Rechercher
Rechercher

Liban - municipales

À Bécharré, les FL face à une « contestation de l’intérieur »

Sethrida Geagea, hier, à Bécharré. Photo Chamoun Geagea

Près de 89 000 électeurs étaient appelés hier à désigner leurs représentants au sein de huit conseils municipaux dans le caza de Bécharré, le bastion des Forces libanaises, où une participation de 36 % a été enregistrée, selon les chiffres officiels publiés en soirée par le ministère de l'Intérieur.
Si les FL ont réussi à imposer leurs listes d'office dans 5 villages – Bane, Bkaakafra, Hadeth el-Jebbé, Qnat et Tourza –, il n'en a pas été de même dans le village de Bécharré qui a connu une expérience locale du style « Beyrouth Madinati », formée de personnalités de la société civile, d'indépendants et de personnes gravitant dans l'orbite politique FL, mais désireux de demander des comptes aux députés de la région, Sethrida Geagea et Élie Keyrouz.
Dans d'autres villages du caza, comme Hadchite, Bazaoun, Barhalioun ou Abdine, par exemple, les listes appuyées par les FL ont également dû livrer bataille.
À Bécharré même, 14 157 électeurs étaient appelés à voter pour les 36 candidats aux 18 sièges à pourvoir au sein du conseil municipal.

Parrainée par Samir et Sethrida Geagea, la liste du « Développement et de la Fidélité à Bécharré » – le même nom a été donné à l'ensemble des listes FL dans le caza, village par village –, emmenée par Freddy Sélim Keyrouz, était donnée grande favorite.
Déposant son bulletin de vote, Mme Geagea s'est adressée à son époux, affirmant que « Bécharré lui offrirait la plus belle des roses ». « Il est vrai que vous ne pouvez être parmi nous pour des raisons de sécurité. Faites attention à vous, et vous aurez le plus beau des cadeaux de Bécharré », a-t-elle noté.
L'immense popularité dont jouit le président des FL dans la région, sans opposition ou alternative réelle, était de nature à assurer une victoire certaine aussi bien dans le village que dans le caza. D'autant que l'alliance conclue avec le Courant patriotique libre avait neutralisé, en principe, la possibilité d'une opposition politique, même symbolique, face au bulldozer FL.


(Voir aussi : Municipales 2016 : le scrutin au Liban-Nord et au Akkar, en images)

 

Demande de comptes
Cependant, un groupe de personnalités de la société civile, d'indépendants et de FL « récalcitrants », réunis au sein de la liste « Bécharré, patrie de mon cœur » (nom inspiré par un texte de Gebran Khalil Gebran) a quand même relevé le défi face au Goliath FL.
L'objectif de cette liste, selon l'un de ses supporters, est de « marquer une opposition à un style, un comportement, un moyen de traiter avec les gens », en allusion à la gestion par la députée Sethrida Geagea des affaires de la région.

Si le facteur « accord de Meerab » a effectivement ôté toute possibilité de contestation partisane (pro-aouniste) de la suprématie FL dans le village, il n'en reste pas moins qu'il a joué dans l'émergence de cette liste d'opposition de l'intérieur de l'environnement FL. « Depuis l'alliance avec Michel Aoun, il n'y a plus de possibilité de mobiliser l'électorat contre "l'ennemi". Le résultat a été l'apparition d'une sorte de dynamique de l'intérieur visant à demander des comptes aux députés du village et à leur ligne de conduite », précise un électeur de la région, partisan de la liste d'opposition.

Si les milieux loyalistes à Meerab ont accusé hier cette liste d'être appuyée par l'ancien député Gebran Tok, némésis local de Samir Geagea, les milieux proches de la liste d'opposition rejetaient hier cette classification, estimant qu'ils n'avaient rien à voir avec M. Tok.
« Le taux de participation est élevé aujourd'hui parce que les habitants de Bécharré ont senti qu'il y avait de la concurrence. Certains ont tenté aujourd'hui de donner l'illusion qu'il existe deux listes FL. Moi, je vous dis que la liste adverse compte dix personnes qui sont proches de Gebran Tok et de cheikh Issa el-Khoury (en allusion à l'ancien député de Bécharré décédé) », a ainsi affirmé Mme Geagea hier. Le député Élie Keyrouz, lui, s'est contenté de parler d'une liste « appuyée par des notables traditionnels ».
« L'ancien député ne constitue plus aucune menace pour les FL dans la région depuis 2005, répond un partisan de la liste d'opposition. Il n'a plus les moyens de mener bataille face à l'infrastructure FL. À quoi bon l'impliquer dans la bataille ? » estime un partisan de la liste d'opposition. Il admet toutefois qu'en fin de compte, toutes les forces du village politiquement hostiles à la ligne FL auront trouvé, in fine, une liste pour exprimer leur positionnement et leurs frustrations, notamment Gebran Tok. Mais ce dernier n'a rien à voir avec la gestation de la liste, souligne-t-il.

Cependant, cette contestation de la conduite des députés FL qui président souverainement aux destinées de la région depuis 2005 reste purement intérieure, une sorte de demande de compte liée à un contexte étroit, partisan et localisé. Une sorte de sursaut de citoyenneté pour transmettre un message exprimant un certain malaise, et pousser, partant, Meerab à revoir sa gestion des affaires locales et des relations avec sa base.
Lucides, les membres de la liste d'opposition à la liste FL ne se faisaient hier soir aucune illusion sur la possibilité de l'emporter face à la machine électorale adverse. Cependant, disaient-ils, leur score sera « un message de protestation clair » qui, ils l'espèrent, sera entendu à Meerab.

 

Lire aussi

Au Liban-Nord, un scrutin qui confirme des tendances

À Tripoli, des votes arrachés à la misère...

À Tannourine, la guerre est déclarée contre Harb

Zghorta retrouve un consensus entre les grandes familles pour faire face aux partis

Dans le Koura, les affinités familiales l'emportent sur les batailles politiques

À Batroun, Bassil grand vainqueur... sans bataille

Kobeyate : Les « partis » s'inclinent devant la liste Hobeiche-Daher

Ambiance festive avant l'heure à la résidence familiale de Boutros Harb

Près de 89 000 électeurs étaient appelés hier à désigner leurs représentants au sein de huit conseils municipaux dans le caza de Bécharré, le bastion des Forces libanaises, où une participation de 36 % a été enregistrée, selon les chiffres officiels publiés en soirée par le ministère de l'Intérieur.Si les FL ont réussi à imposer leurs listes d'office dans 5 villages – Bane,...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut