Le Liban en 2014

De bouffe en baffes

Gaby NASR | OLJ
05/01/2015

Les années s'enfilent, les tuiles viennent en escadrilles, mais la vie reste belle à Beyrouth, où le jeu de dés suit son cours mollasson : sur trois présidents, il n'en reste plus que deux, dont l'un a subi un étirement de si longue durée que du haut de son perchoir au Parlement, un quart de siècle le contemple... Quant à celui qui est censé être le premier des trois, ce n'est pas demain l'avant-veille qu'il va éclore, au vu des démangeaisons de pouvoir et des appétits maronites gloutons qui sourdent et s'entrechoquent.
Le populo, lui, joue à saute-mouton par-dessus les castagnes. On aura tout vu, tout connu, ces douze derniers mois : l'avalanche de réfugiés syriens qui finiront par phagocyter cette entité bananière dont il ne restera plus bientôt que les épluchures ; l'apparition d'une nouvelle mode vestimentaire aux confins de la Békaa, basée pour l'essentiel sur la chemise de nuit, les babouches, la barbe frisottée et le couteau de cuisine ; l'opérette milicienne saisonnière du Hezbollah autour des hameaux de Chebaa, ces trois fermes et quatre buissons dont il est le seul à croire à la récupération ; les ordures alimentaires dont les remugles de la fermentation le disputent à la date de péremption et gagnent... Sans oublier ce pétrole virtuel autour duquel les querelles débiles ne seront apaisées que lorsque son cours atteindra des abysses insondables... avant d'être surclassé par le carburant de schiste !
Pour le reste, rien ne bouge : d'un côté, les manants aux poches vides, de l'autre, les margoulins à la panse rebondie. Les premiers se serrent la ceinture, les seconds n'arrivent pas à joindre les deux bouts de leur ceinture Hermès.
Mais la boucle est bouclée et l'année s'est terminée sur les rythmes d'une danse orientale en forme de balancier : un coup une petite lampée d'optimisme, un coup une brassée d'obscurantisme. Ne reste plus qu'à attendre les sorcières voyantes et autres marabouts marchands de visions astro-hallucinées pour prévoir les réjouissances qui vont s'abattre et nous abattre en 2015. Certes, la grande bouffe du réveillon était un moment divin. Mais la grande baffe du réveil, c'est pour l'année qui vient !

À la une

Retour au dossier "Le Liban en 2014"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Les hameaux de Chébaa et le demi-Ghajr sont syriens, c'est à Bachar Assad de les libérer. C'est clair ! Il est temps que la rengaine du Hezbollah là-dessus cesse. Les Libanais souverainistes savent depuis longtemps que c'est une tromperie et un prétexte syriens pour envoyer des armes à une milice incontrôlée...

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!