Rechercher
Rechercher

Vient de paraître

Beirut cooks... et Beyrouth sourit

C'est un livre qu'on a immédiatement envie de renifler, de toucher du bout des doigts, avant de le goûter. Le savourer longuement du regard, en imaginant les parfums, les bruits des marmites et les murmures en cuisine. Pascale Habis a réussi, avec son « Beirut Cooks, inside inspiring kitchens », à concocter la recette du bonheur.

Pascale Habis, auteur de « Beirut Cooks ». Photo Esther

Des semaines qu'on l'attend, qu'on suit sa gestation sur Instagram. Les invitations à la signature, le 9 octobre prochain, sont de très belles entrées en matière, entrées gourmandes qui annoncent parfaitement la suite du menu. Car Beirut Cooks, certainement un des ouvrages libanais de l'année, parle de cuisine, certes, mais aussi d'amitié, d'intimité, de créativité, de générosité et de Beyrouth l'ensorcelante. De ces énergies créatives, enfin, qui ont choisi de rester, parce qu'à leurs yeux, ailleurs, ce n'est pas mieux qu'ici...
Pascale Habis a travaillé chaque détail de cet ouvrage rédigé en anglais, de l'idée au choix des cuisiniers, du texte à la mise en page, la qualité des photos et du papier. Elle reste plutôt discrète quand il s'agit de parler de son livre, trop soucieuse de ne pas gâcher la surprise. Ses yeux si clairs et apparemment froids s'illuminent sans laisser transparaître ses émotions, et pourtant... Durant de nombreux mois, la belle femme a mis son âme – et ça se sent – dans chaque ingrédient qui parfume son ouvrage; elle a goûté puis testé les recettes, 120 au total, pour « être sûre qu'elles sont toutes justes, bonnes et faciles à exécuter ». Pour arriver au bout de cette belle aventure, sucrée salée, et savourer enfin le résultat. « Il y a dans Beirut Cooks tout ce que je voulais mettre », confie-t-elle, en ajoutant : « J'avais envie, dans cette période de ma vie, de m'engager dans un projet dont je pourrais contrôler chaque aspect. » Sa formation de graphiste est donc, bien évidemment, dans chaque virgule et image. Une mise en page à la fois simple et belle, qui s'accorde bien avec le concept.

Des gens inspirés

Beirut Cooks est d'abord un hommage épicurien à cette ville pleine de contradictions, « que j'ai voulu plus authentique et loin des clichés habituels », précise-t-elle, à travers un groupe de personnes animées par une ouverture d'esprit et une inaltérable créativité. « Des Libanais fiers de l'être, qui ont beaucoup voyagé, ont même vécu à l'étranger, mais sont revenus au pays pour y accomplir des choses », précise Pascale. Dans la liste de ses invités-amis, des architectes, designers, artistes, chefs, joailliers, pâtissiers. Trente-sept artistes, parmi lesquels Johnny Farah, Laura et Raed Abillama, Sophie Schoucair, Alia Mouzannar, Bernard Khoury, Monique Chebli, Cherine Magrabi Tayeb, Rabih Kayrouz et Kamal Mouzawak ou encore Tala Hajjar. « Certains ont donné une seule recette et sont là pour l'aspect ludique du livre. » D'autres, professionnels de la cuisine ou pas, ont partagé des plats qu'ils aiment cuisiner et manger. Pour mieux plonger dans leur univers, ils ont été brillamment photographiés par Johanne Issa et Yves Attala, dans des lieux qui les décrivent parfaitement bien. Les clichés, portraits et images d'ingrédients, de préparation et de plats finis, deviennent ainsi une joyeuse invitation à partager un repas, que confirme Pascale : « Ils ont tous joué le jeu, préparé parfois 6 plats différents, accepté de nous recevoir chez eux. Tout le monde a été extrêmement généreux et perfectionniste. » Avec une préface signée Nicolas Audi – who else? – , les chapitres portent des noms de films, de romans ou des chansons qui évoquent des univers culinaires particuliers. « The French Connection », « A Place in the Sun », « The Breakfast Club » et, bien sûr... « La vita è bella »... Les cuisiniers, que Pascale introduit par leur prénom, se sont amusés à proposer des salades, des soupes, sandwiches, manouchés, omelettes, des recettes de curry, poulets, couscous et autres fabuleux desserts. Pas d'ego surdimensionnés, pas d'artifices ou de soucis d'apparences, la simplicité ici est de mise. Et la gourmandise...

Il fallait enfin, pour la signature, trouver un endroit « qui soit totalement dans la lignée du livre », souligne Pascale Habis. Le lieu est trouvé, il s'appelle The Food Dealer, une épicerie with a twist qui ouvre à Mar Mikhael début octobre. « Il symbolise le Beyrouth moderne qu'on aime, jeune, raffiné, sans être bourgeois. Avec des personnes qui entreprennent, qui n'ont pas peur et qui font des choses à leur échelle. Dans la qualité. »

Rendez-vous donc le jeudi 9 octobre, de 16 heures à 21 heures.


Lire aussi

Les pochettes de Nour Kays : « Simplixity » !

Michelle et Noël Keserwany, dites-le en musique !

Aziza, le tarapop, un nouveau style musical

L'énergie recyclable de Ziad Abichaker


Des semaines qu'on l'attend, qu'on suit sa gestation sur Instagram. Les invitations à la signature, le 9 octobre prochain, sont de très belles entrées en matière, entrées gourmandes qui annoncent parfaitement la suite du menu. Car Beirut Cooks, certainement un des ouvrages libanais de l'année, parle de cuisine, certes, mais aussi d'amitié, d'intimité, de créativité, de générosité et...

commentaires (0)

Commentaires (0)