X

À La Une

Rohani : Tout le monde accepte le maintien d'Assad

Syrie

L'Iran est prêt à discuter avec les États-Unis, la Russie et les Européens d'un éventuel plan d'action en Syrie, assure le président iranien.

OLJ/AFP
27/09/2015

Le président iranien Hassan Rohani a affirmé qu'il existait désormais un large consensus international pour le maintien du président syrien Bachar el-Assad, afin de contrer le terrorisme, dans une interview sur CNN dimanche.

"Je pense qu'aujourd'hui tout le monde a accepté que le président Assad devait rester (au pouvoir) afin de combattre les terroristes", a déclaré M. Rohani, ajoutant que ce n'est qu'une fois que ce combat serait en passe d'être gagné que "d'autres plans devraient être mis en œuvre pour que soient entendues les voix de l'opposition" syrienne.

"En Syrie, notre premier objectif est de combattre les terroristes et de les défaire, et nous n'avons pas d'autre solution que de renforcer l'autorité centrale et le gouvernement comme les principaux centres de pouvoir", a-t-il déclaré.

Le maintien, même transitoire, du président syrien, considéré par les Occidentaux et les pays arabes comme le principal responsable du sanglant conflit qui a fait plus de 240.000 morts depuis 2011, est de plus en plus ouvertement évoqué, y compris par les chancelleries occidentales. "L'Iran et les États-Unis n'ont pas de discussions directes sur la Syrie", a précisé M. Rohani, mais Téhéran discute avec les Européens et d'autres, qui sont en contact avec les États-Unis, a-t-il souligné.

 

( Lire aussi : Pour résoudre la crise syrienne, les Occidentaux se tournent vers l'Iran )

 

 

Un peu plus tôt, dans un entretien avec la radio américaine publique NPR, le président iranien a déclaré que  l'Iran est prêt à discuter avec les États-Unis, la Russie et les Européens d'un éventuel plan d'action en Syrie une fois les jihadistes du groupe État islamique défaits. 

"Ce n'est pas un problème pour nous (...) d'entamer des discussions pour déterminer et mener à bien le plan d'action suivant, après que les terroristes auront été chassés du territoire" syrien, a-t-il expliqué dans un entretien qui sera diffusé dans son intégralité lundi. "Mais nous devons tous agir de concert et avoir une formule pour chasser les terroristes, immédiatement", a-t-il souligné.

"Nous devons parler des options à venir" avec le gouvernement syrien et "toutes las parties concernées", dans le but "d'aboutir en commun à un plan d'action", a-t-il dit. Mais il a aussi réaffirmé que le sort de la Syrie, et de son président Bachar el-Assad, ne pourrait être décidé que par les Syriens eux-mêmes: "En fin de compte, le dernier mot, et le mot le plus important, revient au peuple de ce pays".

"Nous nous soucions de la situation en Syrie et de la population syrienne", a encore affirmé M. Rohani. "Nos cœurs saignent pour les nombreuses personnes qui sont tuées chaque jour". "L'Iran continuera de tout faire pour créer stabilité et sécurité et les rétablir en Syrie", a-t-il affirmé.

  

L'Iran est avec la Russie un des plus fermes alliés du régime de Bachar el-Assad qu'il soutient militairement. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré dimanche qu'il cherchait à mettre en place avec les pays de la région un "cadre de coordination" afin de combattre les jihadistes du groupe État islamique en Irak et en Syrie.

La France "discute avec tous et n'écarte personne" dans la recherche d'une solution politique en Syrie, a déclaré dimanche le président François Hollande à New York. Paris considère toutefois que Bachar el-Assad ne peut rester éternellement à la tête du pays: "L'avenir de la Syrie ne peut pas passer par Bachar el-Assad", a souligné M. Hollande.

 

Lire aussi 

Les frappes françaises ont détruit un camp de jihadistes près de Deir el-Zor

Les armes déployées par la Russie en Syrie

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il y croit ferme, le Per(s)cé ébaubi !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUR LA SELLE POUR AUJOURD'HUI... DEMAIN LE CHEVAL PEUT TRÉBUCHER...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On le répète, äâïnéh, qu'il parte tout de go ou dans quelques mois, il finira comme Milosevic.... à La Haye ; yâ hassértéééh !

HABIBI FRANCAIS

il ne reste plus a assad qu etre prix nobel de la paix....pourquoi pas?

Bery tus

rira qui vivra !!

Rohani est sincere c'est ce que j'ai dis depuis longtemps, depuis exactement juillet le seul pb de l'iran est la waliyat el fakih .. d'ailleurs khamaneii avait affirmer qu'il ne discturai pas d'autre chose avec les USA que sur le nucléaire n'est ce pas ?!?!? et bien voila que maintenant l'iran discute avec les USA sur la syrie hahaha

oui comme j'ai affirmer "rira, qui vivra"

BOSS QUI BOSSE

Ho ho ho !
Je reste bouche bée.
Un nouveau héros est né.
Faut il donner son nom ? Les huluberlus n'en dormiraient plus la nuit.

Et puis pourquoi bouder son plaisir les résistances ont eu une victoire éclatante .
Les occicons de piètres visionnaires.
Je salue leur revirement politique ainsi que tous ceux qui ont eu la lucidité et l'honnêteté de se réformer.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN HOMME DE BONNES INTENTIONS QUE CE ROHANI !

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants