Rechercher
Rechercher

Liban - municipales

À Tannourine, la guerre est déclarée contre Harb

M. Harb, suivant le décompte des voix avec sa machine électorale, hier à Tannourine.

Qui dit Tannourine dit Boutros Harb. Mais cette année, un vent de révolte semble souffler sur ce paisible village du caza de Batroun. Une liste appuyée par les Forces libanaises et le Courant patriotique libre a décidé de livrer bataille à la liste traditionnellement soutenue par celui qui est actuellement ministre des Télécoms. Les pôles du 14 Mars n'ont toutefois pas l'intention de se laisser faire.

Tannourine était en pleine effervescence hier et les rues étroites du village, peu préparées à recevoir autant de voitures, souffraient d'embouteillages monstres s'étendant jusque dans le Jurd. Trois bureaux de vote étaient mis à la disposition des électeurs, à Tannourine Fawqa, Tannourine Tahta et Wata Hob. L'enjeu de cette bataille électorale réside dans le fait que, pour la première fois depuis des années, une liste appuyée par des partis politiques fait face à celui qui a toujours été présenté comme le leader de Tannourine. Boutros Harb, lui, a voté à 10h30 à Tannourine Fawqa.

Les partisans purs et durs de M. Harb n'ont pas hésité à manifester hier leur mécontentement face à l'émergence de cette liste « politisée » qui remet en cause le rôle du leader. « On ne voulait pas que les partis politiques s'en mêlent. Aux élections passées, il y avait une seule liste. C'était mieux », indique Michel Harb, la quarantaine, dont le frère est candidat sur la liste de Boutros Harb. « C'est une bataille politique et démocratique, mais on est ici entre amis », s'empresse-t-il d'ajouter. En effet, comme dans tous les villages, tout le monde se connaît et tout le monde salue un membre de la famille ou un voisin, même si on ne vote pas forcément pour les mêmes candidats...
Pour Bassam Hachem, vêtu des obligatoires T-shirts et casquettes aux imprimés bleu ciel, Boutros Harb ne pourra pas être battu. « Certains pensent pouvoir éliminer Boutros Harb, mais c'est difficile. Il unit le village. C'est un maronite indépendant et un homme honnête », souligne-t-il. Également présent sur place, Majd Harb, fils de Boutros Harb, estime que « la bataille électorale est certes politique, mais elle reste avant tout centrée sur le développement du village. Il s'agit d'une bataille intéressante et les gens continuent à être très proches les uns des autres ».


(Voir aussi : Municipales 2016 : le scrutin au Liban-Nord et au Akkar, en images)

 

« Nous n'avons peur que de Dieu »
Mais pourquoi diable les FL et le CPL ont-ils décidé d'attaquer Boutros Harb dans son fief ? Certains observateurs y voient une volonté de ces deux partis de réduire l'influence de Harb dans la région avant la tenue des législatives. Des supputations auxquelles M. Harb s'est empressé de répondre, estimant que seul le peuple a la capacité de changer la donne lors des législatives : « Nous sommes dans une démocratie et si aujourd'hui je suis député, c'est par la volonté du peuple. Et si je ne le suis plus demain, ce sera également par la volonté du peuple. Aujourd'hui est un grand jour dans notre vie démocratique et nous élirons bientôt un président de la République, Inchallah ». M. Harb redoute-t-il l'alliance FL-CPL aux législatives ? « Nous n'avons peur que de Dieu », répond-il.

Les partisans de la liste opposée à Harb évoquent pour leur part une volonté de changement et un mécontentement face à l'association systématique de son nom à celui de Tannourine. Dany Gebrael Harb, ingénieur civil de 38 ans, porte le T-shirt à imprimé rouge de la liste adverse. « Il est normal que tout le monde ne soit pas partisan de Boutros Harb ici. Il n'est pas nécessaire que Tannourine soit toujours associée à sa personne », souligne-t-il. « Le CPL et les FL ont de tout temps été présents ici. Je suis étonné de voir qu'on a essayé de les écarter alors qu'on a ajouté dans la liste de M. Harb des membres du courant du Futur tels que Bahaa Harb », indique Dany Harb. « J'ai entendu dire qu'on a confisqué les cartes d'identité de certains. On a même fait pression sur d'autres pour les pousser à se retirer », ajoute-t-il. Une dame d'une quarantaine d'années, partisane du CPL, confie quant à elle son ras-le-bol face à la situation actuelle : « Cela fait 40 ans que c'est la même chose. On a besoin de changement. »
Les accusations d'alliance avec le courant du Futur n'ont pas échappé à Boutros Harb qui indique : « Il y a des rumeurs selon lesquelles certaines personnes dans notre liste appartiennent au courant du Futur, mais ce ne sont que des propos mensongers. Le Futur n'est pas représenté à Tannourine et n'a pas de candidats. Les candidats de notre liste ont été choisis par les habitants de Tannourine. »

Fort de l'appui de ses alliés du 14 Mars, M. Harb a reçu hier le soutien de l'ancien ministre Sélim Sayegh qui a par ailleurs rappelé le « désaccord (des Kataëb) avec le CPL sur les armes du Hezbollah et son projet ». « La bataille à Tannourine n'est certes pas reliée à des projets nationaux, mais nous refusons de faire tomber les symboles de ce pays. (Harb) est un symbole de Kornet Chehwane et du 14 Mars. Pourquoi est-on en train de le combattre de cette façon au cœur de Tannourine? » se demande M. Sayegh. « Nous ne pouvons qu'être aux côtés de Boutros Harb, surtout lorsque les choses se déroulent de cette façon parce qu'il refuse la politique de domination pratiquée dans le pays. Il ne s'agit plus d'une affaire locale et municipale. Ce sujet nécessite qu'on y réponde par la politique. Il s'agit de notre position à Tannourine », souligne en conclusion Sélim Sayegh.

 

Lire aussi

Au Liban-Nord, un scrutin qui confirme des tendances

À Tripoli, des votes arrachés à la misère...

Zghorta retrouve un consensus entre les grandes familles pour faire face aux partis

Dans le Koura, les affinités familiales l'emportent sur les batailles politiques

À Batroun, Bassil grand vainqueur... sans bataille

À Bécharré, les FL face à une « contestation de l'intérieur »

Kobeyate : Les « partis » s'inclinent devant la liste Hobeiche-Daher

Ambiance festive avant l'heure à la résidence familiale de Boutros Harb

Qui dit Tannourine dit Boutros Harb. Mais cette année, un vent de révolte semble souffler sur ce paisible village du caza de Batroun. Une liste appuyée par les Forces libanaises et le Courant patriotique libre a décidé de livrer bataille à la liste traditionnellement soutenue par celui qui est actuellement ministre des Télécoms. Les pôles du 14 Mars n'ont toutefois pas l'intention de se...
commentaires (2)

Et pourquoi pas alors : "la Harb est déclarée dôddd Harb" ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

18 h 49, le 30 mai 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Et pourquoi pas alors : "la Harb est déclarée dôddd Harb" ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    18 h 49, le 30 mai 2016

  • À Tannourine, la guerre est déclarée contre Harb AVEC LE STUPIDE RALLIIEMENT DES FL A L'AXE CPL/HIZEBOLA ET LA GUERRE DECLAREE CONTRE LES SYMBOLES INDEPENDANTS DE QORNET CHEHWANE ET DU 14 MARS COMME HAREB A TANNOURINE CHAMOUN A DEIR EL KAMAR IL REVIENT A CES INDEPENDANTS CHRETIENS DU 14 MARS COMME HAREB HOBEICHE CHAMOUN KHAZEN OU SOUAID DE REPRENDRE LE FLAMBEAU ABANDONNEE PAR LES FL ULTIME LOT DE CONSOLATION FACE A CET ENORME GACHIS COMMIS PAR LES FL AU NOM DU PRAGMATISME POUVOIRISTE :LES CHRETIENS DU LIBAN VONT PROUVER QU'IL REFUSENT TOUT TANDEM OU LEADERSHIP HEGEMONIQUE OU TOTALITAIRE GENRE AMEEL/HIZEBOLA

    Henrik Yowakim

    17 h 18, le 30 mai 2016

Retour en haut