X

Moyen Orient et Monde

Vers la fin du monopole droite/gauche en France ?

Analyse

L'année 2017 pourrait voir naître une nouvelle bipolarité entre libéraux et nationalistes souverainistes, estiment les experts.

OLJ/Daphné BENOÎT/AFP
09/03/2017

Balayé, le monopole du pouvoir détenu depuis des décennies par la droite et la gauche en France ? La course présidentielle pourrait accoucher d'un scénario inédit : la disqualification des deux grands partis traditionnels au premier tour, au profit du centre et de l'extrême droite. Dans cette campagne marquée par une grande indécision des électeurs, les sondages actuels annoncent un duel final, le 7 mai prochain, entre la chef de file du Front national (FN) Marine Le Pen, 48 ans, et Emmanuel Macron, 39 ans, ancien ministre de gauche qui s'est installé au centre avec son nouveau mouvement « En marche ». Leurs points communs, malgré des programmes radicalement opposés : être à la tête d'une formation « ni droite ni gauche » qui n'a jamais exercé le pouvoir.

À la traîne, le Parti socialiste (PS) et la droite (Les Républicains, LR) peinent à rassembler autour de leur candidat et à convaincre les citoyens désabusés. Selon une enquête Ipsos fin février, seuls 17 % des Français jugent que le système démocratique fonctionne plutôt bien en France et que leurs idées sont bien représentées. « Nous vivons un basculement démocratique en France comme au niveau mondial qui se manifeste par la progression de la culture populiste et par l'effondrement de la culture des partis », analyse l'historien Pierre Rosanvallon dans Le Monde.

 

(Lire aussi : Présidentielle française : Macron engrange des soutiens clés)

 

Au départ grand favori pour remplacer le président socialiste François Hollande, le champion désigné de la droite, François Fillon, s'est englué dans un scandale d'emplois présumés fictifs qui risque de faire perdre son camp. Son obstination à rester dans la course, malgré une possible inculpation, a semé la discorde au sein de son parti. Et les sentiments de déception, de dégoût et de colère se sont accrus ces quatre derniers mois, selon l'enquête Ipsos. « Tout ça donne aux Français (...) un sentiment qu'il n'y a plus de repères », avec l'idée « qu'on se comporte dans le monde des partis politiques traditionnels comme on n'oserait pas ailleurs », a estimé mardi le vétéran centriste François Bayrou, récemment rallié à Macron.

 

(Lire aussi : Quatre raisons pour lesquelles la présidentielle française est historique)

 

« Libéraux contre nationalistes »
La gauche n'est pas épargnée par les fractures internes. Les orientations économiques sociales-libérales du quinquennat Hollande ont profondément divisé, son échec à endiguer le chômage a déçu une vaste frange de son électorat traditionnel. Des plaies que le candidat socialiste Benoît Hamon a du mal à panser malgré sa victoire à la primaire de la gauche. L'aile droite de son parti l'accuse de représenter une « gauche radicalisée » et menace de céder à la tentation Macron, comme l'a fait hier l'ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë. Le trublion de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, qui a refusé toute alliance, capte 10 % des intentions de vote. La situation donne des ailes à Emmanuel Macron, qui affiche sa volonté d'en finir avec « les mêmes hommes et les mêmes idées ». « Leurs recettes ont simplement échoué », argue le centriste, social-libéral et pro-européen, qui ambitionne de « refonder le contrat avec les classes moyennes », « oubliées » par la droite et la gauche.

Le scandale Fillon profite également à la candidate anti-immigration, anti-Europe Marine Le Pen. Son discours « antiélites », « antisystème » a été consolidé par le Brexit et la victoire de Donald Trump aux États-Unis.

 

(Lire aussi : Le gâchis français, l'édito d'Emilie SUEUR)

 

Les enquêtes dont elle fait l'objet – notamment une affaire d'emplois fictifs au Parlement européen – n'entament pas sa popularité. Et un tiers des Français (36 %) jugent qu'elle a de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France, selon une récente enquête. « Je suis tenté de voter FN, même si je ne partage pas toutes leurs idées. Histoire de virer tout le monde », confie à l'AFP Michel Travigne, 51 ans, chômeur. « Nous arrivons au terme d'un ordre politique qui a débuté dans les années 1980. Pendant trente ans, nous avons assisté à une alternance quasi systématique entre gauche et droite de gouvernement, avec un Front national à 15-17 % », rappelle Jérôme Sainte Marie, politologue chez PollingVox. « Or au fil des ans les alternances correspondent de moins en moins à un véritable changement, parallèlement à une exaspération grandissante face à la crise économique, dit-il. L'année 2017 pourrait ainsi voir naître une nouvelle bipolarité, entre libéraux et nationalistes souverainistes », avec un nouveau clivage « entre les classes intégrées à la mondialisation et celles qui se sentent perdantes ».

 

Lire aussi

Penelope Fillon sort de son silence et apporte un soutien total à son mari

« Il n'est pas possible de jouer à la roulette russe avec l'élection présidentielle »

Le maintien de Fillon, stratégie gagnante ou suicidaire ?

Ces Franco-Libanais dans l'entourage des candidats à la présidentielle française

L'État sans droit de François Fillon

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

DAMMOUS Hanna

Il est né enfin le clivage entre ces deux nouveaux groupes de population dans les sociétés occidentales modernes; déjà les états unie et maintenant la France: 1-Les mondialistes classés raisonnable et tolérant ; ils sont la majorité des citoyens des grandes villes ou se trouve une très large mixité d’origine étrangère, privilégient l’adhésion à la mondialisation d’où leur choix politiques d’ouverture. 2-Les nationalistes classés, populistes, sectaire et rejetant les étrangers ; ils sont Les autres citoyens qui occupent les zones rurales et industrielles généralement des communautés de villages et de petites villes non touristique, ils ne ressentent pas le bénéfice de la mondialisation.

Gebran Eid

CE MONSIEUR EST SORTI DE NUL PART. IMPOSÉ MYSTÉRIEUSEMENT MINISTRABLE PAR LA BANQUE DE ROTHSCHILD. IL A SERVI COMME PORTE SERVIETTE POUR HOLLAND. ON EST ENTRAIN, JOUR APRÈS JOUR, DE LUI FABRIQUER UN PROGRAMME ARTIFICIEL POUR IMPRESSIONNER LE LECTEUR AVEUGLE. IL A UNE VIE PRIVÉE ANORMALE MYSTÉRIEUSE QUI N'INSPIRE PAS LE MOINDRE ESPOIR POUR DIRIGER CORRECTEMENT LA FRANCE. ON EST ENTRAIN D'OUVRIR UNE AUTOROUTE PRÉSIDENTIABLE POUR LUI EN ESSAYANT D'ÉLIMINER FRANÇOIS FILLON LE VRAI PATRIOTE FRANÇAIS. J'ESPÈRE QUE LES FRANÇAIS SE RÉVEILLENT ET NE LAISSENT PAS FAIRE.

Honneur et Patrie

Tous les candidats se réclament du général de Gaulle, mais tous ignorent la haute stature du Général.
Le général de Gaulle avait-il un programme ? Il est difficile de le penser mais il avait une vision, une vision de grandeur, d'indépendance nationale. Il laissait le programme au gouvernement et à son premier ministre.
Le général de Gaulle avait, dès son plus jeune âge, épousé la France, c'est pourquoi lors de sa mort le 9 novembre 1970, Georges Pompidou l'avait annoncée par ces mots : "La France est veuve, le général de Gaulle est mort".

PAUL TRONC

LES JEUX NE SONT ABSOLUMENT PAS ENCORE FAITS ET TOUT VA ENCORE .

Ce mec macronisé par les médias et les patrons des médias et du cac 40 pourrait bien exploser en plein vol comme hyllarie .

Le seul recours à Marine que j'aime bien ne peut être que Fillion .
On a eu tort de tirer sur le boulanger , quand on ne sait pas soi-même faire du pain .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RIEN N,EST ENCORE TRANCHE EN FRANCE... CES PRONOSTICS DE LA RIGOLADE FAIT SUR 1100/1700 INDIVIDUS NE SONT LE SIGNE DE RIEN... LES MEDIAS ESSAIENT DE DIRIGER LES CHOSES ET LES FRANCAIS Y DONNENT DE LA TETE, PARAIT-IL, MAIS AU JOUR DES ELECTIONS TOUT PEUT BIEN CHANGER ENCORE...

M.V.

Ca fait 40 ans que la France "souffre" de n'avoir pas un vrai tripartisme...! d'ailleurs, comme l'Europe manque d'un fédéralisme ...! 28 ans après le chute du mur de Berlin et l'implosion du paradis socialiste en URSS, les résultantes "imprévues" à moyen et long terme , de ce phénomène géopolitique historique , pèsent sur des structures politico/économiques fossilisée de tous les pays de l'UE ,Il semble , ....que ce n'est pas en prolongeant la vie des divers fantômes de la " guerre froide" ...que Bruxelles changera la marche du temps , au contraire, actuellement , un réveille inéluctables des nationalismes est en marche ,en France ,par exemple, sous la dernière nomenklatura entièrement socialiste au pouvoir en Europe , une forte demande existe dans le peuple , pour une nouvelle "donne" , à noter que ce phénomène se valide chaque jour un peu plus......

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants