X

À La Une

Présidentielle en France : les affaires judiciaires de la campagne

Repère

Fait inédit dans l'histoire des élections présidentielles en France, les trois principaux candidats en tête dans les intentions de vote au premier tour le 23 avril sont impliqués ou cités dans des affaires judiciaires. Voici un point par ordre alphabétique.

OLJ/AFP
16/03/2017

A droite, François Fillon, 63 ans
Le candidat de la droite a été inculpé mardi pour détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de bien sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

L'inculpation pour détournements de fonds publics correspond aux soupçons d'emplois fictifs de son épouse, Penelope, et de deux de ses cinq enfants, Charles et Marie, qui ont bénéficié de salaires d'assistants parlementaires pour des centaines de milliers d'euros.

Employée entre 1986 et 2013 par François Fillon et par son suppléant Marc Joulaud (2002-2007), Penelope Fillon a perçu 680.380 euros net, soit environ 3.600 euros mensuels net, selon l'hebdomadaire Canard Enchainé. François Fillon a lui-même révélé avoir employé ses enfants entre 2005 et 2007 quand il était sénateur, pour 3.000 euros par mois en moyenne.

 

(Lire aussi : Retour, à 40 jours du 1er tour de la présidentielle française, sur une campagne parasitée par les affaires)

 

De mai 2012 à décembre 2013, Mme Fillon a aussi été salariée comme conseillère littéraire par la "Revue des deux mondes", appartenant à un homme d'affaires proche de son époux, le richissime Marc Ladreit de Lacharrière. Ce volet correspond à l'inculpation pour recel et complicité d'abus de biens sociaux.

Enfin, François Fillon a été inculpé pour n'avoir pas déclaré un prêt de 50.000 euros sans intérêt accordé par Marc Ladreit de Lacharrière.

Par ailleurs, le déontologue de l'Assemblée nationale s'est saisi de la question des costumes de luxe offerts à François Fillon par "un ami", les montants en jeu (48.500 euros depuis 2012 selon l'hebdomadaire JDD) dépassant largement les dons autorisés par le code de déontologie du Parlement.

 

 

A l'extrême droite, Marine Le Pen, 48 ans
Visée par des affaires d'emplois fictifs et de financement illégal de campagne électorale, la candidate de l'extrême droite a refusé de répondre à une convocation des juges d'instruction, arguant de son immunité de parlementaire européenne.

Un de ses proches, Frédéric Chatillon, a été inculpé le 25 février pour "abus de biens sociaux" dans le cadre d'une enquête sur le financement des campagnes de 2014 et 2015 (élections municipales, européennes et départementales). Les enquêteurs soupçonnent des frais gonflés et des prestations surfacturées pour bénéficier des remboursements de l'Etat. Ce système vaut déjà à M. Chatillon et deux responsables du parti un renvoi au tribunal pour les campagnes de 2012.

Par ailleurs, la cheffe de cabinet de Mme Le Pen a été inculpée pour "recel d'abus de confiance": Catherine Griset est soupçonnée d'avoir été employée fictivement comme assistante de Mme Le Pen au Parlement européen de 2010 à 2016. Les investigations en cours visent à prouver l'existence d'un système conçu par le Front National pour faire payer les salaires de ses collaborateurs en France par des fonds publics européens, via des contrats d'assistants au Parlement européen.

 

 

Le parquet financier a aussi ouvert une enquête préliminaire pour vérifier des soupçons de "sous-évaluation" du patrimoine immobilier de Marine Le Pen. La candidate fait l'objet de deux procédures de redressement fiscal, selon le quotidien Le Monde.

Enfin, les juges ont obtenu une levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen dans le cadre d'une enquête sur la diffusion de photographies de décapitation et de morts violentes du groupe Etat islamique publiées sur son compte twitter en décembre 2015.

 

 

Au centre, Emmanuel Macron, 39 ans
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons de favoritisme autour d'un déplacement ministériel organisé en janvier 2016 par celui qui était alors ministre de l'Economie au sein du gouvernement socialiste de François Hollande.

Cette enquête pour "favoritisme, complicité et recel" fait suite à un rapport d'inspection évoquant des dysfonctionnements dans l'organisation de cette opération, confiée au géant français de la communication Havas sans appel d'offres préalable par une agence dépendant du ministère des Finances, Business France. L'agence a reconnu sa responsabilité dans les possibles irrégularités. Selon l'hebdomadaire Le Canard enchaîné, qui a révélé l'affaire, le coût de la soirée aurait atteint 381.759 euros, dont 100.000 euros en frais d'hôtel.

L'association anticorruption Anticor a par ailleurs demandé à la HATVP de "vérifier le caractère exact et sincère" des déclarations de l'ancien banquier d'affaires sur son patrimoine (évalué à 200.000 euros, après soustraction d'1 million d'euros d'endettement) au regard de ses revenus (3,3 millions d'euros avant impôt entre 2009 et 2014).

 

 

 

Lire aussi

Parmi les clients de la société de conseils de Fillon, un homme d'affaires libanais

Fillon, ou l’art d’accommoder les vestes

Avantage Macron dans une campagne présidentielle volatile

Vers la fin du monopole droite/gauche en France ?

Macron, l’illusion d’optique

Quatre raisons pour lesquelles la présidentielle française est historique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PITOYABLE CE QUI SE PASSE EN FRANCE !

Hallak Andre

Un Maverick Français est né il s 'appelle Emmanuel Macron .

il échappe à l'archétype ordinaire de l'homme politique Français qui prolonge et nuance les tendances conventionnelles de son parti.

Au clivage gauche droite il oppose celui du progressisme et du conservatisme .

En Marche représente une alternative évidente aux déçus des deux autres camps ...En cavale

Le premier fuit un passé aux coutumes devenues honteuses. Le second a choisit la fuite en avant pour se défaire des promesses utopistes de sa campagne électorale.

Il est une chance pour la France.

Dans ses meeting par sa force du verbe il entraine son auditoire dans une sarabande d'idées ou l 'enthousiasme finit par gagner peu à peu les plus sceptiques.

Ses détracteurs le disent présomptueux et arriviste... et pourtant , dans l'exercice du pouvoir, son modèle est aussi proche du stoïcisme de Marc Aurel qu'il est éloigné du cynisme de Nicolas Machiavel.

Ils le disent trop jeune...

Notre histoire de par l'avènement d' internet connais une accélération comparable à la découverte de l'écriture ou de l'imprimerie .

Au cœur des stratégies d'innovation sa jeunesse est un atout ; et lui permet bien plus aisément d'appréhender les enjeux d' un saut civilisationnel en devenir, qu'un homme politique ancré dans le passé.

Plus qu'un homme nouveau Emmanuel Macron s'inscris dans le renouveau de l'homme.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants