Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

Quand un ministre australien s'en prend aux citoyens "d'origine libanaise musulmane"

"Sur 33 personnes inculpées en Australie de crimes liés au terrorisme, 22 sont des immigrés d'origine libanaise musulmane de la deuxième et troisième génération", affirme Petter Dutton.

Le ministre australien de l'Immigration, Peter Dutton. Photo d'archives AFP

Le ministre australien de l'Immigration, Peter Dutton, s'en est pris lundi aux "Libanais musulmans" issus de la "deuxième et troisième génération", affirmant que l'ancien Premier ministre Malcolm Fraser (1975-1983) n'aurait pas dû laisser ces gens entrer sur le territoire australien, rapporte le Guardian.

Pour étayer ses propos lors d'une audition par l'opposition travailliste, M. Dutton a affirmé : "Sur 33 personnes inculpées en Australie de crimes liés au terrorisme, 22 sont des immigrés d'origine libanaise musulmane de la deuxième et troisième génération".

Peter Dutton était sous le feu des critiques de l'opposition depuis qu'il avait déclaré lors d'un débat télévisé que l'ancien Premier ministre Fraser n'aurait pas dû laisser entrer "certains migrants durant les années 1970", affirmant que l'Australie "était en train de payer le prix de cela aujourd'hui", rappelle le Guardian.

Pressé lundi par le leader de l'opposition Bill Shorten d'être plus précis, Peter Dutton a d'abord dit que "certaines de ces personnes se sont rendues en Syrie et en Irak". Prié de clarifier ses propos, le ministre de l'Immigration a alors clairement évoqué "les Libanais musulmans issus de la deuxième et troisième génération de migrants".

 

 

 

Hué par de nombreux responsables présents durant ce débat, Peter Dutton s'est défendu en affirmant qu'il ne voulait pas que "des communautés entières soient stigmatisées par ceux qui se comportent mal".

L'association des Libanais musulmans d'Australie avait dénoncé la semaine dernière les premières remarques qu'avait déjà formulées M. Dutton, qualifiant ses propos d'"irréfléchis" et l'accusant de faire référence aux Libanais arrivés en Australie après avoir fui la guerre civile qui ravageait le Liban entre 1975 et 1990.

Les autorités australiennes avaient annoncé en février vouloir déchoir de leur nationalité les individus liés à des organisations terroristes et détenteurs de deux passeports. A l'époque, Canberra précisait qu'au moins 110 nationaux australiens sont partis combattre dans les rangs du groupe État islamique en Irak et en Syrie, et que plus de trente étaient revenus. Parmi eux, Khaled Charrouf, né à Sydney de parents libanais, avait quitté l'Australie en 2013 pour se battre en Syrie et en Irak aux côtés de l'EI. Il avait suscité l'émoi en Australie lorsqu'il avait twitté une photo de son jeune fils portant la tête d'un soldat syrien décapité. Il aurait été tué en Irak par une frappe de la coalition anti-terroriste.

 

Lire l'intégralité de l'article du Guardian ici

 

 

Pour mémoire
La supplique d'une belle-mère de jihadiste australien d'origine libanaise

Un adolescent australien, auteur présumé d'un attentat suicide en Irak

L'Australie envoie des soldats en Irak, son ministre de la Défense incapable de citer le nom du chef de l'EI...

Une Australienne abandonne ses enfants pour partir combattre en Syrie

L'Australie promet la transparence et renforce sa sécurité

L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'Etat islamique sur son sol

Le ministre australien de l'Immigration, Peter Dutton, s'en est pris lundi aux "Libanais musulmans" issus de la "deuxième et troisième génération", affirmant que l'ancien Premier ministre Malcolm Fraser (1975-1983) n'aurait pas dû laisser ces gens entrer sur le territoire australien, rapporte le Guardian.
Pour étayer ses propos lors d'une audition par l'opposition travailliste, M. Dutton a...
commentaires (3)

OU ETIEZ-VOUS LES JOURS DE L,IMMIGRATION ?

LA LIBRE EXPRESSION

18 h 17, le 21 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • OU ETIEZ-VOUS LES JOURS DE L,IMMIGRATION ?

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 17, le 21 novembre 2016

  • Pourquoi faisons nous, tant de dommages à l'étranger ...alors qu'ici ..nous sommes déjà très inquiets....

    M.V.

    15 h 44, le 21 novembre 2016

  • Et lui et ses semblables sont les descendants de relégués bagnards criminels rejetés d'Europe. Sale type.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 31, le 21 novembre 2016

Retour en haut