X

La Dernière

Chérine Magrabi Tayeb, inspirante

Beyrouth insight - Rencontre

Après avoir recueilli les confessions et les très belles pièces de designers libanais qui les ont accompagnées, Chérine Magrabi Tayeb ouvre à nouveau « les portes » de sa plateforme « House of Today » à une trentaine de talents qui ont accepté de laisser tomber le masque et de se mettre à nu, émotionnellement et surtout artistiquement. Sous le titre « NAKED – Beyond the Social Mask »
et sous le patronage de Lama Tammam Salam, l'exposition se tiendra au Yacht Club du 16 décembre
au 17 janvier.

Carla Henoud | OLJ
12/12/2014

C'est dans les plus grandes discrétions et finesses, il suffit de la regarder pour le confirmer, que Chérine Magrabi Tayeb a développé sa vision de l'ONG « House of Today », deux ans après la première édition qui avait eu lieu en mai 2012 à la villa Zein, rue Omar Daouk. Parfaitement belle, le regard élégant et souligné d'un bleu éclair, cette incubatrice de talents se dévoile dans une grande pudeur. La voix est basse, les mots murmurés, mais le projet est clair, pensé et repensé. «C'est après la première exposition que j'ai mesuré l'impact de "House of Today", confie-t-elle. Je voulais faire quelque chose de bien, repérer et mettre en avant nos meilleurs artisans et designers. Créer un réseau interactif en étant suffisamment cohérents, pour que le message passe mieux. Les choses se sont peu à peu définies, j'ai réalisé qu'il fallait créer une ONG avec un comité de personnalités influentes qui partagent une même sensibilité pour le design et, surtout, me concentrer sur nos talents locaux qui n'ont pas souvent les moyens de se faire distinguer et de poursuivre leurs études à l'étranger. » « Ainsi, aime-t-elle à rappeler, une partie des revenus est versée à certains élèves afin qu'ils puissent intégrer de grandes universités au Liban, en Europe ou aux États-Unis. »


Du flair et de la passion, Chérine Magrabi Tayeb en a. L'expérience venue s'y ajouter, la belle dame sait de quoi elle parle quand elle s'investit dans une aventure artistique. Mécène et fondatrice du Beirut Art Center, membre du conseil de la Serpentine Gallery de Londres, elle a entrepris ses études au Chelsea College of Art à Londres avant de se lancer dans la production de biscuits artisanaux en collaboration avec la pâtisserie Baker & Spice. Elle rejoint ensuite l'affaire familiale Magrabi Optical, développe en solo Magrabi Retail, puis ouvre The Counter, en se concentrant sur les lunettes de luxe. « Durant cette période qui a séparé les deux expositions, je suis partie à la recherche de nouveaux designers, animée par cette même volonté de les aider, de les sortir de leur monde qui, finalement, les isole ; je voulais les impliquer dans toutes les étapes du processus, de la création à la commercialisation, les placer au-devant de la scène et les aider à s'envoler de leurs propres ailes. » De la « génération » « Confessions – The Secret Is Out », qui a réuni 25 artistes libanais parmi lesquels Souheil Hanna, Karim Chaya, Huda Baroudi et Maria Hibri, Bernard Khoury, Rabih Keyrouz, Nathalie Khayat et Annabel Kassar, Najla el-Zein a rejoint le Victoria & Albert de Londres, David et Nicolas la célèbre galerie Nilufar à Milan et Rami Dali s'est chargé de la conception de vitrines Hermès.

 

Face à soi-même
Pour porter son choix sur un nouveau thème qui soit aussi fort et inspirant que lors de la précédente édition, la commissaire d'exposition a choisi à dessein celui de la nudité. « Quand on est seul, que cherche-t-on à dissimuler? demande-t-elle. J'invite les artistes à ôter les masques, à se mettre face à eux-mêmes et à raconter leur histoire, en toute liberté. » Ils seront trente : un grand couturier, des créateurs de meubles, de bijoux, de sculptures, d'objets forts, insolites, amusants, surprenants ou audacieux. Tous porteurs de messages et de talent. Sam Baron, actuellement à la tête du département design de Fabrica et ambassadeur de cette édition, a conçu un bar ; le célèbre designer Christian Haas un miroir ; Élie Saab une collection de trois sacs numérotés ; Nagib Tabbah une bague totalement inattendue; David et Nicolas un valet et un tabouret ; et Noor Farès un pendentif. Également à l'affiche de ce rendez-vous très attendu, Marc Baroud, Sarah et Malak Beydoun, Nabil Gholam, Dina Kamal et les «outsiders» Tala Hajjar, Azza Mahmasani et le duo Cynthia Merhej et Gilles Khoury.
L'exercice se veut sincère, sensuel, un moment de plaisir et de créativité. Les pièces seront produites en pièce unique ou éditions limitées, vendues exclusivement durant l'exposition et sous la bannière de House of Today. Ou HoT. No comment...

 

Dans la même rubrique
« Positive Lebanon », passeur de belles énergies

« Recettes de vie 2 », une histoire de partage

Arpie Mangassarian, tout feu, tout flamme!

Beirut cooks... et Beyrouth sourit

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NAKED... TITRE PROVOCATEUR... GARE AU CALIFE ABU BAKR EL BAGHDADI !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué