Rechercher
Rechercher

À La Une - syrie

Frappes aériennes françaises contre l'EI "dans les prochaines semaines"

Hollande invoque "le principe de la légitime défense" pour justifier l'opération.

Le président français François Hollande a invoqué mercredi "le principe de la légitime défense" pour justifier d'éventuelles frappes aériennes en Syrie. AFP PHOTO PATRICK KOVARIK

La France effectuera "dans les prochaines semaines" ses premières frappes aériennes contre l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.
Interrogé par la radio France Inter sur l'échéance à laquelle les chasseurs français, qui effectuent depuis le 8 septembre des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, passeraient à des frappes, le ministre a répondu : "Dans les prochaines semaines, dès que nous aurons des cibles bien identifiées".
M. Le Drian s'est refusé à plus de précisions. "Je ne vais pas vous indiquer tous les plans de vols", a-t-il répliqué. "Ce serait une erreur tactique."

"Aujourd'hui Daech (acronyme arabe de l'EI) a progressé de telle sorte qu'elle menace à la fois l'Armée syrienne libre et la résistance syrienne dans la région d'Alep mais aussi, derrière l'axe Damas-Homs, le Liban s'il arrivait à percer cette ligne", a noté le ministre.
Dans ce contexte, la France rassemble du renseignement avec tous les moyens dont elle dispose, notamment avions et satellites, a-t-il poursuivi.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), "de violents combats continuent dans la région d'Alep, à la périphérie de Marea et des cinq villages limitrophes contrôlés depuis la semaine dernière par l'EI", sans toutefois noter de progression jihadiste ces derniers jours. L'opposition en exil a affirmé que l'EI a attaqué à deux reprises Marea avec des armes chimiques. A Homs, troisième ville du pays (centre), 13 personnes ont été blessées mercredi dans un attentat à la voiture piégée dans un quartier à majorité alaouite, communauté à laquelle appartient le président Assad.

La raison pour laquelle les Russes renforcent leur présence militaire dans le fief du président syrien Bachar el-Assad, à Lattaquié (nord-ouest), reste difficile à clarifier. "Est-ce que cela veut dire qu'ils se protègent contre une éventuelle chute de Bachar el-Assad ? C'est une question qu'il faudrait leur poser", a en outre demandé M. Le Drian. "Ce qui importe c'est que la Russie fasse partie de la solution et la solution ne passe pas par Bachar el-Assad", a-t-il souligné.

 

(Lire aussi : Assad : L'Iran aide la Syrie militairement et économiquement)



M. Le Drian a démenti tout accord implicite avec le régime de Damas pour que les avions français puissent survoler le territoire syrien sans s'exposer au feu anti-aérien syrien. "Toute opération aérienne est risquée et nous prenons les dispositions nécessaires pour éviter à nos pilotes les dangers qui sont là", a-t-il seulement commenté.

Quelques heures plus tard, le président français François Hollande a invoqué en Conseil des ministres "le principe de la légitime défense" pour justifier les éventuelles frappes en Syrie, a rapporté le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.
"Les éventuelles frappes sont liées à une adaptation qui relève du droit à la légitime défense puisque des menaces, en particulier venant de la Syrie et de Daech concernent directement la sécurité de la France", a affirmé M. Le Foll, rapportant les propos du président.
"La ligne de la France, c'est adapter la politique qui a été conduite jusqu'ici dans le cadre de la coalition en Irak à la Syrie dans le cadre de l'article 51" de la Charte des Nations unies sur la légitime défense.

 

La France, qui participe depuis un an à la coalition contre l'EI en Irak, a lancé la semaine dernière des opérations aériennes de reconnaissance au-dessus de la Syrie, ce qu'elle s'était interdite jusque-là, par crainte que cela ne profite au président syrien.

 

 

Lire aussi
Comment Moscou est passé à l'attaque en Syrie

Syrie : les nouvelles incohérences de Paris

En cas de raid aérien en Syrie, la France invoquera la légitime défense

En Syrie, Poutine n'a pas le choix

Les grandes puissances en ordre très dispersé face au conflit syrien


La France effectuera "dans les prochaines semaines" ses premières frappes aériennes contre l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.Interrogé par la radio France Inter sur l'échéance à laquelle les chasseurs français, qui effectuent depuis le 8 septembre des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie,...

commentaires (3)

HONTE À TOUS LES OCCIDENTAUX... RUSSES, AMÉRICAINS EUROPÉENS ET LES QUEUES QUI LES SUIVENT... ET AUX LOCAUX TURQUIE EN TÊTE SUIVIE DE LA PERSE ET DE LA SAOUDITE ET LES QUEUES QUI LES SUIVENT... CAR IL N'Y AURAIT POINT EUT DES HYDRES DE TOUT GENRE ET DES DEUX CÔTÉS SI ILS NE LES AVAIENT PAS CRÉÉES ET NE LES POURVOYAIENT EN ARMES ET FINANçAIENT !!! DES FRAPPES AÉRIENNES NOUS DISENT-ILS... DE LA RIGOLADE... TOUTES LES HYDRES GRANDISSENT ET LEURS POUSSENT PLUS DE TÊTES CHAQUE JOUR !!! SI LA VOLONTÉ EXISTE ILS PEUVENT EN FINIR... ET PUIS INVITER TOUS LES PAYS DE LA RÉGION CONCERNÉS POUR UN YALTA OBLIGATOIRE !!!

OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

21 h 01, le 16 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • HONTE À TOUS LES OCCIDENTAUX... RUSSES, AMÉRICAINS EUROPÉENS ET LES QUEUES QUI LES SUIVENT... ET AUX LOCAUX TURQUIE EN TÊTE SUIVIE DE LA PERSE ET DE LA SAOUDITE ET LES QUEUES QUI LES SUIVENT... CAR IL N'Y AURAIT POINT EUT DES HYDRES DE TOUT GENRE ET DES DEUX CÔTÉS SI ILS NE LES AVAIENT PAS CRÉÉES ET NE LES POURVOYAIENT EN ARMES ET FINANçAIENT !!! DES FRAPPES AÉRIENNES NOUS DISENT-ILS... DE LA RIGOLADE... TOUTES LES HYDRES GRANDISSENT ET LEURS POUSSENT PLUS DE TÊTES CHAQUE JOUR !!! SI LA VOLONTÉ EXISTE ILS PEUVENT EN FINIR... ET PUIS INVITER TOUS LES PAYS DE LA RÉGION CONCERNÉS POUR UN YALTA OBLIGATOIRE !!!

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    21 h 01, le 16 septembre 2015

  • Les différents points de vue des gouvernements européens à propos des derniers développements en Syrie vont bon train ces jours-ci, évoquant le changement de cap de l'Occident vis-à-vis de la Syrie, par rapport à leur prise de position d'antan qui consistait à supprimer Bachar , le PDT légitime de ce pays. Justement à ce propos, la plus récente prise de position, est celle du gouvernement allemand, insistant sur l'impératif du dialogue avec Bachar , a retenu l'intérêt de l'opinion publique. Berlin s'est déclaré prêt à entamer le dialogue avec le Bashar pour mettre fin aux conflits qui sévissent depuis cinq ans dans ce pays. Quant à l'Espagne, son ministre des AE, Garcia a déclaré qu'il a entamé les consultations dans l'objectif de commencer les négocations avec Bachar . Son homologue britannique, Philip Hammond a évoqué, dans des propos dignes de réflexion, le souhait de son pays de la pérennité de la présence du président Assad sur la scène politique. Bref, la reconnaissance de l'Occident du rôle et de la place de Bachar au sein du futur ordre syrien est un signe manifeste de changement de cap occidental envers la Syrie, ce qui traduit la stabilisation de l'actuel Ordre syrien sous la direction de celui ci. Il n'est pas encore loin ce temps où les chancelleries occicons battaient le tambour de la guerre contre la Syrie, exigeaient une zone d'exclusion aérienne et une action militaire contre ce pays.La Résistance du peuple syrien a pratiquement basculé les équations.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 54, le 16 septembre 2015

  • Un grand rigolo Normal 1er ...j'espère qu'en fin de mois ici ...il nous la fera courte...

    M.V.

    17 h 22, le 16 septembre 2015

Retour en haut