X

À La Une

Michel Aoun annonce "la victoire du Liban contre le terrorisme"

Liban

La région des jurds de Ras Baalbeck et de Qaa "est retournée dans le giron de l'État"", se félicite le commandant en chef de l'armée.

OLJ
30/08/2017

Le président libanais, Michel Aoun, a annoncé mardi, entouré du commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun, et du ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, "la victoire du Liban contre le terrorisme". Cette annonce intervient alors que l'armée libanaise a chassé les jihadistes du groupe État islamique (EI) de la frontière libano-syrienne dans le cadre de l'opération "L'aube des jurds" et a récupéré les corps présumés des militaires qui avaient été enlevés par l'EI en août 2014.

"Aujourd'hui, nous annonçons la victoire du Liban contre le terrorisme et j'offre cette victoire à tous les Libanais", a déclaré M. Aoun. "Je félicite le commandement de l'armée pour cette réussite", a-t-il ajouté, en rendant hommage aux martyrs de l'armée tombés au cours de la bataille. "Nous aurions souhaité célébrer (la victoire) avec vos camarades qui avaient été retenus otages. Notre seul réconfort est que nous les avons trouvés et connaître leur sort était un des objectifs de la bataille", a dit M. Aoun en s'adressant aux militaires. "Le Liban restera fidèle à ses martyrs", a encore assuré le président.

Le chef de l’État libanais a aussi salué "les habitants des régions frontalières qui ont tenu bon sur leur terres", leur promettant de s'occuper d'eux et du développement de la région. "Le Liban a gagné contre le terrorisme et sa victoire a été grande et honorable. La frontière est revenue dans le giron de la patrie grâce à l'armée qui a prouvé qu'elle est une armée forte, la seule qui a réussi à faire tomber l'EI", a encore dit M. Aoun.


"Protéger la victoire"
Alors qu'elle s'apprêtait à lancer l'ultime phase de sa bataille contre les jihadistes de l'EI retranchés dans les jurds (hauteurs) de Qaa et Ras Baalbeck, l'armée avait annoncé dimanche matin un cessez-le-feu pour laisser place aux négociations sur le sort des otages militaires. Cet accord a été scellé par le Hezbollah, qui combattait l'EI avec l'armée syrienne à partir de la Syrie. Dans le cadre de cet accord, les quelque centaines des combattants de l'EI présents dans "la région du Qalamoun (ouest de la Syrie) et dans ses environs au Liban doivent être transférés dans la ville de Mayadine dans la province de Deir ez-Zor" toujours tenue par l'EI. En échange, le groupe jihadiste a révélé des informations concernant les dépouilles mortelles des militaires libanais. Il doit aussi libérer des combattants du Hezbollah détenus en Syrie. Mais une frappe de la coalition antijihadiste dirigée par Washington a bloqué le convoi aux portes de Deir ez-Zor, près de 48 heures après son départ de la zone frontalière.

 

(Lire aussi : Un raid de la coalition bloque en Syrie le convoi des jihadistes de l'EI évacués du Liban)

 

"Sachez que votre armée a réussi à faire ce que d'autres États n'ont pas réussi à faire, a insisté M. Aoun en s'adressant aux Libanais. "Ne laissez pas les tensions politiques et les accusations de ces derniers jours vous faire oublier la victoire, a-t-il dit. Il est de notre devoir à tous de protéger cette victoire par notre solidarité nationale et en nous lançant dans des projets de développement économique pour accompagner les aspirations des libanais et leurs espoirs". 

Ces derniers jours, les conditions de la transaction entre le Hezbollah et l'EI, plus précisément la clause du transfert des jihadistes vers Deir ez-Zor ont suscité une grande indignation dans les milieux politiques, mais aussi au sein d'une large partie de l'opinion publique qui, à travers les réseaux sociaux, a dénoncé le fait que les jihadistes aient pu bénéficier d'impunité après avoir exécuté des soldats libanais et soient partis à bord de "bus climatisés".

Onze militaires avaient été enlevés en août 2014 par l'EI à Ersal. Deux (Ali Sayyed et Abbas Medlej) avaient été décapités la même année, et un troisième avait fait défection. Le corps de Ali Sayyed avait été restitué à sa famille. Celui de Abbas Medlej fait probablement partie des dix dépouilles retrouvées et qui sont en cours d'identification.
Huit de ces dépouilles appartiendraient aux soldats qui étaient toujours détenus par le groupe jihadiste. La neuvième serait celle d'un soldat porté disparu depuis les combats. Six des dix dépouilles retrouvées ont été formellement identifiées suites à des tests ADN, a annoncé l'armée mercredi. A l'annonce des résultats de ces tests, une journée de deuil national sera décrétée, ont promis les responsables militaires et politiques.

 

(Reportage : Martbaya est tombée, il reste à nettoyer la zone »)

 


Retour "dans le giron de l'État"
Prenant ensuite la parole, le commandant en chef de l'armée a déclaré : "Au nom du Liban et des militaires, j'annonce la fin de l'opération "L'aube des jurds" qui avait débuté le 19 août et qui a rempli ses objectifs : chasser les terroristes et connaître le sort des otages militaires".  "J'ai entendu beaucoup demander 'pourquoi l'armée n'a pas continué la bataille' (...) mais j'avais des responsabilités à assumer", a affirmé le commandant en chef de l'armée.

 

 

 

Détaillant l'opération, il a indiqué que "certains terroristes ont choisi de se battre et ont été tués et d'autres ont fui vers la Syrie". "Nous avons rencontré des difficultés dans la dernière poche jihadiste en raison de la présence de civils, proches des combattants, a-t-il ajouté, précisant que l'armée a tout fait pour éviter de porter atteinte aux civils. "L'armé est entrée à Kherbat Daoud et Wadi Martbaya et s'est assurée qu'il n'y a plus de jihadistes dans la région", a assuré le général Aoun. Il a également précisé que l'armée n'a arrêté aucun jihadiste de l'EI et que sept militaires ont été tués lors de l'opération.

La dernière victime est Aref Dib, décédé le 29 août 2017 des suites de ses blessures provoquées par l'explosion d'une mine dans le jurd de Ersal neuf jours auparavant. Il avait 34 ans, était père d'un enfant et originaire de Denniyé. Il avait rejoint les rangs de l'armée à l'âge de 23 ans.

 

 

Avant de se rendre à Baabda, le commandant en chef de l'armée avait, lui aussi, officiellement annoncé que la région des jurds de Ras Baalbeck et de Qaa "est retournée dans le giron de l’État". "Ce qui nous fait mal dans cette victoire, c'est le douloureux sort de nos camarades martyrs qui avaient été otages (de l'EI) et qui ont souffert de la brutalité du terrorisme (...)", a-t-il dit en présentant ses condoléances aux familles de "ces héros". "Nous ne vous oublierons jamais", a-t-il ajouté. 

Et de poursuivre : "Cette réalisation remarquable dans le parcours de l'armée que vous avez accomplie grâce à votre compétence, votre esprit héroïque et votre courage, tourne une page douloureuse de notre vie nationale. "Il y aura toujours devant vous des difficultés et des défis", a-t-il dit en évoquant "l'ennemi israélien qui se trouve toujours à la frontière-sud", ainsi que les cellules terroristes. "Soyez toujours en état d'alerte pour faire ce que vous dicte le devoir militaire, afin de défendre la frontière et chaque parcelle de la patrie", a conclu le commandant en chef de l'armée.

 
En fin d'après-midi, un accueil populaire a été organisé dans plusieurs villes libanaises pour les militaires rentrant des jurds. Des rassemblements ont ainsi eu lieu à Ras Baalbeck et Qaa, dans la Békaa, et à Batroun au nord de Beyrouth, de même qu'à Chekka et Kobeyate. Une cérémonie symbolique s'est également déroulée au siège du ministère de la Défense à Yarzé, dans la banlieue sud-est de la capitale.

 

 

 

 

Lire aussi

La polémique autour de la question des otages militaires enfle

Les huit corps sont ceux des militaires libanais capturés par l'EI en 2014, assure Abbas Ibrahim

Les Irakiens s’estiment lésés par l’accord pour sécuriser la frontière libanaise

Geagea : Les véritables motifs du marché conclu avec l’EI sont différents de ceux annoncés

Pour le Futur, « le vrai visage du Hezbollah est apparu ces derniers jours »

Nasrallah célèbre la « seconde libération » du Liban, « que le gouvernement la reconnaisse ou pas »...

Les parents des militaires assassinés exigent une commission d'enquête « pour (commencer à) guérir la plaie »...

Pour Aoun, après la bataille du jurd, une page «lumineuse» est en train de s'écrire, le décryptage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JUBILER AUJOURD,HUI C,EST PLEURER DEMAIN !

Bery tus

Hahah Mr lee président ils vous ont devancé!! C'est à se demander c'est qui, qui dirige le liban

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE LA CONCORDE NATIONALE SOIT L,ABOUTISSEMENT DU SANG VERSE PAR LES MARYRS DE L,ARMEE ET CEUX DU HEZBOLLAH !

Sarkis Serge Tateossian

L'armée est le socle du pays des cèdres. Le peuple et l'armée libanaise se confondent, l'un n'a pas d’existence sans l'autre. Sa mission première est d’assurer la sécurité de l’état, la défense de ses intérêts et la protection de ses populations et territoires vis-à-vis d’une menace extérieure. Les épreuves qu'elle vient de vivre en sont l'exemple même !

Tous derrière l'armée libanaise, sa force est la notre.

Une pensée affectueuse et respectueuse aux martyres de la nation libanaise et à leurs familles

ACE-AN-NAS

Dieu merci Commandante Kheneral Phare AOUN que vous êtes à la manoeuvre avec vos allies du hezb résistant. Une synergie victorieuse face à la barbarie wahabite bensaoud manipulee par le plus horrible des regimes sur terre .

La fin de ces mercenaires wahabites et de leur manipulateur est proche , choisissez votre camp , les résistants savent qui est qui et pour qui il bosse .

LAST TRAIN TO FREEDOM , TAKE IT OR LEAVE IT .

John

Pas de commentaires...

Que nos martyrs trouvent la paix eternel la haut et veillent sur le pauvre Liban de chez eux.

ACE-AN-NAS

Désormais il existe 3 plaies pour israel pays usurpateur et apartheidique .

La résistance du hezb , l'état libanais et la Syrie du HÉROS BASHAR grand vainqueur de cette guerre par procuration que lui ont livré l'alliance wahabo-sioniste , d'après ce que ford l'ancien ambassadeur américain en Syrie a déclaré en personne .

L'amerique de trump-pete ne pourra rien y faire , pas plus que l'europe prise en otage par les lobbies juifs qui les gangrènent.

Le temps presse ET L'HISTOIRE RISQUE À TOUT MOMENT DE RATTRAPER CEUX QUI ONT TRAHI .

Le Faucon Pèlerin

Gloire à l'héros Aref Dib de Denniyé, blessé au Champ d'Honneur sur le champ de bataille de la patrie reconnaissance. Il vient de décéder des suites de ses blessures.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué