X

À La Une

Premier raid vraisemblablement russe sur Deraa

Syrie

Au moins 35, patients et personnel médical, ont été tués au cours de frappes sur des hôpitaux.

OLJ/AFP
29/10/2015

La Russie semble avoir mené pour la première fois un raid sur la province méridionale de Deraa, élargissant ainsi son champ d'opérations en Syrie, a affirmé jeudi une ONG.

La province de Deraa et sa capitale éponyme sont majoritairement sous contrôle de la rébellion. "Des avions de combat, qui semblent être russes, ont mené dans le nuit de mercredi à jeudi des raids sur Hara, Tall Antar, Kafr Nasaj et Aqraba, dans le nord de la province" de Deraa, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Cela serait la première fois que l'aviation russe atteint Deraa", a précisé à l'AFP le directeur de cette ONG Rami Abdel Rahmane, sans donner de bilan. La région visée par les frappes russes est contrôlée par une mosaïque de mouvements rebelles modérés et islamistes ainsi que le Front al-Nosra, branche syrienne d'el-Qaëda.

Cette province frontalière de la Jordanie est le théâtre de combats réguliers entre les forces du régime et les insurgés. Mais il n'y a pas eu d'opération terrestre d'envergure depuis le début des frappes russes en Syrie le 30 septembre.

 

(Repère : Qui sont les participants annoncés à la réunion de Vienne sur la Syrie ?)

 

Raids sur des hôpitaux
Par ailleurs, Médecins sans Frontières (MSF) a affirmé à l'AFP qu'au moins 35 Syriens, patients et personnel médical, ont été tués et 72 blessés au cours d'une "récente et significative augmentation" de frappes aériennes sur des hôpitaux en Syrie.

L'accroissement des frappes aériennes dont l'organisation n'a pas identifié l'origine et qui ont débuté fin septembre, ont touché 12 hôpitaux dans les province d'Idleb (ouest), Alep (nord) et Hama (centre), dont six soutenus par MSF, a indiqué le communiqué. "Au total, six hôpitaux ont été contraints de cesser leurs activités... et quatre ambulances ont été détruites. Un seul a rouvert mais l'accès aux services d'urgences, de maternité, de pédiatrie et de soins primaires demeure gravement compromis dans ces zones".

 

(Lire aussi : Paris et ses alliés veulent négocier un « calendrier précis » de départ d’Assad)

 

Selon le texte, "des dizaines de milliers de personnes ont été forcées de quitter leur domicile", en raison des attaques. "Après plus de quatre ans de guerre, je reste sidéré de voir combien le Droit international humanitaire peut être aussi facilement bafoué par les différentes parties impliquées dans le conflit", a affirmé Sylvain Groulx, le chef de mission de MSF en Syrie.

Le conflit en Syrie déclenché en mars 2011 a déjà fait plus de 250.000 morts, 6,5 millions de déplacés à l'intérieur du pays et 4,2 millions de réfugiés à l'étranger.

 

Lire aussi
En Syrie, c'est Moscou, et non plus Téhéran, qui mène la danse

La mort d'Iraniens en Syrie illustre l'engagement croissant de Téhéran

Les frappes russes redonnent le moral aux habitants de Damas

L’opposition syrienne sert-elle encore à quelque chose ?

Quel impact réel de la Russie sur le terrain en Syrie ?

 

Vidéo
Avec les soldats russes présents en Syrie (caméra cachée)

 

Dossiers
Syrie : qui combat qui, et où

Syrie : la diplomatie dans tous ces États

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Donc si je comprends bien , ici aussi Les Russes NPM ont eu le feu vert jaune rouge de la connivance ??? loooolll...

« Le Hezb libanais est beaucoup plus dangereux que Daesh pour nos frontières », c’est ce qu’a déclaré mercredi soir le ministre israélien de la guerre, Moshe Yaalon.

Et d’ajouter, lors d’une conférence de presse avec son homologue américain Ashton Carter, « nous craignons que les factions, soutenues par les gardiens de la révolution iranienne et leurs alliés, profitent de la crise syrienne pour ouvrir un nouveau front ‘terroriste’ contre Israël dans les hauteurs du Golan. »

Selon Yaalon, « l’Iran est surchargé par la lutte en Syrie, et il est probable qu’il incite le Hezbollah à agir le long de nos frontières nord-est, et à également mener des attaques ‘terroristes’ à partir du Liban ».

« Israël accorde un grand intérêt aux opérations terrestres des forces syriennes, appuyées par 1500 à 2000 combattants des gardiens de la révolution iranienne et par 800 combattants du Hezbollah, dans les régions du nord et de l’est de la Syrie, c'est-à-dire de Lattaquié vers Idleb et Alep, et de Homs vers Hama et Alep », a également dit le ministre israélien de la guerre.

ACE-AN-NAS

Tout ca pour faire de la bevue us de Kunduz en Afghanistan , un parallele malhonnete .

Ou si c'est vrai , les malades , blesses, medecins etc... sont loin d'etre des civils terroristes moderes ou violents .
Ce ne sont que des bacteries qui se font soigner en rase campagne , allez voir du cote de l'usurpie qui y est soigne.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué