X

Liban

Otages militaires libérés : Un indéniable exploit... et quelques questions

Otages libérés

En dépit des zones d'ombre qui entourent la transaction, l'euphorie reste de mise.

02/12/2015

Après seize mois de séquestration, ils sont enfin libres. La remise en liberté hier des 16 policiers et militaires otages du Front al-Nosra, après de longues et difficiles négociations, était un moment de grand soulagement pour l'État, qui en avait bien besoin par les temps qui courent.
S'il est encore très tôt pour se livrer à des recherches poussées dans les coulisses de la transaction et tenter de connaître le véritable prix payé en contrepartie de la liberté – inestimable – des otages, il n'en reste pas moins que certains aspects de cet exploit restent pour l'instant imprécis.
La confusion règne tout d'abord autour du nombre de prisonniers libérés en échange des otages et leur destination une fois relaxés. Selon les chiffres qui ont circulé dans les médias locaux, ce sont 25 prisonniers en tout qui ont été libérés des geôles libanaises et syriennes, treize ayant été relâchés des prisons libanaises (parmi eux cinq femmes, sans compter leurs enfants) et 12 de Syrie. Une version confirmée à L'Orient-Le Jour par Nabil Halabi, avocat et militant des droits de l'homme qui a donné hier lecture du communiqué précisant les conditions de l'échange.

 

(Reportage : « Quand Georges sera rentré, je le prendrai dans mes bras »...)


Le ministère des Affaires étrangères qatari parle toutefois de 17 femmes et enfants, et de 8 hommes. L'AFP évoque, de son côté, le chiffre de 6 détenus en Syrie et de 19 au Liban, dont dix auraient choisi de rester sur place, neuf autres ayant décidé de rejoindre les rangs d'al-Nosra en Syrie. Les médias libanais assurent toutefois, dans leur majorité, que la plupart des détenus relâchés sont restés au Liban, à l'exception d'une seule, Khadijé Zayniyé, qui serait partie en Turquie, selon la MTV, et dont le nom ne figure d'ailleurs pas parmi la liste divulguée par M. Halabi, qui assure que l'ensemble des détenus relâchés sont restés au Liban. (Lire ici les noms des 13 prisonniers échangés contre les otages)

 


Autre ambiguïté qui entoure cette transaction, le « profil » des détenus relaxés au Liban et leur situation judiciaire sur laquelle les autorités ont maintenu un flou artistique. Aucun des détenus « n'a de sang sur les mains », assure-t-on sur ce point, la souveraineté de l'État et son « prestige » ayant été sauvegardés jusqu'au bout.

 

(Vidéo : Place Riad Solh, les familles des otages apprennent leur libération : les images)

 


Cela est certes vrai lorsque l'on sait que l'État libanais n'a pas satisfait les exigences que le Front al-Nosra avait au départ formulées, à savoir la libération de gros bonnets du milieu jihadiste, de « grands criminels » aux yeux de la loi. Il en est de même pour l'affaire « Abou Takiyé », de son vrai nom Moustapha Houjeiri, le Front al-Nosra ayant réclamé à la dernière minute son affranchissement des poursuites judiciaires engagées contre lui et contre tous les repris de justice à Ersal. « Un chantage » auquel le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, a refusé de se soumettre, assurant au groupe que « cette demande allait requérir un long processus judiciaire ».


Pour l'instant, on voit mal d'ailleurs comment de telles poursuites pourraient se concrétiser à l'avenir alors que cheikh Moustapha Houjeiri – investi d'un rôle prééminent hier lors de l'opération de l'échange à Ersal – recevait les éloges du ministre de la Santé, Waël Bou Faour, qui l'a remercié pour ses multiples efforts sur le terrain. Selon la LBCI, la présence sur place du prédicateur islamiste aurait été sollicitée par le commandant d'al-Nosra dans le Qalamoun, Abou Malek el-Tallé, pour vérifier si le nombre et le profil des prisonniers dont la libération était prévue dans la transaction étaient exacts. Abou Takiyé est accusé de complicité avec le groupe jihadiste et présumé être le responsable indirect du rapt des militaires qui se trouvaient à son domicile à Ersal avant d'être livrés au groupe islamiste, il y a un an et quatre mois.

 

(Reportage : Au Grand Sérail, les émouvantes retrouvailles des ex-otages et de leurs familles)


Parmi les détenus relâchés, certains avaient un casier judiciaire « assez lourd », notamment Joumana Hmayed, accusée de transport d'explosifs de la Syrie vers le Liban, reconnaît une source proche du dossier. « L'autorité judiciaire détient un pouvoir discrétionnaire pour prononcer une libération », assure la source qui reconnaît toutefois que certains parmi les détenus relâchés étaient des prévenus dont le procès était en cours, alors que d'autres avaient déjà été jugés. L'un des prisonniers a même fait l'objet d'un jugement pourvu en cassation. La cour a fini par casser le jugement pour permettre sa libération. La source souligne à ce propos que « quand bien même leur relaxe a été facilitée, tout a été cependant fait dans le respect de la loi ».
Selon l'avocat de Joumana Hmayed, Tarek Chendeb, « tous les détenus faisaient l'objet au moins d'un acte d'accusation, sauf trois femmes, Oulay el-Oukayli, la femme d'Anas Charkas, alias Abou Ali el-Chichani, un haut responsable d'al-Nosra dans le Qalamoun, et deux prisonnières, Samar Hindi et Leila Najjar ». « Il s'agit de deux activistes humanitaires travaillant dans le cadre d'ONG caritatives, arrêtées il y a 9 mois sans raison aucune », assure M. Halabi.
Autant d'éléments vagues à clarifier dans les prochains jours une fois passée l'euphorie.

 

Lire aussi

Et la planète Liban ?, l'éditorial de Issa GORAIEB

Seize libérés, neuf toujours absents..., le décryptage de Scarlett HADDAD

Saja al-Doulaïmi : "Je suis l'épouse de Baghdadi, je crois. C'est ce qu'on dit"

Les responsables libanais saluent la libération des militaires

 

Dossier

Qui sont les militaires libanais otages ou ex-otages des jihadistes?

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CERTES PAS DU : À QUATRE PAS D'ERSAL JE TE LE FAIS SAVOIR...

Rotary Beyrouth

Ces retour de nos soldats nous met du baume sur le coeur. Comment cela s'est-il produit ? A coups de dollars. Qui les a payés et surtout quels sont les intermédiaires qui ont ponctionné leur part "légitime" ?
Entre-temps, nous assisteront à un ballet ininterrompu de nos députés qui féliciteront les parents de nos héros et qui expliquerons qu'eux aussi sont des pères toujours inquiets pour leurs enfants sur la Côte d'Azur ou à Las Vegas.

F. MALAK

BOSS QUI BOSSE

Toujours aucune allusion à la pièce maîtresse qui a fait que ce marchandage aboutisse là où on l'a trouvé !

C'est pas grave , les journaux racontent , les acteurs sur le terrain font le vrai boulot .

Je ne citerai pas ces hommes de l'ombre mais je suis sûr qu'ils sont dans toutes les têtes , aussi bien bienpensantes qu'abrutis de chez la borne kilométrique !

Halim Abou Chacra

Les chicaneries juridiques sont déplacées et il ne faudrait pas du tout s'y adonner. "25 islamistes relaxés" en échange des 16 soldats ? Un bon débarras de ces crapules. La vie d'un seul soldat vaut tous les "islamistes" qui sont dans les prisons libanaises. Point final.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah de plus en plus convaincu d’un complot dirigé contre lui

Un peu plus de Médéa AZOURI

Frères et sœurs d’armes

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants