 

Lire aussi

La visite de Raï à Riyad fait la une des quotidiens saoudiens, photo et croix à l’appui

Retour sur les principaux développements depuis l'annonce de la démission de Hariri

Pour ou contre Hariri, les Libanais veulent son retour d'Arabie saoudite

 

Le maintien de Hariri en détention est un acte hostile envers le Liban, affirme Aoun

 

Bassil à Rome : Aucune raison pour que Hariri ne rentre pas au Liban

 

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

admettons que hariri est bien sequestre en arabie,
oserait on admettre que l'Iran fait la pluie et le beau temps au Liban ?
SELON LE VRAI POUVOIR - donc Hezb,aoun, gentil gendre ( exclure berry) NON NON ET NON . l'Iran n'est qu'un protecteur du Liban- benevole il faut le preciser.

de ttes les manieres un nouveau dilemme se pose a nous,pauvres heres :
"l'ingerance" ""ds les affaires internes libanaises""" duquel de ces 2 pays preferons nous ?

en fait de dilemme rien de nouveau je me trompais :
""the story of lebanon's life "" n'est ce pas .








Irene Said

Messieurs Michel AOUN et Gebran BASSIL,
vous êtes les fondateurs et actuels responsables du C.P.L. = "COURANT PATRIOTIQUE LIBRE"
ainsi que chef de l'Etat Libanais et ministre des affaires étrangères.

"COURANT PATRIOTIQUE LIBRE"

Messieurs Michel AOUN et Gebran BASSIL,
vous estimez-vous "patriotes et libres"
quand vous exécutez à la lettre les directives d'Iran via le Hezbollah ?
Des directives qui plongent maintenant le Liban dans des problèmes à dimension internationale, dont celui de Saad Hariri.
Cela ne trompe plus personne de faire diversion en accusant l'Arabie Séoudite d'être la source du problème avec Saad Hariri.
Tout le monde sait parfaitement que l'origine de ce problème est dans la main-mise de Téhéran sur le Liban via le Hezbollah !

Irène Saïd

Henrik Yowakim

Des milieux loyalistes estiment, pour leur part, que le chef de l'État veut simplement préserver la patrie et ses fils, conformément à son serment constitutionnel

PRÉSERVER LA PATRIE ET SES FILS?????

A LA BONNE HEURE ET ASSEZ RIGOLÉ

QU'IL COMMENCE PAR RÉCLAMER LA LIBÉRATION DE MILLIERS DE SES "FILS DE LA PATRIE" LIBANAIS QUI POURRISSENT DANS LES GEÔLES SYRIENNES DEPUIS DES DÉCADES

OU MÊME LA LIBÉRATION DE L'INGÉNIEUR JOSEPH SADER ENLEVÉE IL Y A QUELQUES ANNÉES SUR LA ROUTE DE L'AIB SOUS LE NEZ DES FORCES DE SÉCURITÉ ET LA BARBE DES ADORATEURS DU PARTI DU DIABLE

Henrik Yowakim

Ce qui se cache derrière l’escalade de Baabda

DERRIÈRE L'ESCALADE DE BAABDA

SE CACHE LE MÊME ESCALIER IRANIEN

QUI A PERMIS A L'ACTUEL LOCATAIRE DE BAABDA D'ACCÉDER A BAABDA

ÉVIDEMMENT GRÂCE AU MARCHÉ DE DUPES CONCLU AVEC LES 2 MARCHES PIEDS LIBANAIS SHEIKH HAHA RIRI ET SIRE GAGAAAAA

Georges MELKI

Cela fait dix jours que Saad El Hariri promet de retourner au Liban "dans les deux jours"! C'est complètement inadmissible de vouloir disculper l'Arabie Saoudite de cet acte contraire à toutes les lois internationales, quelles que soient les réserves des Saoudiens vis-à-vis des activités du Hezbollah dans la région, elles aussi inadmissibles...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE VOEU D,AGGRAVER LES CHOSES POUR ATTEINDRE LE NON RETOUR SOUHAITE DE HARIRI MALRE LES PLEURS HYPOCRITES AFIN DE NE PAS ETRE OBLIGE DE PARLER DE QUI L,A MENACE NI DE LA DISTANCIATION OU DE LA 1701... SUR ORDRE DE TEHERAN !

Irene Said

"...Baabda envisageait de faire appel à l'ONU pour libérer Saad HARIRI et sa famille..."

Encore une idée pour ridiculiser le Liban devant la communauté internationale ?

"Messieurs de Baabda", demandez plutôt à l'ONU de libérer le Liban d'une milice illégale armée par l'Iran et qui ne nous cause que des problèmes à l'intérieur de notre pays ainsi qu'à l'extérieur !

Ayez enfin le courage d'agir uniquement pour le salut du Liban, et laissez les Iraniens et les Saoudiens s'entretuer sur leur propres territoires, il y a chez eux assez de place et de moyens financiers pour cela !
Irène Saïd



Yves Prevost

Ainsi, Mr Gendre a déployé des efforts tous azimuts ' dont il va certainement se vanter par le suite - pour enfoncer une porte qui n'a jamais été fermée : celle de la "prison" de Hariri. Pourquoi n'est-il pas aussi actif pour réclamer la fin de l'ingérence iranienne dau Liban ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.