Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Interview express

En Syrie, c’est Moscou, et non plus Téhéran, qui mène la danse

Julien Théron, universitaire français et expert en géopolitique, répond aux questions de « L'Orient-Le Jour ».

Le président syrien Bachar el-Assad et son homologue russe Vladimir Poutine, mercredi, à Moscou Ria Novosti/ Kremlin Pool/ Alexey Druzhinin / AFP

La visite du président Bachar el-Assad mardi à Moscou a montré que la Russie est désormais maîtresse du jeu, quelques semaines après son intervention militaire en Syrie. L'offensive diplomatique a été relancée puisqu'une réunion quadripartite entre Russes, Américains, Saoudiens et Turcs est prévue aujourd'hui. En prenant ainsi les choses en main, la Russie semble avoir la primauté aujourd'hui sur l'Iran, allié numéro un de Damas. Téhéran est-il mis à l'écart pour autant ?

Bachar el-Assad a fait sa première visite depuis 2011 à Moscou et non à Téhéran. Est-ce que l'Iran a perdu la main sur le dossier syrien ?
Le fait que Moscou intervienne (militairement) est un signe qu'il veut reprendre la main sur le dossier syrien. On parlait d'une ingérence iranienne grandissante dans les cercles proches de Bachar el-Assad et je pense que Moscou a voulu être le maître de ses propres intérêts et a décidé dans ce sens-là de l'intervention militaire. La Russie a une stratégie, qui consiste à ce que l'intervention débouche sur des négociations politiques. Cela ne veut pas dire que les liens sont coupés avec Téhéran ou qu'il y a un antagonisme fondamental. Il est évident qu'il y a des canaux de communication qui sont établis. Mais c'est Moscou qui mène la danse.


(Lire aussi : Poutine fustige le « double jeu » occidental avec les « terroristes » en Syrie)

 

Comment l'Iran pourrait réagir alors qu'il n'a pas été convié à la réunion quadripartite proposée par
Moscou ?
Si on regarde les autres acteurs, on s'aperçoit que ce sont plutôt des acteurs antagonistes par rapport à la position irano-russe. Donc le fait que Téhéran n'ait pas été invité, n'est pas complètement étonnant. Cela ne veut pas dire qu'il y a une position antagoniste entre les Russes et les Iraniens, mais cela montre surtout que c'est Moscou qui gère, parce qu'il s'agit là de faire face aux positions adverses, notamment celle des Turcs, c'est ça qui est important. Les Iraniens sont certainement au courant des velléités russes, mais effectivement ils ne sont pas invités pour défendre ce projet russe. Il faut savoir que c'est la Russie qui a organisé la réunion et qu'à un moment peut-être, l'Iran va entrer dans la danse. Mais je crois que le président russe Vladimir Poutine tient beaucoup à assurer le prestige de son pays en Syrie. Il ne faut pas oublier que la Russie joue avant tout et pas Bachar el-Assad ou l'Iran.

Est-ce que la Russie et l'Iran se répartissent les rôles dans la stratégie de soutien au régime syrien ?
Au niveau militaire certainement. Les Iraniens conseillent l'armée syrienne et ont envoyé des troupes au sol. Les Russes sont surtout là pour l'approvisionnement. La projection de forces russes est prudente, en réalité. Les quelques chars T90 et les troupes au sol sont essentiellement là pour préserver les intérêts russes sur la côte syrienne. C'est essentiellement le contingent aérien russe qui s'occupe des opérations.

 

Lire aussi
Assad à Moscou : toutes les options sont aujourd'hui sur la table

Malgré l'aide russe, l'armée du régime peine à prendre le dessus sur les rebelles

Que veut la Russie en Syrie ?

Ce qu'a d'inquiétant l'intervention de Poutine en Syrie

Reportage
Avec les soldats russes présents en Syrie (caméra cachée)

 

Dossiers

Radioscopie du sol syrien : qui combat qui, et où

Syrie : la diplomatie dans tous ces États


La visite du président Bachar el-Assad mardi à Moscou a montré que la Russie est désormais maîtresse du jeu, quelques semaines après son intervention militaire en Syrie. L'offensive diplomatique a été relancée puisqu'une réunion quadripartite entre Russes, Américains, Saoudiens et Turcs est prévue aujourd'hui. En prenant ainsi les choses en main, la Russie semble avoir la primauté...

commentaires (3)

mais où est Normal 1er...?

M.V.

14 h 26, le 23 octobre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • mais où est Normal 1er...?

    M.V.

    14 h 26, le 23 octobre 2015

  • Ah oui ? !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 59, le 23 octobre 2015

  • L'IRAN AVAIT MIS LA MAIN HAUTE SUR ASSAD ET SUR SON ENTOURAGE DONT PLUSIEURS FURENT ÉLIMINÉS... ET ILS INSISTAIENT SUR LA CRÉATION D'UN ALAOUITOLAND À LA PROLONGATION VERS LE LIBAN ... D'Où LA CONCERTATION DES GRANDS ET LE BLANC SEING POUR LA PRISE EN MAIN PAR LES RUSSES QUI EN ACCORD AVEC LES OCCIDENTAUX VONT DÉCIDER DU SORT DE LA SYRIE !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    06 h 29, le 23 octobre 2015

Retour en haut