X

À La Une

La supplique d'une belle-mère de jihadiste australien d'origine libanaise

Dans la presse

"Je vous en supplie, faites que ma fille et mes petits-enfants puissent rentrer chez eux", implore Karen Nettleton à l'adresse du Premier ministre australien Tony Abbott.

OLJ
24/06/2015

La belle-mère du jihadiste australien d'origine libanaise, Khaled Charrouf, qui aurait récemment été tué en Irak, a imploré les autorités australiennes de laisser rentrer sa fille et ses petits-enfants, rapportent mercredi plusieurs médias australiens.

"M. Abbott, je vous en supplie, faites que ma fille et mes petits-enfants puissent rentrer chez eux", a imploré Karen Nettleton, s’adressant au Premier ministre australien Tony Abbott, rapporte le Sydney Morning Herald.

Les autorités australiennes avaient annoncé en février vouloir déchoir de leur nationalité les individus liés à des organisations terroristes et détenteurs de deux passeports. A l'époque, Canberra précisait qu'au moins 110 nationaux australiens sont partis combattre dans les rangs de l'EI en Irak et en Syrie, et que plus de trente étaient revenus. Khaled Charrouf, né à Sydney de parents libanais, avait quitté l'Australie en 2013 pour se battre en Syrie et en Irak aux côtés du groupe État islamique (EI). Il avait suscité l'émoi en Australie lorsqu'il avait twitté une photo de son jeune fils portant la tête d'un soldat syrien décapité.

 

(Pour mémoire : Un adolescent australien, auteur présumé d'un attentat suicide en Irak)

 

La belle-mère du jihadiste était jusque-là restée silencieuse au sujet de son gendre. Elle affirme avoir reçu, il y a quelques jours, la visite d'un individu qui lui rapportait que son gendre était porté disparu et présumé mort et que son camarade jihadiste, Mohammad el-Omar, avait été tué. "Mon cœur est brisé en pensant qu'ils (sa fille et ses petits-enfants) sont seuls dans un pays dangereux, mais j'étais tellement heureuse de savoir qu'ils sont en vie", raconte Karen Nettleton, sans préciser comment elle a pu s'assurer du sort de ses proches. L'une de ses petits-enfants, Zaynab, 13 ans, avait été mariée de force à Mohammad el-Omar, selon la grand-mère. Karen Nettleton a également estimé que le départ de sa fille était "la faute de sa vie".

Les autorités fédérales australiennes ont affirmé mardi, selon le Sydney Morning Herald, être sur le point de conclure si Mohammad el-Omar était bien mort, mais ont souligné détenir peu d'informations sur le sort de Khaled Charrouf. Selon la ABC australienne, Khaled Charrouf et Mohammad el-Omar ont été tués par une frappe de drone à Mossoul, en Irak, la semaine dernière.

"Je ne veux pas que ma fille et mes petits-enfants soient des victimes de dommages collatéraux dans cette guerre honteuse et tragique, a souligné Karen Nettleton. Depuis que ma fille s'est rendue en Syrie, j'ai peur de regarder le journal télévisé. Il y a d'autres parents qui souffrent comme moi, en Australie et au-delà. Mon cœur est avec eux. Leur vie et la mienne ne seront jamais plus comme avant".

 

Lire aussi

L'Australie envoie des soldats en Irak, son ministre de la Défense incapable de citer le nom du chef de l'EI...

Pour mémoire

Une Australienne abandonne ses enfants pour partir combattre en Syrie

L'Australie promet la transparence et renforce sa sécurité

L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'Etat islamique sur son sol

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

À COMPRENDRE TOUS CES PAYS OCCIDENTAUX QU'EST-CE QU'ILS ONT RAMASSÉ CHEZ EUX...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La visite du ministre des AE turc à Beyrouth, un timing sensible

Un peu plus de Médéa AZOURI

Les ami(e)s de mes ami(e)s

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants