X

À La Une

L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'Etat islamique sur son sol

Australie

Une école et une église libanaises cibles de menaces.

OLJ/AFP
18/09/2014

L'Australie a annoncé jeudi avoir arrêté 15 personnes et déjoué des assassinats sur son sol projetés par des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), qui auraient notamment eu l'intention de filmer la décapitation de civils.

Plus de 800 policiers ont participé au coup de filet antiterroriste mené à l'aube dans des banlieues de Sydney et Brisbane, dans les Etats du Queensland et de Nouvelle-Galles du Sud (sud-est), avec l'objectif d'interpeller 25 membres présumés d'un même réseau. Cette opération, la plus grande de ce type jamais organisée en Australie, survient une semaine à peine après que Canberra a relevé son niveau d'alerte face à la menace terroriste représentée par les combattants australiens de l'EI de retour du Moyen-Orient.

 

(Pour mémoire: Un Australien d'origine libanaise twitte une photo de son fils tenant la tête d'un soldat décapité en Syrie)

 

Au moins une arme a feu a été saisie, ainsi qu'un sabre. Quinze personnes ont été arrêtées. Parmi elles, un suspect de 22 ans, Omarjan Azari, a été présenté devant un tribunal qui lui a signifié son placement en détention provisoire pour avoir planifié un acte terroriste destiné "à choquer, horrifier et terrifier", selon le parquet. D'après l'accusation, il en avait reçu l'ordre par téléphone de la part de l'Australien le plus haut placé au sein de l'EI, Mohammad Baryalei, né en Afghanistan. Il s'agissait, d'après le procureur Michael Allnutt, de "sélectionner des gens au hasard afin de les exécuter de manière plutôt horrible" et de filmer ces actes selon un scénario impliquant "un degré inhabituel de fanatisme". Selon la télévision publique ABC, les images devaient être envoyées à l'unité médias du groupe EI au Moyen-Orient avant d'être rendues publiques.

 

Les raids ont été décidés après l'interception d'un message d'un "Australien apparemment assez haut placé au sein de l'EI" exhortant "les réseaux de soutien en Australie" à y perpétrer des "meurtres" publics, a confirmé le Premier ministre Tony Abbott. "Il ne s'agit donc pas seulement de soupçons mais d'intention et c'est la raison pour laquelle la police et les services de sécurité ont décidé d'agir", a-t-il ajouté. "Nous avons eu des renseignements" sur l'éventualité de décapitations publiques, a-t-il dit.

Outre la récente décapitation de trois otages occidentaux par des jihadistes de l'EI, le mode opératoire envisagé rappelle le meurtre à l'arme blanche du soldat britannique Lee Rigby, attaqué le 22 mai 2013 en plein jour dans une rue du sud de Londres. Deux Londoniens d'origine nigériane l'avaient renversé, lardé de coups de couteau et pratiquement décapité, sous les yeux de nombreux passants.

"Ces gens-là, je regrette de le dire, ne nous haïssent pas pour ce que nous faisons, ils nous haïssent pour ce que nous sommes et la façon dont nous vivons", a affirmé Tony Abbott.

 

(Lire aussi: Obama reçoit l'appui du Congrès américain contre les jihadistes de l'EI)

 

Une menace "très réelle"

Plusieurs médias australiens rapportaient en outre jeudi que des individus à bord d'une voiture portant un drapeau similaire à celui de l'EI sont passés, à Sydney, devant un collège maronite anciennement connu sous le nom Notre Dame du Liban et devant l'église située en face de l'école. Sœur Margaret Ghosn, selon une information rapportée par le Sydney Morning Herald, a précisé que les individus "menaçaient de tuer tous les chrétiens".

 

Une soixantaine d'Australiens combattent dans les rangs jihadistes en Irak et en Syrie, et une centaine fournissent, d'Australie, un soutien actif aux mouvements sunnites radicaux, selon les services de sécurité du pays. Pour le ministre de l'Immigration Scott Morrison, qui siège au conseil national de sécurité, l'opération de jeudi prouve "la menace très réelle" à laquelle l'Australie est confrontée et "justifie la réponse musclée du gouvernement".

Deux hommes soupçonnés d'être des recruteurs pour le jihad avaient été arrêtés la semaine dernière à l'issue de la perquisition d'un centre islamique à Brisbane. Mercredi, ce sont les activités d'un bureau de transfert de fonds géré par des Libanais qui ont été suspendues, les services de renseignement le soupçonnant de servir au financement de l'EI.

 

 

Un peu plus d'un mois après Londres et pour la première fois depuis 2003, Canberra a fait passer vendredi 12 septembre son niveau d'alerte de "moyen" à "élevé", ce qui signifie que, sans nécessairement être imminent, "un attentat terroriste est probable". "Les services de sécurité et de renseignement s'alarment du nombre croissant d'Australiens qui œuvrent pour des groupes terroristes comme l'Etat islamique, le Front al-Nosra et el-Qaëda. La menace qu'ils représentent augmente depuis plus d'un an", avait alors expliqué Tony Abbott.

L'Australie est fortement engagée aux côtés des Américains dans la lutte contre les combattants islamistes, avec la livraison de matériel militaire, d'armes, de munitions ainsi que d'aide humanitaire par l'aviation. Canberra va déployer 600 militaires -- dont 400 personnels de l'armée de l'air-- aux Emirats arabes unis.

 

Lire aussi

À l'épreuve de l'Irak, le point de Christian Merville

Qui se bat en Syrie et en Irak ?

Quand l'EI se croit à Hollywood...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND ON OUVRE BÊTEMENT LES PORTES SANS CONTRÔLER QUI Y PASSE ! LE RÉVEIL DE TOUS LES ETATS EST DE RIGUEUR. NETTOYER ET SE DÉBARRASSER DEVRAIT ÊTRE LE MOT D'ORDRE !

Sabbagha Antoine

Incroyable mais vrai . Qui aurait pu imaginer qu 'en Australie l'Etat islamique pouvait ainsi se déployer sans aucun souci sur son sol pour tuer au nom de la religion . Triste .

AIGLEPERçANT

L'avertissement des forces de resistance a la barbarie, emise par le President elu Bashar de Syrie a la communaute internationale sur un retour du terrorisme chez les expediteurs , vient d'etre compris en 1er par les australiens , mais aussi a venir les autres occicons qui voyaient dams ces printemps arabes des soulevements innocents et enfantins , parce que soit disant derriere ces soulevements des etats comme le Qatar et des intello comme bhl, faisaient figure de marchant de sable . Eh bien dansez maintenant !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants