Rechercher
Rechercher

Environnement - Environnement

Un projet de construction au Liban-Nord menace de bloquer l'accès à la mer

L'entreprise à l'origine du projet construisait « un centre de villégiature, un chalet et un restaurant », malgré la décision du ministère des Travaux publics de « démolir » les empiètements, affirme le directeur de l'ONG NAHNOO.

Un projet de construction au Liban-Nord menace de bloquer l'accès à la mer

Construction sur une plage de Thoum, au Liban-Nord. Photo publiée par l'ONG NAHNOO

Dernier en date d'une série d'empiètements sur le littoral au Liban, un projet de construction de l'entreprise Azure Blue sur le rivage à Thoum, au Liban-Nord, qui ouvre la voie à une nouvelle atteinte à l'environnement.

Des images et des vidéos postées sur la page Instagram de NAHNOO, une plateforme de plaidoyer pour l'élaboration de politiques publiques, montrent des engins d'excavation à l'œuvre, de jour comme de nuit, sur le site de Thoum.

Le directeur de NAHNOO, Mohammad Ayoub, affirme à L'Orient Today que l'entreprise construisait un nouveau complexe hôtelier qui empiétera sur le littoral, malgré la décision du ministère des Travaux publics de « démolir » les empiètements d'Azure Blue.

Un terrain contesté

M. Ayoub a déclaré que la société en question avait acheté des terrains contestés à Thoum qui portaient la notice « chantiers suspendus » délivrée par la justice. Cela signifie que ce terrain était bon marché car il présentait de nombreuses violations et limitations empêchant les propriétaires d'y construire des projets, explique le responsable.

« Ce type de terrain attire généralement les investisseurs », en particulier ceux qui ont des connexions puissantes et qui peuvent « outrepasser les interdictions » et « faire ce qu'ils veulent », ajoute-t-il.

Lire aussi

Les militants écologistes stoppent un projet de développement sur le littoral de Naqoura

En utilisant un « permis de maintenance », prétendument obtenu par le propriétaire de la société pour effectuer des travaux sur une tente qu'il avait installée et qui, selon lui, était là depuis 1994, l'investisseur a commencé à construire « un centre de villégiature, un chalet et un restaurant », assure Mohammad Ayoub.

« Le permis d'entretien a été accordé sous deux conditions : il est interdit d'utiliser du béton et il est interdit d'empiéter sur le domaine public ; il est certain qu'il n'a respecté aucune de ces conditions », ajoute-t-il.

Contacté par L'Orient Today, l'un des propriétaires d'Azure Blue a refusé de répondre à nos questions.

Cette situation n'est pas nouvelle sur le littoral libanais. Les violations de la loi sur la propriété publique maritime sont un problème récurrent, les promoteurs utilisant leurs relations politiques pour contourner les réglementations afin d'obtenir les permis nécessaires pour construire et faire des profits à partir de l'espace public.

Selon une étude de l'Institut de l'environnement de l'Université de Balamand, au moins 80 % des 220 kilomètres de littoral libanais sont privatisés.

Démolition « théorique »

Les travaux de construction à Thoum sont également contraires à la loi libanaise 444 de 2002 sur la protection de l'environnement, puisqu'ils masquent la vue et bloquent l'accès à la plage. En vertu d'un décret juridiquement contraignant publié en 1925, toute construction permanente sur le domaine public et le découpage de la côte libanaise sont interdits.

Le projet contrevient également au Protocole de Madrid pour la gestion intégrée des zones côtières en Méditerranée, que le Liban a ratifié en 2017 et qui interdit la construction sur la bande côtière sur une largeur de 100 mètres.

Lire aussi

« La côte est à nous, c’est du vol ! » : la privatisation des plages au Liban fait marcher

Le 8 juin, le ministère des Travaux publics a pris une décision, que L'Orient Today a consultée, de « démolir et d'éliminer (...) les biens immobiliers 177 et 202 dans la région de Thoum », faisant référence aux empiètements d'Azure Blue et citant le protocole susmentionné.

Le projet a démarré au début de l'été, suivi d'une campagne de NAHNOO pour demander son arrêt.

Lancée en 2021, la campagne « Côte pour tous », menée par un groupe d'organisations, dont NAHNOO, des militants et des experts, exige la modification de la loi 2017/64 afin de « limiter exclusivement à l'Etat les droits d'occupation des biens publics » et d'empêcher les investisseurs (particuliers et entreprises privées) de posséder et d'exploiter les plages publiques aux dépens de l'intérêt public.

Elle exige la fin du vandalisme environnemental sur les eaux régionales et les habitats des organismes marins. La campagne réclame aussi l'éradication de toutes les violations de la propriété publique maritime et la préservation des 20 % de terres restantes du front de mer public.

« Mais ce projet n'a pas encore été démoli », malgré la décision du ministère des Travaux publics, rappelle Mohammad Ayoub. « Aujourd'hui, le ministre n'a pas pris de décision de démolition. Il a donné une décision de démolition théorique ».

Lire aussi

La plage d’Abou Ali a-t-elle été sauvée par des activistes ?

« De nombreux projets ont été construits sur le littoral libanais. La question est de savoir pourquoi certaines personnes ont été autorisées à poursuivre leurs projets et d'autres non, pourquoi certaines personnes se sont vu retirer leur permis et d'autres non », explique le responsable. « Nous ne comprenons pas cette politique des deux poids deux mesures, et nous ne comprenons pas comment les décisions sont prises. »

Contacté, un porte-parole du ministère des Travaux publics a déclaré qu'il n'avait aucune information à ce sujet, ajoutant qu'une fois que le ministère a pris une décision, il n'est pas responsable du suivi de son exécution.

Centre de surveillance environnementale

En juin, une campagne lancée par une association environnementale, Green Southerners, a interrompu des travaux de construction dont on craignait qu'ils ne concernent un nouveau projet immobilier sur la côte de Naqoura, dans le Sud. M. Ayoub nous avait déclaré en juin qu'un propriétaire privé, qui avait décidé de remblayer son terrain érodé par les vagues, était à l'origine du projet à Naqoura.

Hicham Younès, directeur de Green Southerners, avait affirmé à l'époque à notre publication que l'association a découvert ces activités après avoir mis en place un centre de surveillance environnementale visant à détecter les actions susceptibles de nuire aux écosystèmes locaux et à la faune. Elle a également appris que le ministère des Travaux publics avait initialement accordé aux propriétaires du projet un permis de remblayage.

Après que Green Southerners et d'autres activistes ont exercé des pressions et lancé une campagne en ligne contre le projet, le ministre sortant des Travaux publics, Ali Hamiyé, a pris la décision d'interrompre les travaux et de retirer le permis.

Mohammad Ayoub fait remarquer que la récente mobilisation de la coalition « La Côte est à nous » pour sauver la plage d'Abou Ali à Kfaraabida dans le Nord, et contre un projet similaire à Damour a changé l'équilibre des forces.

Le 5 juin, cette campagne a réussi, grâce à une décision de justice, à obtenir la démolition définitive d'une maison qui bloquait depuis des années l'accès public à la plage de Kfaraabida par des escaliers en fer. La construction d'un mur le long de la route de la localité et la rénovation des escaliers ont également été définitivement interrompues.

Cependant, à Kfaraabida et dans la ville voisine de Thoum, ce n'est pas le seul cas d'empiètement sur le domaine public maritime. Entre les deux villes, une demi-douzaine de projets de construction ont été réalisés ces dernières années sans permis.

Dernier en date d'une série d'empiètements sur le littoral au Liban, un projet de construction de l'entreprise Azure Blue sur le rivage à Thoum, au Liban-Nord, qui ouvre la voie à une nouvelle atteinte à l'environnement.Des images et des vidéos postées sur la page Instagram de NAHNOO, une plateforme de plaidoyer pour l'élaboration de politiques publiques, montrent des engins d'excavation...
commentaires (10)

REMLET EL BEYDA EN REPETITION. TOUT PASSE DANS CE BORDEL.

LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

13 h 16, le 04 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • REMLET EL BEYDA EN REPETITION. TOUT PASSE DANS CE BORDEL.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    13 h 16, le 04 septembre 2023

  • Le scandale réside dans le fait que les ministères et leurs occupants ne sont jamais au courant de ce qui se passe autour d’eux et attendent que le pot aux roses soit révélé pour s’indigner et agir. Ils sont la à toucher leur salaire pour accorder des permis illégaux et se renier par la suite pour faire bonne figure. Leurs salaires sont mirobolants par rapport au travail qu’ils fournissent mais leur suffisent pas alors ils préfèrent l’arrondir avec des dessous de table et de pot de vin. Voilà toute l’histoire. Le peuple lui, ne réagit pas et laisse faire, pire encore, les libanais sont là à rivaliser avec leur entourage en se rendant dans ces lieux « de leur niveau » et payent des sommes astronomiques pour nourrir les mafieux de notre pays. Si ça n’est pas une honte, je ne sais pas ce que c’est.

    Sissi zayyat

    11 h 13, le 04 septembre 2023

  • D’accord avec le commentaire précédent, merci à l’Orient et aux rares députés bien intentionnés de la contestation de continuer à dénoncer le massacre environnemental du pays

    Alexandre Choueiri

    10 h 30, le 04 septembre 2023

  • Nom du propriétaire et "affiliation politique" svp?

    Gros Gnon

    10 h 15, le 04 septembre 2023

  • indiquez le nom du proprietaire.

    Kaldany Antoine

    08 h 39, le 04 septembre 2023

  • Si je ne me trompe, il s'agit de la toute premiere plage de Thoum, fin de Feghal, qui etait nommée Gavéa?? Non seulement il empiète sur le littoral mais il a totalement bloqué l'accès à la mer en mettant un portail en fer rt des fils barbelés et en y installant un gardien pour empecher de descendre à la plage. Le terrain est une proprété privée répond le gardien! Mais la plage??? vous pouvez y accéder par la bas si vous voulez, et en regardant son la bas, nous trouvons un ravin inaccessible plein de brousailles plus hautes que nous... iL faut empêcher tout ça! absolument!

    C EL K

    06 h 01, le 04 septembre 2023

  • Jusqu'à quand on va jouer avec la vérité et à vouloir continuer la désinformation en protégeant des voyous, protégés par les non moins voyous, représentés par les hommes politiques, qui sont eux mêmes responsables de cette folle course à imposer le béton sur nos plages qui appartiennent au peuple. Il suffit de prendre sa voiture et aller se promener le long du littoral pour constater que pour voir la mer il faut un gros effort

    Citoyen

    00 h 06, le 04 septembre 2023

  • Exactement, madame. LA PRESSE. Citez les noms !

    Marie Claude

    22 h 23, le 03 septembre 2023

  • C'est vraiment très triste la bêtise de certain.e.s Libanais.e.s prêt.e.s à tout détruire pour se faire quelques dollars. Heureusement qu'il y en a d'autres qui se battent pour protéger la beauté du pays. Même si règne ici la loi des devises plutôt que celle d'un avenir durable... Courage et honneur aux citoyens qui protègent la nature et le bien commun.

    N.K.

    19 h 38, le 03 septembre 2023

  • Vous indiquez que vous avez contacte un proprietaire. Indiquez le nom. En cachant cette information vous encouragez ces actes.

    LH

    18 h 26, le 03 septembre 2023

Retour en haut