Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Les frappes françaises ont détruit un camp de jihadistes près de Deir el-Zor

"D'autres frappes pourront avoir lieu si nécessaire", déclare François Hollande.

Un Rafale français s'apprête à décoller d'une base dans le Golfe, pour une mission de surveillance au-dessus de la Syrie, le 8 septembre 2015. AFP PHOTO / ECPAD

La France a mené dimanche ses premières frappes contre le groupe État islamique (EI) en Syrie, au nom de la "légitime défense" contre la menace terroriste, et pour avoir voix au chapitre dans le grand jeu diplomatico-militaire actuellement en cours sur ce dossier.

L'annonce des frappes, solennellement confirmée par le président François Hollande à New York, intervient à la veille de l'ouverture officielle de l'Assemblée générale de l'ONU, où Moscou, qui a repris la main sur le dossier, va tenter de sauver son allié syrien Bachar el-Assad et proposer une coalition élargie contre les terroristes.

"La France a frappé un camp d'entraînement du groupe terroriste Daech (acronyme arabe de l'Etat islamique) qui menaçait la sécurité de notre pays", a déclaré M. Hollande, ajoutant que l'opération, impliquant six avions, a été menée près de Deir el-Zor (est). Selon le chef de l'Etat, qui n'a pas exclu d'autres frappes dans les prochaines semaines, il n'y a pas eu de pertes civiles au cours de ce raid mené grâce aux renseignements recueillis ces deux dernières semaines lors des vols de reconnaissance français au-dessus de la Syrie, ainsi que grâce à des "informations fournies par la coalition".

François Hollande a invoqué "la légitime défense" pour expliquer cette frappe, alors que la France, qui participe aux opérations de la coalition anti-EI en Irak, s'était jusqu'à présent interdite d'intervenir en Syrie, par crainte de conforter le président Bachar el-Assad. Mais la crise des réfugiés et les menaces terroristes ont changé la donne, et sont invoquées pour expliquer ce changement de stratégie.

"Il y a ce que nous faisons au plan militaire et ce que nous faisons au plan politique et diplomatique", a souligné M. Hollande, indiquant que Paris s'engageait en parallèle dans la recherche d'une solution politique au conflit en Syrie, ravagée depuis plus de quatre ans par une guerre atroce qui a fait plus de 240.000 morts.
"Cette solution politique suppose d'intégrer toutes les parties prenantes (à la crise), et la France discute avec tous et n'écarte personne", a-t-il déclaré, tout en répétant l'antienne selon laquelle "l'avenir de la Syrie ne peut pas passer par le président syrien Bachar el-Assad". Mais la tête du président syrien, longtemps réclamée par les pays occidentaux et arabes comme préalable à toute négociation, ne semble plus être une condition sine qua non.

 

 

 

(Lire aussi : Qui est l’ennemi principal de la France ? "L’État islamique, al-Nosra, el-Qaëda ou Assad ?")

 

Grand jeu diplomatique

Le président russe Vladimir Poutine, soutien fidèle d'Assad, a repris la main sur le dossier syrien et bouscule depuis plusieurs semaines le camp occidental, en panne de stratégie, avec ses initiatives diplomatiques et militaires.

Dans un entretien à la télévision américaine CBS, diffusé dimanche mais réalisé il y a plusieurs jours, M. Poutine a annoncé qu'il cherchait à mettre en place avec "les pays de la région (...) une sorte de cadre de coordination" contre les jihadistes de l'EI en Syrie et en Irak. "Nous aimerions avoir une plateforme commune pour une action collective contre les terroristes", a-t-il déclaré.
M. Poutine, dont le pays a nettement accru sa présence militaire dans un fief du régime dans le nord-ouest de la Syrie, a précisé qu'il avait "personnellement informé" les souverains saoudien et jordanien de sa proposition, ainsi que les États-Unis.

 

(Lire aussi : Nadine Morano au Liban : En Syrie, des frappes aériennes et une intervention au sol des troupes d'élite sont nécessaires)

 

De son côté, l'Iran, autre grand soutien du régime de Bachar el-Assad, s'est dit prêt à discuter avec les États-Unis, la Russie et les Européens d'un éventuel plan d'action en Syrie, une fois les jihadistes du groupe État islamique défaits. Les initiatives des alliés russe et iranien du régime syrien suscitent de nombreuses interrogations. Mais après plus de quatre ans d'un conflit meurtrier qui a aussi provoqué un exode de 8 millions de réfugiés et déplacés, l'impasse est totale sur le terrain. Et les volontaires du jihad mondial continuent d'affluer.

Selon les services de renseignement américains, cités par le New York Times, près de 30.000 jihadistes étrangers se sont rendus en Syrie et en Irak depuis 2011, soit le double de la précédente estimation il y a un an. L'annonce des frappes "est un bon moment pour envoyer un message", a admis une source diplomatique française, afin de peser dans les grandes manœuvres en cours autour de la Syrie.

 

Lire aussi

Pour résoudre la crise syrienne, les Occidentaux se tournent vers l'Iran

Les armes déployées par la Russie en Syrie

Pour mémoire

Frappes aériennes françaises contre l'EI "dans les prochaines semaines"


La France a mené dimanche ses premières frappes contre le groupe État islamique (EI) en Syrie, au nom de la "légitime défense" contre la menace terroriste, et pour avoir voix au chapitre dans le grand jeu diplomatico-militaire actuellement en cours sur ce dossier.
L'annonce des frappes, solennellement confirmée par le président François Hollande à New York, intervient à la veille de...

commentaires (6)

Mais oui, mais oui les francais de fransois hollande... vous etes forts et présents sur les scènes chaudes telles que la Syrie. Mais ça fait un an que le maitre des occidentaux frappe, sans projet d'etre efficace, l'ei en Syrie, ca change quoi un drapeau en plus ou en moins? Je me demande à qui francois et son valls qui est lié, quand meme, éternellement aux pays le plus illégalement né (...) et le plus criminel du monde, veulent vendre leur paccotille.

Ali Farhat

21 h 29, le 27 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Mais oui, mais oui les francais de fransois hollande... vous etes forts et présents sur les scènes chaudes telles que la Syrie. Mais ça fait un an que le maitre des occidentaux frappe, sans projet d'etre efficace, l'ei en Syrie, ca change quoi un drapeau en plus ou en moins? Je me demande à qui francois et son valls qui est lié, quand meme, éternellement aux pays le plus illégalement né (...) et le plus criminel du monde, veulent vendre leur paccotille.

    Ali Farhat

    21 h 29, le 27 septembre 2015

  • L’adage qui veut qu’il soit facile de commencer une guerre, mais difficile de la terminer, se vérifie, en Syrie. La chute de Bachar était une question de semaines, serinaient, avec aplomb, l’occupant du Quai d’Orsay et une brochette d’oracles de moindre pointure. La guerre, toutefois, est malicieuse : l’État syrien a la mauvaise grâce de ne pas s’effondrer, et les «rebelles» épris de liberté, le mauvais goût de se révéler des Jihadistes barbares et égorgeurs. Chemin faisant, le moulin à rêves de la «communication» se grippe, cédant la place au cauchemar : le monstre à la Frankenstein est hors de contrôle, en passe même de faire un mauvais sort aux géniteurs stratèges et autres apprentis sorciers qui l’ont couvé. Naissent, aussi, le premier foyer du terrorisme mondial et le modèle, pour la perpétration d’abominations, sur tous les continents. L’objectif non déclaré de cette guerre nouveau genre est de faire capoter l’alliance Iran-Syrie-Hezbollah, en lui retirant sa pièce maîtresse, le pilier syrien. Non seulement, le but n’est pas atteint, mais les États-Unis, chefs de file de la coalition anti-syrienne, mettent en veilleuse leur politique anti-iranienne. L’accord du 14 juillet ouvre, enfin, des perspectives de règlement, mais le chemin est hérissé d’obstacles.

    FRIK-A-FRAK

    18 h 00, le 27 septembre 2015

  • Voila ce qu'on appellee prendre le train transiberien en marche . A HERO IS BORN .

    FRIK-A-FRAK

    16 h 33, le 27 septembre 2015

  • DE LA POUDRE AUX YEUX... VOS ALLIÉS FRAPPENT DEPUIS PLUS D'UN AN... ET LES HYDRES GRANDISSENT ET SE DÉVELOPPENT DE PLUS EN PLUS ! OSEZ DES TROUPES SUR LE SOL... SEUL MOYEN D'EN FINIR... SI... ON VEUT VRAIMENT EN FINIR !!!

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    11 h 12, le 27 septembre 2015

  • C'est des bombardements pour améliorer le slogan publicitaire...de la com. de Normal 1er...en chute libre dans les sondages....! Militairement parlant ,sans des forces coordonnées au sol...l'efficacité de telles frappes reste à démontrer ....car depuis 1 1/2 les USA frappes des cibles sur les régions Irak/Syrie et l'EI ,n'a pas cesser de gagner du terrain....! par ailleurs ,l'usage d'avions Rafale est inapproprié , pour de telles missions et le coût très élevé à 10/11 000 Euros l'heure de vol... et 95 /125 000 le missile ..ca faire cher le djihadiste neutralisé....! sans parlé des dommages collatéraux ...civiles en général...

    M.V.

    10 h 53, le 27 septembre 2015

  • Considérant que "les populations civiles doivent être protégées contre toutes les formes de violences, celles de Daech mais aussi contre les bombardements meurtriers de Bachar el-Assad", comment alors l’Élysée peut-il estimer que ces frappes confirment sa détermination à "lutter contre le menace terroriste que constitue exclusivement ce Daech et à frapper à chaque fois que sa sécurité nationale sera en jeu, alors qu'il invoque la légitime défense pour se justifier de mener des frappes aériennes contre le groupe État islamique exclusivement." ! Hypocrite, va !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 39, le 27 septembre 2015

Retour en haut