Rechercher
Rechercher

Liban - La situation

Qui finira par gagner la grande loterie électorale ?

La façade de l’immeuble abritant les locaux de la NTV.

Nous continuons à vivre sans mémoire, dans le vertige des lois électorales, un jour effaçant l'autre, une loi corrigeant l'autre, toutes taillées sur mesure pour empêcher l'arrivée d'un sang neuf. À quelques jours de la date butoir de la convocation du collège électoral (21 février), une nouvelle loi composite est à l'étude dont la pierre d'angle est la délimitation d'une circonscription comprenant exclusivement les deux cazas de Aley et du Chouf, spécialement établie pour que Walid Joumblatt ne se sente pas mis en minorité au sein de sa communauté.

Reste à voir cependant si le Hezbollah abandonnera l'idée d'une loi électorale exclusivement basée sur la proportionnelle, telle que l'a souhaité au départ le chef de l'État, le pays gagnant selon lui en stabilité et en juste représentation ce que les blocs parlementaires perdront en nombre de députés.

Pour importante que soit la loi électorale et le jeu de pouvoir qu'elle reflète, elle ne doit pas masquer les autres efforts déployés pour amener plus de justice et plus d'équilibre social dans le pays. C'est le cas de l'effort déployé pour élargir les compétences du Conseil constitutionnel jusqu'à l'autosaisine, ou pour annuler la loi 522 qui ordonne et sanctionne les mœurs d'un autre temps.

Plus proche de nous, on se demande par quel bout prendre les émeutes orchestrées devant la NTV, et qui demandera des comptes au ministre de l'Intérieur, pour le scandaleux spectacle de vandalisme contrôlé que les agents qui dépendent de lui ont laissé faire. Indépendamment de la vulgarité du spectacle de marionnettes que diffuse la station, où certains trouvent à rire, c'est en direct que tout le Liban a pu constater la collusion passive entre les FSI et les émeutiers brandissant l'emblème du mouvement Amal, qui de toute évidence avaient négocié leur présence devant le bâtiment contre la promesse de ne pas y pénétrer.

 

(Lire aussi : Humour pétard, le billet de Gaby NASR)

 

À deux reprises, en effet, la grosse barrière métallique blanche donnant accès au bâtiment a été levée, ce qui aurait permis à la foule de prendre d'assaut l'immeuble, et à deux reprises, des manifestants, probablement le « service d'ordre » des manifestants, s'est employé à la rabaisser. Les agents, eux, contemplaient les manifestants caillasser, lapider la façade de l'immeuble, l'œil morne. C'est à peine si des vendeurs de boissons rafraîchissantes n'ont pas circulé. Pourquoi n'a-t-on pas lâché les autopompes sur les manifestants ? Pourquoi n'a-t-on pas bouclé la rue pour les empêcher de parvenir devant l'immeuble de la NTV ? Autant de questions inutiles. L'indignité de ce qui se passait était flagrante.

Le secrétaire général du Hezbollah a consacré son discours d'hier au thème de l'hostilité à Israël. C'est évidemment plus facile que de défendre son engagement en Syrie, qui a déjà coûté la vie à quelque 1 200 combattants, croit-on savoir. Certains avancent un chiffre plus élevé. Mais le discours anti-israélien est plus vendeur, du moins aux yeux de l'opinion. Il est plus rassembleur, plus habile – et plus hâbleur – aussi. Mais il n'efface pas l'énorme responsabilité que le parti a prise de saigner un pays qui, pour les stratèges de Téhéran, n'est probablement pas une patrie, mais un tremplin.

Enfin, ce sera au tour du Liban de recevoir, mercredi prochain 23 février, la visite du président Mahmoud Abbas, qui passera trois jours au Liban. Est-ce en prévision de ce passage que Mounir Maqdah, le contrôleur en chef de la poudrière de Aïn el-Héloué, a décidé de sortir son grand jeu? Réponse dans les prochains jours.

 

 

Lire aussi

Une complaisance injustifiée envers les assaillants de la NTV, le décryptage de Scarlett HADDAD

Une nouvelle version de la formule composite serait à l’étude à Moukhtara

S. Gemayel : Sans nouvelle loi après le 21, toutes les options sont mauvaises

Nous continuons à vivre sans mémoire, dans le vertige des lois électorales, un jour effaçant l'autre, une loi corrigeant l'autre, toutes taillées sur mesure pour empêcher l'arrivée d'un sang neuf. À quelques jours de la date butoir de la convocation du collège électoral (21 février), une nouvelle loi composite est à l'étude dont la pierre d'angle est la délimitation d'une...
commentaires (6)

La grande loterie électorale otage toujours entre les mains de nos quatre ou cinq chefs de tribus qui finiront par imposer au peuple de moutons leurs décisions au temps opportun

Antoine Sabbagha

19 h 46, le 17 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • La grande loterie électorale otage toujours entre les mains de nos quatre ou cinq chefs de tribus qui finiront par imposer au peuple de moutons leurs décisions au temps opportun

    Antoine Sabbagha

    19 h 46, le 17 février 2017

  • TOUT EST BIEN DIT... QUAND AU SAYED H.N. IL VA ARROSER ISRAEL DE SURPRISES... DES BISES... ET EUX TOUT LE LIBAN DE CERISES... LE SERIEUX ET L,APPARTENANCE NATIONALE Y FONT GRAND DEFAUT !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    09 h 40, le 17 février 2017

  • Excellent!

    Marionet

    08 h 37, le 17 février 2017

  • "L'indignité de ce qui se passait devant la NTV était flagrante. Le sec(ré)taire du héZébbb a, lui, consacré son discours au thème de l'hostilité à Israël. C'est évidemment plus racoleur et surtout plus hâbleur, que de défendre sa bääSSyrienne (épopée), qui a déjà coûté la vie à quelque MILLE DEUX-CENTS.... MILICIENS ! Certains avancent un chiffre plus élevé encore!". Mais, évidemment, puisqu'il faudrait plutôt le multiplier par Deux ou par Trois au bas mot !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 22, le 17 février 2017

  • "Pourquoi n'a-t-on pas lâché les autopompes sur les manifestants ? Pourquoi n'a-t-on pas bouclé la rue pour les empêcher de parvenir devant l'immeuble de la NTV ?" ! Pourquoi ? Parce que ce sont des Sous-développés arriérés, à "gouvernants" plus Sous-développés et arriérés encore qu'eux....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 05, le 17 février 2017

  • E La Nave Va.... Yâ hassratâââh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    04 h 41, le 17 février 2017

Retour en haut