L’édito de Michel TOUMA

Le piège

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
24/08/2015

En période de grande crise nationale, il devient impératif de faire preuve de discernement et, surtout, d'éviter de se faire manipuler en se laissant entraîner dans le populisme le plus primaire. Que le dossier des déchets ait été très mal géré, dès le départ, cela paraît très peu contestable. Il est, de même, malheureusement évident que le ministre de l'Environnement a fait preuve d'une regrettable négligence en s'abstenant d'organiser une vaste campagne pour mobiliser les municipalités et organiser le nécessaire tri à la source, qui aurait atténué dans une très grande proportion le problème de l'accumulation des ordures ménagères dans les rues. Que le problème du traitement des déchets soit au centre de déplorables magouilles politico-financières, impliquant des fractions des deux camps en présence, cela nul ne l'ignore. Que les forces de l'ordre aient réagi de manière brutale et excessive face aux manifestants, cela est condamnable – en toutes circonstances.
Il reste qu'une évidence s'impose : ce qui s'est produit à Riad el-Solh dépasse de très loin l'ensemble des considérations en rapport avec la crise des déchets. Preuve en est les propos tenus publiquement par les responsables du mouvement de contestation qui ont affirmé, sans ambages, que « le problème des déchets est dépassé » et que les revendications portent désormais sur le départ « sans délai » du gouvernement et « l'organisation immédiate » d'élections législatives. « Révolution, révolution », « Le peuple veut la chute du système », scandaient les contestataires à la place Riad el-Solh.
Ces propos et slogans auraient pu être inscrits au compte des joutes oratoires et du climat fiévreux qui accompagnent toute manifestation populaire. Mais les déclarations émanant du chef du CPL et des hauts responsables du courant aouniste – le Hezbollah, comme à son habitude, restant en arrière-plan – constituent un indice probant de l'existence d'une volonté délibérée d'exploiter le mouvement de contestation pour réaliser des desseins peu avouables. Pour s'en convaincre, il suffit de faire une rapide rétrospective du comportement des ministres aounistes depuis plusieurs mois. Un comportement qui se résume en peu de mots : le torpillage de l'action du gouvernement sous le prétexte fallacieux qu'aucun sujet ne devrait être débattu au sein du cabinet sans discuter au préalable du mécanisme de prise de décision, dans le sens de « la satisfaction des droits des chrétiens ». Cela implique, selon le CPL, la nécessité d'un consensus pour toute décision, quelle qu'elle soit, même si elle ne revêt aucun caractère d'ordre stratégique. Un moyen sournois de paralyser totalement l'action du Conseil des ministres... « Consensus ne signifie pas torpillage », soulignait hier, fort à propos, le chef du gouvernement. Surtout à l'ombre de l'attitude de certains ministres dont le seul souci apparent est, précisément, d'ériger l'obstruction permanente en méthode d'action politique.
Le sabotage systématique dont pâtit l'exécutif depuis plusieurs mois paraît d'autant plus suspect qu'il a été précédé du torpillage de l'élection présidentielle. Et en remontant plus loin dans le temps, on ne peut s'empêcher d'établir un lien – en matière de comportement obstructionniste – avec l'ensemble de la stratégie de « dynamitage » (au sens propre comme au figuré) initiée par le Hezbollah depuis 2005, avec le concours de ses alliés locaux, afin de stopper le processus souverainiste de libanisation de la vie politique, enclenché dans le sillage de la révolution du Cèdre. A-t-on oublié l'effroyable série d'assassinats et d'attentats, l'occupation du centre-ville pendant de longs mois, la guerre de juillet 2006, le conflit de Nahr el-Bared, la campagne menée sous le prétextre trompeur et fallacieux des « faux témoins », le 7 mai 2008, l'intimidation milicienne dans les rues de Beyrouth qui a abouti à la chute du cabinet de Saad Hariri en vue de la formation d'un gouvernement contrôlé par le 8 Mars, et enfin – cerise sur le gâteau – l'implication dans la guerre syrienne ? Autant d'entraves motivées par une raison d'État syro-iranienne. La liste est longue et on ne peut s'empêcher de se demander s'il ne faudrait pas désormais y ajouter la manipulation politique de la légitime fronde populaire provoquée par le scandale des déchets domestiques et la déliquescence de l'ensemble des services publics dans le pays.

 

Lire aussi
Qui a lâché ses chiens parmi les manifestants ?

Sous couverture civile, une volonté politique de déstabilisation, la situation par Sandra NOUJEIM

Les incidents place Riad el-Solh, un message de l'axe iranien ?, l’éclairage de Philippe ABI-AKL

La campagne « Vous puez ! » perd le contrôle de la situation, le centre-ville transformé en champ de bataille, le reportage d'Anne-Marie EL-HAGE

Pour la première fois, le « Liban des braves gens » dans la rue, le décryptage de Scarlett HADDAD

Au centre-ville, une volonté de reproduire le modèle syrien ?, l'article de Khalil FLEYHANE

À Achrafieh, des démarches privées, au milieu du malaise, l'article de Claude ASSAF

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

La vérité dans la vie politique libanaise n'est plus dans les faits qui n'en sont que la partie visible. Elle n'est même pas dans les rapports du pouvoir qu'une minorité nous impose. Elle est dans la compréhension des raisons qui nous font les accepter, et pour ce sujet il faut un peu plus d'honnêteté intellectuelle et de discussions réelles.
Malheureusement, depuis plus d'un an, on a à faire au plus talentueux des médiocres politiques, vassal d'un puissante milice.
On ne demande rien de plus à un homme politique (la vérité) si l'on veut qu'il soit crédible.Les masses n'ont rien à faire des surdoués comme l'habitant de Rabieh

Honneur et Patrie

Une arrogance haineuse sans limite vis-à-vis de tous ceux qui n'ont pas accepté ses ambitions illégitimes. Le roi Dagobert de Rabié a décidé de passer à un stade supérieur celui du complot contre la sécurité de l'Etat et ce, en dépit de la participation de son clan au gouvernement. Cela ressemble 100% à l'insurrection d'Antoun Saadé en 1949 qui l'avait conduit devant un peloton d'exécution le 8 juillet 1949.
A trop jouer avec le feu on finit par se brûler !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Si, selon l'affirmation du bigaradier, 2 ou 3 de ses "propres" vérités ; simplettes entre toutes ; qui finalement vont de soi, ont jusqu'à ce jour occupé l'histoire de ce patelin, cette indigence à laquelle il réduit les expériences antérieures de sa population prouve d'abord et seulement sa "propre" indigence. D’1 autre point de vue, l'histoire aboutit au contraire à ce résultat que la vérité la + compliquée qui soit, la quintessence de toute vérité, les "gens se comprennent finalement tout seuls. Or, selon lui, des vérités qui paraissent tellement lumineuses à sa populace qu'elles se comprennent d'elles-mêmes, d'emblée au point que cette masse en juge la preuve superflue, ne méritent pas que l'histoire en fournisse encore la preuve expresse ; car elles ne font nullement partie de la tâche que l'histoire s'emploie à résoudre. Animée d'un zèle sacré à l'égard, yîîîh, du "peuple", le Caporal lui dit les flatteries les + délicates ; yâââï ! Si une simple vérité est lumineuse, parce qu'elle paraît lumineuse à cette masse ; si l'histoire se comporte vis-à-vis des vérités selon l'opinion de la populace, c'est donc que le jugement de ce "peuple" en masse est absolu et infaillible, il est la loi de l'histoire qui prouve uniquement ce qui n'est pas lumineux pour cette populace, et a en conséquence besoin d'être démontré. C'est donc, chez lui, le "peuple" en masse de tas d'oranges amères sous forme de populace, qui prescrit au "politique" sa bête "occupation" et sa sale "tâche".

Bery tus

Je comprend pas c'est pour fsire jolie qu'on mets le SEUL PARTI POLITIQUE QUI A RFUSER DE FSIRE PARTI DE CE GOUV (même si il est plutôt proche du 14 mars) dans le même moule que les autres vrai corrompu ?!?!

Pierre Hadjigeorgiou

Tout a fait juste et a propos! Il y a du Hezbollah sous roches qui se sert des moutons de Aoun pour essayer d'en arriver a une constituante. Il faut tenir autant que possible car bientôt le parti de Dieu se verra dans l'obligation de faire des concessions pour sauver sa peau. Patience et persévérance sont les maîtres mots!

HADDAD Fouad

parlement illégale qui refuse d'organiser des élections, et se prolonge de manière scandaleuse pour continuer à se partager le gateau.Chrétiens qui refuse d'élire un président de la république...
Ils n'ont pas règlé le problème de l'electrecité, de l'eau, des déchets.....
Ils ont collé 50 milliards de dollars de dettes....
Qu'ont-ils fait de tout cet argent, pourquoi le dossier des dechets trainent....Ils arrivent pas à se partager l'argent?
Continuez de croire que c'est une manipulation politique, mais le commun des mortels en a marre du CPL, FUTUR, FORCE LIBANAISE,kataeb, PSP, Hezb et tout leur acolytes...
Tféh...

Dounia Mansour Abdelnour

Il est clair que le CPL et son allié le parti divin fomentent en arrière-plan des actes de rébellion en surfant sur la vague de l'affaire des déchets et en stipendiant des agents provocateurs venus noyauter le mouvement 'Vous Puez' . L'affaire des déchets a bon dos à qui veut semer le trouble et renverser le gouvernement.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOILÀ ! MONSIEUR TOUMA... VOUS AVEZ BIEN PIGÉ !!!

Halim Abou Chacra

Il y a 25 ans que ces gens-là "torpillent" le Liban. Assez ! Il faut qu'ils déguerpissent maintenant.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants