Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Des partisans de Hariri défilent dans les rues, l'ex-Premier ministre tranchera sur sa participation lundi

 "Je sais que ces jours sont difficiles, mais cette maison restera ouverte à vous tous et à tous les Libanais", affirme le leader sunnite à ses soutiens devant la Maison du Centre.

Des partisans de Hariri défilent dans les rues, l'ex-Premier ministre tranchera sur sa participation lundi

Des partisans de l'ex-Premier ministre Saad Hariri défilant dans le Akkar, le 23 janvier 2022. Photo fournie par notre correspondant Michel Hallak

Des partisans de l'ex-Premier ministre Saad Hariri, rentré jeudi à Beyrouth après s'être éclipsé de la scène politique locale depuis juillet dernier, ont organisé dimanche matin plusieurs convois automobiles depuis le Akkar dans le Nord, et Saïda dans le Sud, jusqu'à Beyrouth, afin de l'appeler à participer aux prochaines législatives, alors que ce dernier se dirigerait vers un boycott du scrutin. Une question qui sera tranchée lundi dans l'après-midi. 

Selon notre correspondant au Liban-Nord, Michel Hallak, des partisans du Courant du Futur, issus de plusieurs villages du Akkar, se sont dirigés en voitures et bus vers la capitale afin de participer à un sit-in en signe de soutien à l'ancien chef de gouvernement. Scandant des chants patriotiques et des slogans en sa faveur, ils ont réclamé la participation de l'ancien Premier ministre aux élections fixées au 15 mai. Mêmes scènes à Saïda, où des partisans du leader sunnite se sont rassemblés dès le matin près du centre Makassed, dans cette ville où le Courant du Futur est bien implanté, rapporte notre correspondant Mountasser Abdallah.

"Cette maison restera ouverte"
Les partisans se sont par la suite rassemblés devant la Maison du Centre vers midi, où l'ancien Premier ministre leur a adressé un message de solidarité. "Je sais que ces jours sont difficiles, mais cette maison restera ouverte à vous tous et à tous les Libanais". "Rafic Hariri n'a pas été assassiné pour que nous fermions notre maison", a-t-il poursuivi, dans une référence à son père qui avait péri dans un attentat à la bombe le 14 février 2005. "Je vous ai écoutés aujourd'hui et je veux que vous m'écoutiez demain, parce que je serai de retour et je vous assure que cette maison ne sera pas fermée", a-t-il enfin affirmé.

La veille, des convois automobiles en signe de soutien à Saad Hariri avaient également sillonné des rues de la capitale libanaise en fin de journée, notamment à Tarik Jdidé. Les partisans du leader sunnite se sont ensuite rassemblés devant la Maison du Centre. 

Dimanche, le bureau de presse du Courant du Futur a indiqué dans un communiqué que M. Hariri tranchera sur sa participation aux prochaines législatives lors d'une conférence programmée lundi à 16h à la maison du Centre. Dans ce contexte, Saad Hariri a eu dimanche un entretien de plus d'une heure et demi avec le président du Parlement Nabih Berry. Il n'a toutefois fait aucune déclaration à l'issue de cette rencontre.

L'ex-Premier ministre Saad Hariri (g), lors d'une réunion avec le président du Parlement, Nabih Berry, le 23 janvier 2022 à Aïn el-Tiné. Photo envoyée par notre correspondante Hoda Chedid

La veille, l'ex-Premier ministre avait discuté avec le leader druze Walid Joumblatt au sujet des législatives. Ce dernier s'est lui aussi entretenu avec M. Berry dimanche en début de soirée.

Le retour de Saad Hariri au Liban était attendu sur la scène politique locale, alors que les différentes formations de tous bords s'interrogent sur la participation ou non du Courant du Futur aux prochaines élections, afin d'y voir plus clair sur le plan des alliances. Un boycott de la part de Saad Hariri risque de mettre dans l'embarras différents partis et potentiels alliés ou encore le Hezbollah, qui entretenait ces dernières années une sorte de modus vivendi avec l'ex-chef du gouvernement. Des questions se posent également sur les figures sunnites qui prendront part aux élections, et qui pourraient éventuellement combler le vide laissé par Saad Hariri et son parti, notamment à Beyrouth.

L'édito de Issa GORAIEB

L’imparfait du Futur

L'ex-Premier ministre Tammam Salam a déjà annoncé jeudi qu'il renonçait à se porter candidat au prochain scrutin, s'alignant ainsi sur la position de M. Hariri. L'ex-chef du gouvernement Fouad Siniora et le Premier ministre actuel Nagib Mikati pourraient eux aussi faire de même dans les prochains jours, selon certaines informations.

Retiré de l’arène politique notamment à la suite de son échec à former un gouvernement en juillet 2021, M. Hariri a quitté le Liban pour aller s’installer dans les Émirats arabes unis où il s’est réinvesti dans le monde des affaires, après avoir enregistré plusieurs revers financiers ces dernières années, couplés à une perte de popularité au Liban. Le 14 février, Saad Hariri devrait commémorer à Beyrouth le 17e anniversaire de l'assassinat de son père, l'ex-Premier ministre Rafic Hariri.


Des partisans de l'ex-Premier ministre Saad Hariri, rentré jeudi à Beyrouth après s'être éclipsé de la scène politique locale depuis juillet dernier, ont organisé dimanche matin plusieurs convois automobiles depuis le Akkar dans le Nord, et Saïda dans le Sud, jusqu'à Beyrouth, afin de l'appeler à participer aux prochaines législatives, alors que ce dernier se dirigerait vers un...

commentaires (8)

A quoi bon se visiter, alors que chacun regarde dans une autre direction ??? Disparaissez vite, chers "chefs de"...vous ne servez plus à rien !!! Irène Saïd

Irene Said

10 h 32, le 24 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • A quoi bon se visiter, alors que chacun regarde dans une autre direction ??? Disparaissez vite, chers "chefs de"...vous ne servez plus à rien !!! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 32, le 24 janvier 2022

  • Un peuple de moutons qui n’a que les représentants qu’il mérite. Tfeh !

    EL RIZ Mohamed

    09 h 19, le 24 janvier 2022

  • Libanais Chrétien et fier de l’être, je fais confiance à Saad Hariri qui a tout donné pour la paix au Liban au détriment de sa carrière politique, trahi par les uns et les autres, il a trop donné. Insistons pour le soutenir au nom de Rafic Hariri notre Martyr qui a tenu tête aux Syriens Hezbollah et consorts, en offrant sa vie pour le pays du Cèdre. Reprenez le FLANBEAU Monsieur Hariri et rallumez la flamme du patriotisme inné et intact pour ramener Le Liban au sommet du monde, qui est sa place naturelle. Merci d’avance, que Dieu vous bénisse… Vive le Liban libre indépendant de tout autres envahisseurs Syriens, Iraniens, Palestiniens etc…

    Le Point du Jour.

    20 h 54, le 23 janvier 2022

  • L,ORACLE PREVOIT, EN ANALYSANT TOUTES LES DONNES LOCALES, REGIONALES ET INTERNATIONALES : NOUVEAU PRESIDENT : - SAMIR GEAGEA. - NOUVEAU P.M. ACHRAF RIFI

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    18 h 03, le 23 janvier 2022

  • Il vas se présenter … tout ça c’est du folklore !!

    Bery tus

    15 h 32, le 23 janvier 2022

  • ce gars est né milliardaire, il vit sur une autre planète, une dimension qui n’a rien a voir avec le commun des mortels, ses partisans sont malheureusement incultes et a la recherche d’une idole coute que coute, ils ne savent rien d’autre.

    Abdallah Barakat

    15 h 27, le 23 janvier 2022

  • Tant qu'il y aura des lèches-c... et des ignorants de la sorte le Liban n'aura aucun espoir de salut... si le ridicule pouvait tuer... le gens n'ont ils toujours pas appris qu'ils auront perdu les moments précieux de cette vie à vivre sans aucune dignité? et que s'il veulent en récupérer une toute petite dose c'est tous qu'ils devraient foutre dehors? mais certains sont nés pour être asservis...c'et dommage et c'est surtout dégoûtant.

    Tous Dehors

    14 h 34, le 23 janvier 2022

  • Il se prend pour Abdel Nasser ????

    Michel Trad

    14 h 24, le 23 janvier 2022

Retour en haut