Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Geagea lance la campagne électorale des FL : La "bataille est existentielle"

"Vous êtes appelés à faire du 15 mai 2022 un 14 Mars et un 17 Octobre électoraux", affirme le leader chrétien en s'adressant aux électeurs.

Geagea lance la campagne électorale des FL : La

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea à Meerab. Photo Chamoun Daher

Le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, a lancé officiellement lundi la campagne électorale de son parti, baptisée "Nous voulons et nous pouvons", et affirmé avec force que la "bataille est existentielle" pour changer la trajectoire de l'effondrement du Liban. "Vous êtes appelés à faire du 15 mai 2022 un 14 Mars et un 17 Octobre électoraux", a-t-il lancé aux électeurs deux mois avant le scrutin prévu le 15 mai prochain, avertissant que "si les Libanais ne se mobilisent pas dans la bonne direction, le pays risque de sombrer pendant longtemps dans un tunnel infernal".

M. Geagea s'exprimait lors d'une cérémonie au Quartier général des FL à Meerab, dans le Kesrouan, en présence des candidats du parti et de plusieurs de ses responsables. "Quand le pays est en danger, les institutions de l’Etat sont hypothéquées ; quand la capitale explose et qu'on entrave les efforts visant à identifier les auteurs de ce crime, les législatives deviennent une bataille existentielle, et non plus une simple bataille politique", a lancé le chef des FL. "Soit on recouvre ce qui reste de la souveraineté, soit on devient une province d'une République qui ne nous ressemble en rien", a-t-il ajouté dans une critique du projet du Hezbollah pro-iranien au Liban.

"Nous voulons et nous pouvons"
Dans une volonté d'expliquer le slogan électoral de son parti", M. Geagea a déclaré : "Il y a ceux qui peuvent édifier un Etat, et qui en ont les moyens, mais qui ne veulent pas le faire parce que l’Etat est aux antipodes de leur projet, de leurs armes et de leur corruption. Il y a aussi ceux qui veulent édifier un Etat mais qui ne peuvent pas, faute de moyens, d'organisation et d’expérience. Entre les deux, il y a nous, les Forces libanaises. Nous voulons et nous pouvons".

Pour le chef des FL, "Nous voulons et nous pouvons" n'est pas un simple slogan électoral. C'est le résultat d'une vision et d'un programme depuis 2005. "Les FL veulent la prospérité la stabilité, la liberté, la reddition des comptes et la prospérité", a-t-il affirmé, rappelant que son "parti était à la hauteur des responsabilités qu'il s'est vu confier". Selon lui, les FL "ont également prouvé qu'elles peuvent paver la voie à la neutralité du Liban", prônée par le patriarche maronite Béchara Raï, ainsi qu'à "la décentralisation administrative, la justice indépendante" et à la formation d'une armée forte, seule à même de réconforter la population.

Critiques du CPL
M. Geagea a ensuite décoché ses flèches en direction de son principal adversaire sur la scène chrétienne, le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) de Gebran Bassil. "Il y a une catégorie de gens que je n'ai pas mentionnée plus haut, mais qui a été mise à nu, et qui a été jugée dans la rue. Il s'agit de  ceux qui ne veulent pas, qui ne peuvent pas, mais qui ont toujours menti. Ce sont ceux qui, pendant 30 ans, ont prétendu incarner le changement et la réforme", du nom du groupe parlementaire aouniste entre 2005 et 2018, a-t-il  dit. Et de poursuivre: "ce sont ceux qui, dès leur arrivée au pouvoir, nous ont fait comprendre qu'il ne peuvent et ne veulent certainement" rien faire. "Tout ce qu'ils veulent, et ce qu'ils ont fait, c'est de limoger ceux qui ne sont pas des leurs et de remplir leurs poches", a-t-il déploré.

Lire aussi

Bassil confirme son alliance avec le Hezbollah et se déchaîne contre ses adversaires

Commentant le timing du lancement de la campagne électorale le jour de l'anniversaire de l'"Intifada de l'indépendance", le 14 mars 2005, M. Geagea s'est montré clair :  "Ce n'est pas une coïncidence de lancer la campagne le 14 mars, cette journée qui a prouvé que le printemps des peuples est plus fort que les périodes sombres, et que rien n'est impossible. Si les Libanais avaient eu peur, à la suite de la manifestation du 8 mars 2005 (organisée par le Hezbollah pour "remercier la Syrie", ndlr), et l'étalage de muscles du Hezbollah, et s'ils n'avaient pas décidé de briser la peur, l'occupation syrienne aurait pu rester au Liban probablement jusqu'à maintenant". "Aujourd'hui, si les Libanais ne se mobilisent pas dans la bonne direction le 15 mai, le pays risque de sombrer pendant longtemps dans un tunnel infernal", a-t-il prévenu, avertissant que "pendant cette longue attente, le pays risque de tout perdre".

Pour Samir Geagea, l'édition 2022 du 14 mars ressemble à celle de 2005. Mais cette fois la réponse des Libanais à la famine et aux files d'attente de la honte (aux stations-service) ne sera pas dans la rue, mais dans les urnes. "Le vent du changement a soufflé", a estimé le chef des FL, critiquant implicitement les démarches du CPL visant à retarder, voire torpiller le scrutin, selon les observateurs. Il a critiqué, dans ce cadre, la demande de mettre en place des mégacentres, c'est-à-dire des bureaux de vote géants permettant aux électeurs de voter dans leur lieu de résidence et non dans leur circonscription d'origine, et dont le tandem présidence-CPL a fait son cheval de bataille ces dernières semaines.

Pour M. Geagea, ce changement, reporté par le gouvernement au scrutin de 2026, visait à "empêcher la tenue des élections". "Ils mettent sur le tapis la question du vote des émigrés, non pour les rapprocher du pays, mais pour les en éloigner", a-t-il regretté. Il a, dans ce contexte, reproché à Gebran Bassil, de "chercher des prétextes non pour reporter les élections de deux ou trois mois, mais pour les annuler et conduire le pays vers l'inconnu, tant au niveau économique que politique et constitutionnel". "Nous aurons recours à tous les moyens légitimes, dont la rue, pour empêcher le report ou l'annulation des élections", a-t-il affirmé.

Lire aussi

Docteur Geagea et Mister Samir

Le chef des FL s'est ensuite adressé aux électeurs en ces termes: "Le 15 mai, vous êtes invités à vous venger dans les urnes, et à venger le sang" de tous les martyrs tombés pour la cause du Liban". "Vous êtes invités à faire du 15 mai un 14 Mars électoral, dans le sens de la liberté, la souveraineté et l'indépendance du Liban (...) Faites du 15 mai un 17 Octobre électoral dans le sens de la révolte contre la corruption et la mauvaise gestion de l’Etat", a-t-il encore dit.

En réponse aux questions des journalistes, il a affirmé que les FL "déploieront tous les efforts pour resserrer les rangs des souverainistes, mais aussi de ceux qui aspirent au changement", insistant sur le fait que que tous ceux qui partagent les mêmes idées vont coordonner ensemble après les élections".

Concernant les rapports des FL avec la communauté sunnite après le retrait du leader du courant Futur Saad Hariri de la vie politique, et au moment où plusieurs ténors de la communauté sont impliqués dans le chantier électoral, le chef des FL  a rejeté les accusations selon lesquelles les FL tentent de s'imposer dans la rue sunnite où elles ont gagné du terrain après les affrontements d'octobre dernier entre des éléments du parti et des miliciens affiliés au tandem chiite Amal-Hezbollah. Il a enfin appelé tout le monde à prendre part au scrutin parce que "le boycottage va laisser un vide que rempliront ceux qui portent un projet qui ne ressemble pas au Liban".



Le chef des Forces libanaises (FL), Samir Geagea, a lancé officiellement lundi la campagne électorale de son parti, baptisée "Nous voulons et nous pouvons", et affirmé avec force que la "bataille est existentielle" pour changer la trajectoire de l'effondrement du Liban. "Vous êtes appelés à faire du 15 mai 2022 un 14 Mars et un 17 Octobre électoraux", a-t-il lancé aux électeurs deux...

commentaires (12)

Existentielle ? Pour qui donc ? La majorité du peuple n'ira pas voter !

Chucri Abboud

16 h 16, le 15 mars 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Existentielle ? Pour qui donc ? La majorité du peuple n'ira pas voter !

    Chucri Abboud

    16 h 16, le 15 mars 2022

  • Campagne publicitaire; après les élections ça continuera comme avant

    Staub Grace

    14 h 57, le 15 mars 2022

  • Que cela plaise ou non a qui que ce soit, les FL est le seul parti ayant un programme souverainiste qui englobe les aspects sociaux, économiques, politiques et militaires permettant au pays de s'en sortir. Le plus important et que non seulement ils ont et l’expérience et la manière mais aussi et surtout la crédibilité et la possibilité de l'imposer quoi qu'il en coûte. Ce qui n'est pas le cas avec les autres, tous les autres. Il est donc impératif que toutes les forces souverainistes traditionnelles mais aussi celles issues de la dite société civile s'unissent pour arracher la légitimité politique au camps des vendus et des traîtres. 5 ans de plus avec les mêmes et nous voguerons vers la misère a long terme.

    Pierre Hadjigeorgiou

    08 h 58, le 15 mars 2022

  • Comme je le répète les FL seuls sauront et pourront nous faire sortir avec le minimum de dégât possible de cette M … je dis bien minimum de dégâts car c’est inévitable

    Bery tus

    05 h 13, le 15 mars 2022

  • Le seul vote utile. Les mouvements issus de la thaoura du 17 octobre malgré toute leur bonne volonté manque cruellement d’experience, d’unité dans leurs rangs, de programme politique concret. Les FL sont à ce jour la seule organisation capable de faire face à l’occupation irano hezbollah du Liban.

    JPF

    00 h 35, le 15 mars 2022

  • Chers amis de la thaoura et dégoutés de la politique (dont je fait partie). Le 15 Mai il faudra voter utile, voter pour ceux qui veulent et peuvent apporter le changement tant voulu par tous que vous soyez sympathisants FL, du 14 Mars, simplement neutre ou déçu par le mandat actuel. Il ne faut pas laisser les voix se disperser mais s’unir tous contre les fossoyeurs de l’état qui veulent que les choses restent en l’état A circonstances exceptionnelles mesures exceptionnelles restons derrière ceux qui ont le plus de chance de contrer les visées iraniennes, ensuite quand les armes seront rendues tous les profiteurs qui tirent leur force de ces armes tomberont d’eux même. Une fois la souveraineté rétablie ils sera alors temps de vraiment tourner la page et de créer de nouveaux partis

    Liban Libre

    22 h 17, le 14 mars 2022

  • Chacun voit midi à sa porte. Ce qui m’importe le plus dans ce capharnaüm politique c’est le Kesrouan. Je souhaiterais que les candidats choisis pour représenter notre circonscription au Parlement soit choisi parmi la population kesrouanaise. Le temps est révolu où des candidats venus de l’ « étranger », de Haret-Hreik ou d’ailleurs, ne trouvent pas un point de chute chez nous.

    Honneur et Patrie

    19 h 14, le 14 mars 2022

  • 100% Gilbert A.

    Jack Gardner

    17 h 50, le 14 mars 2022

  • Belles paroles belles promesses mais le pays n 'existe presque plus

    Antoine Sabbagha

    17 h 27, le 14 mars 2022

  • Pauvre Liban ….

    Eleni Caridopoulou

    17 h 12, le 14 mars 2022

  • Chaque vote qui n'est pas pour les FL est un vote perdu. Avec toute leur bonne volonté, les candidats issus de la thaoura ne font absolument pas le poids face au parti iranien, en plus d'être dispersés chacun de son côté. Seules les FL en ce moment ont la volonté et le courage d'y faire face, en plus d'avoir démontré une compétence exemplaire dans les charges ministérielles qu'elles ont assumées. Le moment est venu de mettre de côté les discussions stériles et inutiles qui ne profitent qu'aux ennemis du pays.

    Gilbert A.

    17 h 09, le 14 mars 2022

  • Et s'allier à des escrocs et des incompétents à qui il n'a jamais réclamé des comptes, ca ne l'a jamais gene pas visiblement...

    alia atieh

    16 h 59, le 14 mars 2022

Retour en haut