Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

C’est (re)parti pour un nouveau round de concertations

Aoun a proposé à Mikati trois formules pour résoudre l’imbroglio.

C’est (re)parti pour un nouveau round de concertations

Le Premier ministre désigné Nagib Mikati reçu par le président Michel Aoun, hier, au palais présidentiel de Baabda. Photo Twitter/@LBpresidency

Si la rapidité avec laquelle le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, a soumis, mercredi, sa première mouture gouvernementale a été pour le moins surprenante, la suite du scénario l’est par contre beaucoup moins. On pouvait facilement le deviner : jamais un cabinet n’a pu être formé, du moins depuis le début de ce mandat, sans que la guerre des prérogatives entre les deux pôles de l’exécutif – la présidence de la République et la présidence du Conseil – ne se profile en filigrane. C’est d’ailleurs l’un des reproches majeurs que Michel Aoun a fait hier à Nagib Mikati, avec lequel il a eu un entretien éclair de moins d’une demi-heure. Juste le temps pour le chef de l’État de rappeler au Premier ministre désigné qu’il ne peut agir de manière unilatérale, la formation du cabinet étant une danse à deux. Le temps aussi pour Baabda de redéfinir le cadre et les critères qui commandent la formation des cabinets pour que le Premier ministre désigné obtienne l’aval du président, et donc la signature du décret de la naissance de la nouvelle équipe.De son côté, M. Mikati a quitté le palais présidentiel sans faire de déclarations. De sources concordantes, il aurait exprimé au chef de l’État son mécontentement suite à la fuite dans la presse des noms qu’il lui avait soumis.

À la suite des consultations parlementaires non contraignantes effectuées lundi et mardi, M. Mikati avait remis au président une combinaison gouvernementale qui lui semblait convenable dans ces circonstances, sauf qu’elle a fortement déplu à M. Aoun. La liste comprendrait 24 noms et conserverait la majorité des ministres du cabinet sortant, dans ce qui ressemble plus à un remaniement ministériel camouflé qu’à une nouvelle équipe. Seulement cinq des 24 ministres actuels devaient être remplacés. Mais ce serait surtout le remplacement de Walid Fayad (grec-orthodoxe, proche du Courant patriotique libre) par Walid Sinno (sunnite), un homme d’affaires et expert en énergie, qui a constitué la goutte de trop, le portefeuille de l’Énergie étant convoité par le camp aouniste, même si ce dernier persiste à dire qu’il ne prendra pas part à ce gouvernement.

L'Édito de Issa GORAIEB

La dérègle du jeu

Pour le camp du président, c’est de la pure provocation. Mais les proches de M. Mikati s’en défendent. « Comment voulez-vous que M. Mikati puisse continuer à travailler normalement avec un ministre avec lequel il ne s’entendait plus ? » s’interroge un proche du Premier ministre désigné qui justifie le choix de M. Sinno par son expertise dans le secteur.

Fin mai, Nagib Mikati avait accusé M. Fayad de retarder l’examen d’une offre formulée par Siemens et General Electric permettant au Liban de produire de l’électricité 24 heures sur 24. Une manœuvre attribuée au chef du CPL, Gebran Bassil, qui aurait demandé au ministre de retirer le dossier de la table du Conseil des ministres à la dernière minute.

Aoun propose trois issues

Le chef de l’État a par ailleurs objecté le principe d’une rotation appliquée arbitrairement à certains portefeuilles – comme par exemple le transfert de Georges Bouchikian (Tachnag) du ministère de l’Industrie à l’Économie, un poste qui était occupé par Amine Salam, un sunnite – et non à d’autres. Pour Michel Aoun, rien ne justifie une rotation au niveau d’un ministère donné alors que le ministère des Finances par exemple reste aux mains de la confession chiite, et plus précisément du mouvement Amal. D’où le retour au leitmotiv des « critères unifiés ».

Lire aussi

Formation du gouvernement : en attendant Godot

Pour régler ce différend, le président a donc fait une contre-proposition. Selon les milieux de Baabda, M. Aoun a suggéré trois issues. La première consiste en un cabinet élargi de 30 ministres, dont 6 ministres d’État sans portefeuille qui représenteraient les différentes confessions et tendances politiques. Le président a contesté le fait que M. Mikati a quasiment repris la même configuration que l’ancien cabinet sans inclure des figures politiques comme l’avait souhaité Baabda à plus d’une reprise. La présence de figures politiques est, de l’avis du président, incontournable car la période est sensible avec des échéances importantes qui requièrent un gouvernement à caractère mixte (techno-politique). La deuxième option consiste à changer quelques noms au gouvernement démissionnaire, mais en tenant compte des équilibres et non comme l’a proposé M. Mikati dans sa première mouture. On ne saura toutefois pas si ce léger remaniement devrait ou non inclure des figures politiquement marquées. Troisième possibilité enfin, le renflouement de l’équipe actuelle dans laquelle le camp aouniste (le CPL et le chef de l’État) détient, rappelons-le, six portefeuilles.

Lire aussi

Vacance présidentielle : quelles prérogatives pour quel gouvernement

Mais par-delà le marchandage autour des noms à proprement parler, c’est, semble-t-il, le rapport de force entre les deux camps qui est aujourd’hui plus que jamais en jeu. Fort d’un soutien international, et confiant qu’il pourra toujours continuer sa mission même avec un gouvernement démissionnaire, Nagib Mikati a plus à gagner qu’à perdre à ce jeu. Ce qui n’est pas le cas pour le président qui risque de voir la fin de son mandat ternie un peu plus s’il devait échouer à s’entendre avec le Premier ministre désigné. C’est en tout cas avec une promesse de collaborer que les deux hommes se sont quittés hier, assurent les sources de part et d’autre dans un souci de distiller un climat positif. Ils devront se revoir lundi ou mardi pour un nouvel entretien, au cours duquel le président cherchera à reprendre les rênes et « soumettre plusieurs noms » au Premier ministre désigné qui doit se rendre en Arabie saoudite pour la fête de l’Adha, célébrée en fin de semaine, précise une source de Baabda.

Je. J.


Si la rapidité avec laquelle le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, a soumis, mercredi, sa première mouture gouvernementale a été pour le moins surprenante, la suite du scénario l’est par contre beaucoup moins. On pouvait facilement le deviner : jamais un cabinet n’a pu être formé, du moins depuis le début de ce mandat, sans que la guerre des prérogatives entre les deux...

commentaires (9)

Censurée.

Sissi zayyat

23 h 35, le 02 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Censurée.

    Sissi zayyat

    23 h 35, le 02 juillet 2022

  • Un nouveau gouvernement ? Mais pour quoi faire? Résoudre les multiples crises avec la crasse politique actuelle, c’est IMPOSSIBLE. Alors il vaut mieux pour le milliardaire Mr. Propre de Tripoli rester avec les guignols actuels démissionnaires plutôt qu’à se creuser la seule neurone qu’il a en cherchant d’autres guignols

    Liberté de penser et d’écrire

    12 h 00, le 02 juillet 2022

  • "Au secours...!!!..." notre TOP CHEF de la Brigade de cuisine à Baabda a perdu la boule...30 commis...alors que la plupart des 24 commis actuels se tournent les pouces...autour de la grande table ovale, ou se marrent entre eux...mais encaissent certainement leurs salaires ! De grâce, trouvez en toute urgence un bon psychologue spécialiste en TOP CHEFS ayant complètement perdu le Nord !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 44, le 02 juillet 2022

  • J’ai tellement envie de m’endormir pour ne me réveiller que le 1er novembre, avec enfin un président qui sait faire autre chose que bloquer… et pourquoi pas une présidente? (hi Tracy)…

    Gros Gnon

    11 h 10, le 02 juillet 2022

  • une citation libanaise dit bien : "" BAYN HANA W'MANA.... c a d , entre l'un et l'autre nous sommes partis pour des mois et des mois de repetition devenue ennuyeuse, celle ou l'un et l'autre, le 1er surtout via ses serfs du cpl, le 2nd lui prefere s'adresser a nous en direct ( il a ca pour lui -comme ca pas d'interpretation possible), je te tiens tu me tiens par la barbichette- barbichette qui n'est d'autre que la constitution et le vouloir -se detester ensemble-

    Gaby SIOUFI

    09 h 10, le 02 juillet 2022

  • CONDAMNABLE EST LE PEUPLE LIBANAIS QUI A LAISSE PASSER L,OCCASION DE TOUT CHANGER DANS LE PAYS ET EST REVENU AVEC LES MEMES CLIQUES DE CORROMPUS DE VOLEURS DE MAFIEUX ET D,INCOMPETENTS.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    08 h 20, le 02 juillet 2022

  • Mon commentaire est parti par erreur, incomplet. Je termine donc ma phrase: Mikati a commis un crime impardonnable, un sacrilège, un lèse- majesté: il a osé toucher au sacro-saint ministère de l'Energie, propriété personnelle et incontestable du gendre du président!

    Yves Prevost

    07 h 47, le 02 juillet 2022

  • Examinons les trois propositions d'Aoun. - La première: "6 ministres d’État sans portefeuille", qui seraient donc là, juste pour faire de la figuration et toucher un salaire mirobolant, et ce, jusqu’à leur mort (s’asseoir sur un fauteuil pendant trois mois, donne certainement des droits à la retraite!) se passe de commentaires. - la troisième , le maintien de l'équipe en place où son parti détient 6 ministres lui convient certainement le mieux, mais pas au Liban, cette équipe ayant largement montré son inefficacité, pour ne pas dire sa nuisance. - Reste la seconde, elle correspond, en fait, à ce que Mikati a tenté de faire. sauf qu'il a commis un crime impardonnable, un sacrilège, un lèse-majesté

    Yves Prevost

    07 h 44, le 02 juillet 2022

  • Jamais un chef d'état n'a été aussi impliqué dans le blocage des formations de gouvernement, autant que l'actuel président. Les "critères unifiées", sont une invention pour plonger davantage le pays dans l'enfer ;ils ne signifient rien, sauf une façon de ne pas coopérer. Aoun oublie que la responsabilité du gouvernement revient au premier ministre, et que lui se tire toujours d'affaire comme dans le drame du nitrate du Port. Il fera parler de lui comme le pire des présidents dans les livres d'histoire des générations futures.

    Esber

    00 h 20, le 02 juillet 2022

Retour en haut