Rechercher
Rechercher

Liban - La situation

Le CPL veut partir en guerre contre la « République inutile »

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, lors de la réunion hebdomadaire du bloc parlementaire aouniste, le 6 septembre 2016. Photo An-Nahar

Jour après jour, on se rapproche de la République de l'absurde où la guerre des ego se fait de plus en plus acharnée sur fond d'un sabotage institutionnel qui risque d'emporter tous les passagers à bord.

Sauf que cette fois-ci, le risque est grand de voir le gouvernement passer du « coma vers l'agonie », une image utilisée hier par le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, qui effectuait, pour L'OLJ, un diagnostic sur l'état de pourriture de la situation dans un pays parvenu au bord du gouffre.
Après le énième ratage de la séance de dialogue couronné par la menace de la suspension de ce que d'aucuns considèrent comme une hérésie institutionnelle stérile, les interrogations s'accumulent sur l'avenir d'une institution autrement plus officielle qui lutte aujourd'hui pour sa survie, à savoir le gouvernement.
Le test pour son maintien en vie sera lancé dès jeudi prochain, date à laquelle une réunion du Conseil des ministres est prévue en l'absence du ministre Kataëb, déjà démissionnaire, et laquelle il faut ajouter celle des ministres du bloc du Changement et de la Réforme, qui, semble-t-il, ont décidé de définitivement couper les ponts.

 

(Lire aussi : Le Hezbollah et les FL opposés à l'escalade envisagée par le CPL, l'éclairage de Philippe Abi-Akl)

 

Couper les voies menant au Sérail
Suite à une réunion qui a eu lieu lundi soir à Rabieh, l'ultimatum a été lancé : le CPL procédera prochainement à « une escalade progressive », consistant notamment à des « mesures politiques de protestation cumulées au recours à la rue », devait préciser à la télévision hier l'un des députés du bloc du Changement et de la Réforme, Hekmat Dib.

Le « ras-le-bol » du CPL a été exprimé par son chef Gebran Bassil, qui a évoqué une « profonde crise du système », assurant que cette « République est devenue inutile ». La protestation des aounistes sera formulée à travers une action concertée qui irait jusqu'au blocage des axes routiers menant au Sérail, afin d'empêcher la tenue des réunions futures des membres restants de l'exécutif, a encore indiqué M. Dib à la LBCI.

La tension est donc à son paroxysme et rien ne va plus au lendemain d'une séance de dialogue qui s'est conclue par un bras de fer des plus « inquiétants » entre les protagonistes, a affirmé à L'OLJ une source autorisée du Hezbollah qui a toutefois évité de dire qui sont ces protagonistes, à savoir Gebran Bassil et le chef des Marada, Sleiman Frangié.

C'est ce qui fera dire d'ailleurs à plusieurs commentateurs que « le dialogue ne sera plus jamais le même après la confrontation de lundi », ses conséquences devant inéluctablement se répercuter sur le prochain Conseil des ministres, voire sur l'avenir de l'ensemble du fonctionnement des institutions.

 

(Lire aussi : Le bloc du Futur regrette l'« occasion gâchée » par le CPL)

 

Le gouvernement aux soins intensifs
Plusieurs ministres ont d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme – l'une des rares fois où il faudra les croire sur parole au vu de la gravité de l'impasse –, mettant en garde contre le spectre de l'effondrement total. M. Derbas l'a clairement exprimé hier en parlant de la nécessité la plus urgente de sauvegarder un exécutif qui « survit simplement grâce à la réanimation artificielle ».
Tout en évoquant le spectre de la démission du tiers + un des ministres, synonyme de chute du gouvernement, M. Derbas a assuré que pour l'instant cette éventualité est à écarter tant que le Premier ministre restera aux commandes.

Si la volonté de Tammam Salam est indéniablement celle de continuer à mettre à profit sa légendaire « patience » pour sauver les meubles, personne ne sait à ce jour pour quel scénario il optera demain jeudi.
M. Salam va-t-il décider de maintenir coûte que coûte la réunion du gouvernement dans une ambiance aussi électrique ou va-t-il tout simplement, comme l'ont suggéré certaines informations de presse, « arranger » un défaut de quorum pour éviter de verser de l'huile sur le feu et éluder le problème posé par le CPL ?

De sources ministérielles, on fait état de trois options : un report pur et simple sur décision de M. Salam, un défaut de quorum, ou la tenue de la réunion « loin de toute provocation comme le commande la sagesse », comme le dit M. Derbas.

 

(Lire aussi : Bassil : Nous n'accepterons plus aucune atteinte à notre dignité)

 

Le Hezbollah, qui joue, une fois de plus, à calmer les esprits, a d'ailleurs envoyé ses représentants auprès du chef du gouvernement l'exhortant à reporter la réunion jusqu'à ce que l'orage passe et que la médiation entreprise notamment par le parti chiite auprès du CPL puisse aboutir.

« À ce jour, nous n'avons reçu aucune réponse du Sérail. Mais nous espérons qu'une autre composante au moins du gouvernement nous rejoindra dans cette requête pour convaincre M. Salam de la nécessité du report », confie une source proche du parti.

S'abstenant de confirmer ou d'infirmer les échos autour d'une réunion prochaine entre le secrétaire général du parti chiite et le général Michel Aoun pour calmer le jeu, cette source assure toutefois que « les députés du parti feront quand même acte de présence si la réunion est maintenue ».
Dans les milieux du Hezbollah, on insiste sur la priorité à accorder à la stabilité du pays à l'ombre du feu qui l'entoure au niveau de la région et non pas aux conflits de politique politicienne. On souligne également que si le Liban a réussi à ce jour à préserver une stabilité relative, « il serait absurde d'en venir aujourd'hui à tout saboter ».

Rappelant pour sa part que les députés et ministres du parti chiite ont exprimé à plusieurs reprises, et à nouveau hier, leur volonté de préserver aussi bien le dialogue que le gouvernement, le ministre des Affaires sociales a indiqué dans un entretien à L'OLJ que le Hezbollah s'efforce aujourd'hui d'« unifier l'agenda du camp du 8 Mars » à travers une nouvelle médiation qu'il tentera auprès des frondeurs, à savoir le CPL. « À défaut, a-t-il dit, les aounistes risquent d'embarrasser leurs alliés chiites bien plus que leurs adversaires. » D'ailleurs, a laissé entendre M. Derbas, il est clair que le Hezbollah ne « soutient pas son allié » dans sa politique de sape des institutions.

 

Lire aussi

Gemayel de Aïn el-Tiné : Le Liban va au suicide

Le bâtonnier de Beyrouth à la classe politique : Levez votre emprise

Ils ont dit... sur la suspension du dialogue

Geagea, le Futur et la Jamaa islamiya invitent le gouvernement à agir

Jour après jour, on se rapproche de la République de l'absurde où la guerre des ego se fait de plus en plus acharnée sur fond d'un sabotage institutionnel qui risque d'emporter tous les passagers à bord.
Sauf que cette fois-ci, le risque est grand de voir le gouvernement passer du « coma vers l'agonie », une image utilisée hier par le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, qui...
commentaires (6)

Mini-Blanc-bec se prend déjà pour le futur dictateur de ce pays, tout en oubliant qu'il est aussi ministre de...quoi...au juste ??? Irène Saïd

Irene Said

15 h 28, le 07 septembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Mini-Blanc-bec se prend déjà pour le futur dictateur de ce pays, tout en oubliant qu'il est aussi ministre de...quoi...au juste ??? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 28, le 07 septembre 2016

  • OU QUAND LES INUTILES PARLENT D,INUTILE... CA FAIT RIRE MEME LES CLOWNS LES PLUS AIGRIS...

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 15, le 07 septembre 2016

  • c'est surtout l'utilisation de l'auto prorogation généralisés et permanente ...qui a faussée le fonctionnement de tout le système depuis 2 ans ... cette situation catastrophique, n'est qu'une des résultantes anxiogènes , qui conduisent le pays à la faillite ...

    M.V.

    12 h 01, le 07 septembre 2016

  • Quelle situation !!!!!!!!! Bassil, grand chef aux obscurs paroles Aoun emmuré à Rabieh dictant ses ordres à Bassil HN bunkerisé Aucun de ces comparses ne pense un seul instant aux intérêts de notre pays qui dérive Tout ce beau monde sème la pagaille, menace et le comble, donne des leçons de gestion et de moral public, s'il en reste encore une au Liban

    FAKHOURI

    11 h 42, le 07 septembre 2016

  • le cpl ne fera rien a part 3 petits tours sur la place des martyrs comme la derniere fois. nasrallah hochera la tete et michel aoun obtemperera

    George Khoury

    09 h 37, le 07 septembre 2016

  • JOUR APRES JOUR ON SE RAPPROCHE DE LA REPUBLIQUE DE L,ABSURDE... MAIS C,EST LE THEATRE DU -KARAKOZE- DEPUIS BELLE LURETTE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 56, le 07 septembre 2016

Retour en haut