Rechercher
Rechercher

Liban - Loi électorale

Une nouvelle version de la formule composite serait à l’étude à Moukhtara

Lors d'une réunion tenue mercredi au palais Bustros, Gebran Bassil et Alain Aoun ont informé Georges Adwan des contacts menés pour l'élaboration d'un nouveau texte.

Le bloc aouniste réuni hier à Rabieh. Photo an-Nahar

À quelques jours du 21 février, date de la convocation du collège électoral, les contacts politiques en vue de la mise sur pied d'un nouveau code électoral se poursuivent.

Des sources politiques bien informées ont indiqué dans ce cadre à l'agence al-Markaziya que les débats portent actuellement sur une quatrième version de la formule composite. Celle-ci serait le résultat de la combinaison des propositions hybrides présentées par le président de la Chambre, Nabih Berry, les Forces libanaises, le courant du Futur et les indépendants, ainsi que celle du chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, finalement abandonnée lors de la dernière réunion de la commission quadripartite (CPL-Futur-Amal-Hezbollah), tenue le 31 janvier dernier.

Selon les mêmes sources, le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, étudie actuellement cette dernière version de la formule mixte, sachant qu'elle permettrait de calmer ses appréhensions, dans la mesure où elle prévoit que les cazas de Aley et du Chouf forment une seule circonscription.

 

(Lire aussi : Les citoyens condamnés à choisir entre pire et moins pire ?)

 

Si ce tableau fait dire à certains que la balle est désormais dans le camp de Walid Joumblatt, les milieux proches de Moukhtara ne perçoivent pas les choses sous cet angle. Un membre du bloc joumblattiste déclare à L'Orient-Le Jour que « l'important reste le fait que les positions de M. Joumblatt sont claires au sujet de la nouvelle législation électorale ». Sans vouloir trancher sur le point de savoir si la nouvelle version est effectivement à l'étude à Moukhtara, ce responsable fait état de « tentatives de trouver une solution à même de satisfaire tout le monde ». Assurant que le PSP est ouvert à tout dialogue engagé à ce sujet, la source joumblattiste a tenu à noter que les choses progressent dans le sens d'une solution axée sur la formule composite, et qui prendrait en considération la spécificité de Aley et du Chouf.

Évoquant la rencontre tenue à Aïn el-Tiné lundi dernier entre le président de la Chambre, Nabih Berry, et Walid Joumblatt, le responsable joumblattiste fait savoir que la visite a principalement visé à informer le chef du législatif du bilan de la tournée du Rassemblement démocratique auprès de toutes les formations politiques.
Le secrétaire général du PSP, Zafer Nasser, lui, se veut plus pragmatique. Dans un entretien radiodiffusé, il a déclaré que « les idées à débattre présentées par M. Joumblatt à M. Berry pourraient constituer un terrain commun pour trouver les solutions à la crise de la loi électorale ».

« Pour le Rassemblement démocratique qui s'est entendu avec le Futur et les FL sur la formule composite, la discussion autour de points communs au niveau de la loi électorale reste ouverte », a encore dit le secrétaire général du PSP avant de poursuivre : « Nous sommes les pères de la proportionnelle, mais nous y adoptons une approche politique », laissant ainsi entendre que le PSP n'oppose plus un veto catégorique à la proportionnelle.

 

(Lire aussi : Formule mixte et loi de 1960 : la chimie électorale se complique)

 

En attendant Amal et le Hezbollah...
Parallèlement, le tandem CPL-FL est toujours optimiste quant à la possibilité de voter un nouveau code électoral prochainement. Le ministre de la Justice, Salim Jreissati, a fait ainsi état de sérieux progrès au niveau d'une proposition qui équilibre majoritaire et proportionnelle. S'exprimant à l'issue de la réunion hebdomadaire du bloc du Changement et de la Réforme (ajournée de mardi à jeudi en raison de la 12e commémoration de l'assassinat de Rafic Hariri), M. Jreissati a déclaré : « Nous attendons les réponses effectives à cette proposition. »

Même son de cloche à Meerab. Une source proche de Samir Geagea indique à L'OLJ que les FL ont rédigé une quatrième version de la formule composite. Selon cette source, si la priorité est actuellement accordée à l'adoption du budget de l'État, cela ne signifie aucunement que la nouvelle loi électorale est tombée dans l'oubli. Dans les mêmes milieux, on met l'accent sur l'importance de la nouvelle position de Walid Joumblatt. Si ce dernier soutient la nouvelle formule composite – ce qui est désormais fort probable –, cela mettrait le tandem Amal-Hezbollah en confrontation avec le CPL, les FL, le courant du Futur et le PSP, dit-on avant de souligner que la balle est désormais dans le camp du tandem chiite, en particulier du Hezbollah qui est en faveur de la proportionnelle intégrale. Les proches de M. Geagea semblent toutefois confiants que le parti de Hassan Nasrallah ne se laissera pas entraîner dans une confrontation avec le chef de l'État déterminé à ce que son mandat voie l'adoption d'un nouveau système électoral.

En attendant la réaction des deux formations chiites, le tandem CPL-FL poursuit ses efforts pour conclure une entente autour du texte électoral tant attendu. C'est dans ce cadre que s'inscrit la réunion tenue mercredi soir au ministère des Affaires étrangères, lors de laquelle Gebran Bassil, ainsi que les députés Alain Aoun et Georges Adwan ont passé en revue les différentes propositions électorales actuellement débattues dans les milieux politiques. Joint par L'OLJ, Alain Aoun fait savoir que la rencontre s'inscrit dans le cadre de la coordination entre sa formation et les FL pour les tenir informées des contacts politiques en cours. Le député de Baabda se dit satisfait quant au nouveau positionnement de Walid Joumblatt. « Il est bon que M. Joumblatt commence à intégrer la proportionnelle à ses calculs politiques », a-t-il dit.

 

 

Lire aussi

Qui finira par gagner la grande loterie électorale ?

S. Gemayel : Sans nouvelle loi après le 21, toutes les options sont mauvaises

 À la bonne vôtre ! L'éditorial de Issa GORAIEB

Loi électorale : les FL soumettent une nouvelle formule au courant du Futur

Un nouveau projet mixte s’ajoute au débat cette semaine

À quelques jours du 21 février, date de la convocation du collège électoral, les contacts politiques en vue de la mise sur pied d'un nouveau code électoral se poursuivent.
Des sources politiques bien informées ont indiqué dans ce cadre à l'agence al-Markaziya que les débats portent actuellement sur une quatrième version de la formule composite. Celle-ci serait le résultat de la...
commentaires (4)

TIRII3A JDIDEH...

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

09 h 53, le 17 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • TIRII3A JDIDEH...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    09 h 53, le 17 février 2017

  • Ou, le "Manuel" Parfait pour NULS, afin de tenter d'expliquer comment font les "Dons de Cosa Nostra" afin de se partager ; pour le moment encore à l'amiable, mahééék ; les parts dans les patelins, les quartiers, les zkkâkks, les bidonvilles et les cités.... Yâ wâïyléééh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 24, le 17 février 2017

  • Un journaliste a suggeré il y a quelques jours de choisir les nouveaux deputés grace a un tirage au sort. vu ce qui se passe actuellement avec les decoupages electoraux sur mesure ou tout est connu d'avance, ce serait peut etre une meilleure solution, moins couteuse (pour tout le monde) et on aurait certainement plus de surprises!

    Le Herisson

    09 h 07, le 17 février 2017

  • "Lors d'une réunion tenue mercredi au palais Bustros, le Beauf béSSîîîl et le Neveu, Äâoûn aussi, Äl(î)ain ont informé Ëédwéééne des Öûééétes des contacts menés pour l'élaboration d'un nouveau texte." ! Est-ce toujours le Palais Bustros, siège du ministère des Affaires Étrangères, ou bien est-il devenu le Palais "familial" Äâoûn-béSSîîîl, Utile pour monter des combines électoralistes !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    04 h 58, le 17 février 2017

Retour en haut