X

À La Une

Échange de corps entre le Hezbollah et Fateh el-Cham après le cessez-le-feu dans le jurd de Ersal

Liban

La deuxième étape débute lundi matin.

OLJ
30/07/2017

L'échange de corps de plusieurs combattants entre le Hezbollah et le Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra), en application de la première étape de l'accord qui suit le cessez-le-feu conclu jeudi entre le parti chiite et les jihadistes dans le jurd de Ersal (Békaa), s'est achevé dimanche soir.

Lancée vers midi, l'opération, supervisée par la Sûreté générale avait repris aux alentours de 17 heures après un retard d'ordre logistique concernant l'identification des corps des combattants du Hezbollah.

 

Quatre corps récupérés
Ainsi, le parti chiite a récupéré cinq corps de ses combattants tués lors de la bataille du jurd de Ersal.

Les dépouilles mortelles de Kassem Mohammad Ajami et d'Ahmad Hajj Hassan ont quitté Wadi Hmayed, dans le jurd de Ersal, à bord de véhicules de la Croix-Rouge libanaise, en direction de Laboué, où ils ont été accueillis par la foule, dans les locaux du commandement de la neuvième brigade de l'armée libanaise, sous la supervision de la Sûreté générale.

L'inhumation d'Ahmad Hajj Hassan a été reporté à demain, a-t-on appris dans la soirée, car son fils et son frère n'ont pas reconnu le corps. De nouveaux prélèvements ADN vont être effectués.

Les corps de Hassan Ali Charif et de Gahgah Mohammad Jaafar, déterrés dans le jurd de Ersal, ont été récupérés à Wadi al-Khayl, dans le jurd, par des véhicules du "comité sanitaire islamique", qui passeront par Younine, avant de se rendre à l'hôpital Dar el-Hekmé à Baalbeck, pour effectuer des prélèvements ADN.

Le transfert d'un cinquième corps, conservé par les Saraya Ahl el-Cham, groupe jihadiste qui avait combattu les premiers jours de la bataille du jurd contre le Hezbollah avant de négocier son retrait des combats, a été effectué dans la soirée, selon le média du parti chiite. Il s'agit de celui de Moustapha Maqdam.

 

Les corps des combattants du Hezbollah déterrés dans le jurd de Ersal

 

Neuf corps de jihadistes remis
En contrepartie, une femme, Mayda Allouche, et son fils, ont été remis au Fateh el-Cham par la Sûreté générale qui les avaient arrêtés.

Plus tôt dans la journée, neuf cadavres de jihadistes tués lors des combats ont été remis à la SG par le "comité sanitaire islamique". Les corps des combattants de Fateh el-Cham ont été acheminés vers midi et demi à Laboué, dans les locaux du commandement de la neuvième brigade de l'armée. La CRL les a ensuite transportés vers le Hermel.

 

 

En fin d'après-midi, les neuf dépouilles mortelles ont quitté l'hôpital Batoul, à Hermel, dans des véhicules du "comité sanitaire islamique" en direction de l'entrée de Laboué, où les corps ont été réceptionnés vers 18 heures par la 9e Brigade. Le CRL a ensuite transporté les dépouilles mortelles dans la soirée à Ersal, puis à Wadi Hmayed, afin de les remettre aux jihadistes.

Le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui a mené les négociations entre le parti chiite et les islamistes, s'est rendu sur place pour superviser l'échange des corps.

Dans la soirée, la chaîne locale LBCI a indiqué que plusieurs réfugiés syriens avaient trouvé la mort à Ersal sur fond de disputes autour des opérations de transfert, sans donner plus de précisions.

 

(Reportage : En "tournée" avec le Hezbollah dans le jurd de Ersal)

 

Après cette opération, l'accord prévoit la libération de miliciens du Hezbollah capturés et le transfert vers le nord de la Syrie, à Idleb, de combattants de Fateh el-Cham, ainsi que des civils qui souhaiteront les accompagner. Cet échange devrait avoir lieu lundi matin, a annoncé le média de guerre du parti chiite.

Selon LBCI, les combattants du parti chiite libérés seraient au nombre de huit. La chaîne locale a donné les noms de cinq d'entre eux dans la soirée : Hassan Nazih Taha, Mohammad Mahdi Hadi Cheaïb, Mohammad Jawad Hadi Yassine, Moussa Kourani et Ahmad Mezher. Les trois autres combattants ont été faits prisonnier alors qu'ils s'étaient égarés dans le jurd de Ersal lors de la dernière bataille, selon LBCI.

Selon l'agence nationale d'information (officielle), le nombre de personnes souhaitant rejoindre Idleb (jihadistes et civils réfugiés syriens) s'élève à 10.800. Fateh el-Cham a ainsi fourni aux agences concernée les noms de 7.800 personnes à ce jour. Le groupuscule Saraya Ahl el-Cham, également concerné par l'accord, a quant à lui fourni les noms de 3.000 de ses combattants et de leur proches qui souhaitent s'installer dans le Qalamoun syrien.

Certains sources indiquent que des membres et sympathisants du Fateh el-Cham présents dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué, à la lisière de Saïda, au Liban-Sud, pourraient également faire partie des individus concernés par ce transfert.

L'ex-Front al-Nosra, ancienne branche syrienne d'el-Qaëda, était présent depuis des années dans la zone montagneuse du jurd de Ersal.

Le cessez-le-feu a mis fin à une semaine d'intenses combats durant lesquels les combattants du Hezbollah ont acculé les jihadistes dans une zone de près de 5 km². Le parti chiite a repris la quasi-totalité du secteur durant une brève offensive la semaine dernière, qui a coûté la vie à quelque 150 combattants jihadistes et une vingtaine de combattants chiites.

Les yeux sont actuellement rivés sur les deux bourgades chrétiennes voisines, Qaa et Ras Baalbeck, sur les hauteurs desquelles les jihadistes du groupe État islamique sont retranchés. Le début d'une offensive pour les déloger semble imminent, selon plusieurs sources. C'est l'armée libanaise qui devrait lancer cette fois-ci l'assaut.

 

 

Voir aussi

Retour, en images, sur l'offensive du Hezbollah dans le jurd de Ersal

 

Lire aussi

Bataille du jurd : un accord avec Fateh el-Cham pour encourager Daech... par Scarlett Haddad

Nasrallah : La décision de lancer la bataille du jurd de Ersal n'était ni syrienne ni iranienne

L'armée poursuit son déploiement à Qaa et à Ras Baalbeck

La polémique sur le monopole de la violence continue d'enfler...

À l’écoute de la Muette, l'édito de Issa Goraïeb

Face au triptyque du Hezbollah, stratégie de défense et « notion d’État » resurgissent

La bataille de Ersal, pour compenser les pertes subies en Syrie ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

EL RIZ Mohamed

L'armée légale comme certains disent a des lances-pierres pour se battre. Dites à vos amis occidentaux de les armer comme ils arme et DAESH et nous nous chargerons de convaincre les gars du Hezbollah d'aller passer deux semaines en thalasso en Iran pendant que nos forces armées libèrent nos territoires...

ACE-AN-NAS

Échange de martyrs combattants de la resistance libanais contre des bactéries importées de bensaoudie et manipulées par israel.

C'est bien dommage. .. ces bactéries iront remplir les poubelles de l'histoire d'un complot qui aura foiré face à la resistance héroïque du HEZB RÉSISTANT LIBANAIS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE L,ARMEE OU LE HEZB FASSE CE NOUVEAU JOB PEUT IMPORTE MAINTENANT... CE QUE A ETE FAIT PAR ACCORD A ETE FAIT ET CE QUE SE FERA SE FERA ! ON AURAIT PREFERE QUE TOUT FUSSE FAIT PAR L,ARMEE LEGALE...

ACE-AN-NAS

NOUS SOUHAITONS QUE L'ARMEE LIBANAISE VIENNE A BOUT DE CES BACTERIES WAHABITES, MANIPULEES PAR israel , MAIS AU CAS OU ELLE AURAIT BESOIN D'AIDE LA RESITANCE DU HEZB LIBANAIS SE FERAIT UN PLAISIR DE LE FAIRE ...

L'UNION FAIT LA FORCE ..

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué