X

À La Une

Présidentielle en France : la campagne entre dans le vif avec un débat pugnace

France 2017

"On est onze candidats à l'élection présidentielle, il y en a cinq ici, ça pose une question démocratique", a estimé François Fillon.

OLJ/AFP
20/03/2017

Une heure d'échanges plutôt policés puis un débat qui s'anime et va crescendo: les cinq principaux candidats à l'élection présidentielle sont entrés lundi soir sur TF1 dans le vif de la campagne à moins de cinq semaines du premier tour.


Exercice inédit sous la Ve République avant un premier tour, François Fillon, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se sont affrontés dans un long débat de trois heures trente qui a laissé au deuxième plan les affaires ayant secoué la campagne.
François Fillon, empêtré depuis fin janvier dans l'affaire d'emplois familiaux présumés fictifs de collaborateurs parlementaires, a concédé avoir "pu commettre des erreurs".


D'entrée, c'est TF1, la chaîne organisatrice, qui a été la première cible: François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont critiqué le format du débat, regrettant l'absence des six autres candidats validés par le Conseil constitutionnel (Jean Lassalle, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, François Asselineau, Philippe Poutou, Jacques Cheminade). "Nous sommes 11 candidats, il y en a cinq ici, cela pose une question démocratique", a affirmé en préambule M. Fillon, le premier des cinq invités à s'exprimer.

 

(Lire ici : Les principales déclarations du premier débat)

 


Sur le fond, après des successions de divergences sans grand éclat comme sur l'apprentissage, ce sont les thèmes de la sécurité et l'immigration, puis la laïcité (lire ici) et l'islam qui ont fait monter la tension.

Alors que Marine Le Pen explique qu'elle "ne reconnaît pas les communautarismes", elle est interrompue par Benoît Hamon : "Ah oui ! la laïcité, comme ça vous arrange... " Du port du voile, Marine Le Pen passe à celui du burkini et ironise : "Je sais que vous êtes pour, M. Macron !". Et le candidat d'En Marche ! de répliquer : "Le burkini n'a rien à voir avec la laïcité (...) Le piège dans lequel vous êtes en train de tomber, c'est de diviser la société !"
M. Mélenchon lui aussi s'enflamme contre la présidente FN: "Vous ne pouvez pas aller jusqu'à établir une police du vêtement dans la rue ! Avez-vous l'intention d'empêcher les gens qui portent les cheveux verts?"


Emmanuel Macron, favori des sondages avec la candidate FN pour accéder au second tour, a été la cible de tous, mais a évoqué régulièrement des points d'accord avec certains de ses rivaux, dont François Fillon.
"C'est le vide sidéral" (lire ici), "vous arrivez à parler sept minutes et je suis incapable de résumer votre pensée", a attaqué Marine Le Pen. "Vous vous ennuieriez si je n'étais pas là", a ironisé M. Macron, également visé par Benoît Hamon sur son indépendance à l'égard de ses nombreux donateurs de campagne. Un point sur lequel Marine Le Pen a également attaqué M. Macron (lire ici).


Marine Le Pen a aussi souvent été prise pour cible, notamment quand Benoît Hamon l'a accusée d'être "droguée aux pages faits divers" ou quand Jean-Luc Mélenchon l'a accusée d'"agiter des fantasmes à tout propos". "Je veux arrêter l'immigration, c'est clair, et j'assume tout à fait mon propos", a clamé la dirigeante frontiste. (plus d'infos ici)

 

(Lire aussi : Présidentielle française : les programmes des candidats en dix points clés)

 

"Pas dans le même sac"
C'est sur les questions économiques que le candidat de la droite a marqué son désaccord avec elle: "Le vrai serial killer, c'est Marine Le Pen avec la sortie de l'euro, une inflation galopante (...)"

La question des retraites a également marqué des divergences entre les cinq candidats, François Fillon comparant le programme de Marine Le Pen à "la gauche en 1981" sur ce point, Jean-Luc Mélenchon voulant revenir au départ à 60 ans. (lire ici)


Sur le plan géopolitique, les relations France-Russie ont donné lieu à un vif débat entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, également en désaccord, moindre, sur le revenu universel mais plutôt en phase sur une large part du débat.


Avec seulement 66% des Français certains d'aller voter à cinq semaines du premier tour, selon une enquête du Cevipof, un des principaux enjeux pour les candidats était de convaincre quelque 15 millions d'indécis ou de possibles abstentionnistes.


Dans sa profession de foi d'introduction, François Fillon a dit vouloir être "le président du redressement national", quand Marine Le Pen a déclaré vouloir "être la présidente de la République française", "mais vraiment".
Jean-Luc Mélenchon, "dernier président de la Ve République", mettrait fin à "la monarchie présidentielle".
Quand Emmanuel Macron a assuré porter "un projet d'alternance profonde avec de nouveaux visages, de nouveaux usages", Benoît Hamon a promis d'être "un président honnête et juste", "indépendant par rapport à l'argent et aux lobbies".


Les affaires, qui ont occupé une large part de la campagne présidentielle avec l'affaire des emplois présumés fictifs de collaborateurs parlementaires dans la famille Fillon et celles des eurodéputés FN, sont restées au deuxième plan. "Ici, il n'y a que deux personnes qui sont concernées: M. Fillon et Mme Le Pen. Nous n'avons rien à voir avec tout ça, alors s'il vous plaît ne nous mettez pas dans le même sac", a lancé le candidat de La France insoumise.


Un des "petits" candidats absents du plateau, Philippe Poutou, a tweeté après le débat: "Des gros candidats mais sans grandes idées. Pas de prise en compte de l'urgence sociale, incapables de changement radical".


Deux autres débats sont prévus d'ici au 23 avril, sur BFMTV et CNews le 4 avril, sur France 2 le 20 avril, consacrant la télévision comme forum électoral renforcé, après quatre affrontements télévisés pour la primaire de la droite et autant à gauche.

 

 

Repère

Onze candidats sur les rangs pour la présidentielle française

Présidentielle en France : les affaires judiciaires de la campagne

 

 

Lire aussi

Pourquoi la course à l'Élysée ne fait que commencer

Des hauts et débat, la chronique de Frédéric Picard

Fillon, ou l’art d’accommoder les vestes

L'avocat franco-libanais Robert Bourgi reconnaît avoir offert des costumes de luxe à Fillon

Vers la fin du monopole droite/gauche en France ?

Quatre raisons pour lesquelles la présidentielle française est historique

 

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Transition en douceur à Riyad, pas d’impact prévu au Liban

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

RIP, internet !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.