Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Mikati attend l’ouverture du chemin de Damas

L’axe Le Caire-Amman et les partis prosyriens militent pour une normalisation avec la Syrie. Mais Washington y est pour l’instant opposé.

Mikati attend l’ouverture du chemin de Damas

Le poste-frontière syrien de Qaa, dans le nord de la Békaa. Photo Stringer/AFP

Nagib Mikati (re)prendra-t-il prochainement le chemin de Damas ? Les conditions ne sont pas encore réunies pour le moment. Mais la tentation existe et les pressions pour y céder viennent à la fois des formations politiques autrefois réunies sous l’appellation du 8 Mars et de l’axe Le Caire-Amman qui œuvre pour le retour de la Syrie dans le giron arabe. Le 4 septembre dernier, pour la première fois depuis le début de la guerre en Syrie, une délégation ministérielle libanaise s’est rendue à Damas pour discuter de l’approvisionnement en gaz égyptien et en électricité jordanienne. Une démarche que les partis pro-Damas ont célébrée comme un prélude à la normalisation. Le gouvernement Mikati a vu le jour une semaine après, héritant de toute cette dynamique, qui dépasse le cadre libanais.

Le fait que les États-Unis aient officieusement évoqué une possible exception à la loi César, qui sanctionne toutes entités qui commercent avec la Syrie, en permettant au Liban de s’approvisionner en gaz et en électricité via ce pays voisin, a été interprété par certains acteurs comme un feu vert, ou au moins un feu orange, à la normalisation avec Damas. La politique de l’administration Biden par rapport au conflit syrien reste pour le moment assez floue et l’axe Le Caire-Amman a bien l’intention d’en profiter avant que les lignes rouges ne se précisent. Amman a repris langue avec Damas au plus haut niveau au début du mois, pour la première fois depuis 2011, et les regards se tournent aujourd’hui vers le Liban. Nagib Mikati a déclaré à plusieurs reprises qu’il souhaitait rétablir les relations avec tous les pays arabes sans exception. Mais il ne peut le faire qu’avec un feu vert américain et arabe. « Je n’effectuerai pas de visite officielle en Syrie sans l’approbation de la communauté internationale », a dit le chef du gouvernement le 27 septembre dernier. Lors de la dernière session gouvernementale, les ministres de l’Agriculture, Abbas Hajj Hassan (Amal), et de l’Industrie, Georges Bouchikian (Tachnag), ont demandé une autorisation officielle du gouvernement pour discuter de l’écoulement des produits agricoles et industriels libanais en coordination avec leurs homologues syriens. Le Premier ministre a alors donné son accord verbal. Face à l’insistance des deux ministres en question, l’autorisation officielle a finalement été inclue dans le procès-verbal de la séance. Et dimanche, le ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiyé (Hezbollah), a annoncé avoir été chargé par le gouvernement de discuter avec la Syrie des frais de transit imposés par Damas aux camions libanais qui traversent la frontière syrienne pour transporter des marchandises vers la Turquie ou l’Irak. De son côté, le Haut Conseil libano-syrien, un organe servant à l’époque d’instrument au service de la tutelle syrienne (1990-2005), milite également pour le rapprochement. Son président, Nasri Khoury, a récemment rencontré le président Michel Aoun, et Nagib Mikati a demandé à son vice-Premier ministre Saadé Chami de communiquer constamment avec lui, d’après les informations obtenues par L’Orient-Le Jour.

Lire aussi

Beyrouth peut-il s’arrimer à l’axe Le Caire-Amman-Bagdad ?

« La voie est ouverte après le deal sur l’énergie avec l’Égypte et la Jordanie. Mais il faut que le reste des Arabes soutiennent l’initiative », confie un proche du Premier ministre. Ce dernier mise sur ses relations avec les responsables jordaniens, en particulier avec le roi Abdallah II, chez qui il s’est rendu dimanche, pour arrondir les angles avec les pétromonarchies du Golfe. Mais d’après un diplomate arabe de haut rang, « l’Arabie saoudite refuse encore toute ouverture sans un projet clair et des conditions imposant au régime syrien de réduire l’influence iranienne ».

Pression du Hezbollah
Côté américain, on précise que l’exception qui pourrait être faite à la loi César reste un feu vert de principe qui devrait être accompagné d’engagements politiques pris par Damas en retour, insistant sur le fait que l’heure n’est pas à la normalisation. « Nous avons demandé à la Jordanie de geler son rapprochement avec Damas », dit un diplomate américain, sous le couvert de l’anonymat. Washington a fermé les yeux sur la réouverture de la frontière entre les deux pays et sur l’échange entre Bachar el-Assad et Abdallah II de Jordanie, mais ne souhaite pas que les choses aillent plus loin pour le moment.

Pour mémoire

Entre Damas et Amman, le rapprochement semble s’accélérer

Ce rappel à l’ordre a bousculé la stratégie de Amman et du Caire qui craignent d’être ciblés par les sanctions américaines. L’OLJ a appris que des avocats égyptiens, jordaniens et américains ont été chargés de mener une étude juridique sur les moyens de contourner la loi César, afin d’éviter d’en payer le prix en cas de conclusion d’accord avec le régime syrien. Résultat des courses : les failles sont très limitées, liées à de très faibles sommes d’argent et soumises à de nombreux contrôles, ce qui pourrait dissuader l’Égypte et la Jordanie de renforcer leurs liens avec le régime syrien.

Le décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban plus que jamais au cœur de la lutte américano-iranienne dans la région

De l’autre côté de l’échiquier, le Hezbollah et son parrain iranien intensifient leurs efforts pour accélérer le processus de normalisation et l’imposer comme un fait accompli. Le parti chiite fait pression pour envoyer une délégation ministérielle composée des ministres de la Santé, des Travaux, de l’Énergie, de l’Agriculture et de l’Industrie à Damas. Michel Aoun et le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, poussent également dans ce sens, mais Nagib Mikati reste pour l’instant prudent. Pas pour des questions idéologiques, l’homme étant plutôt favorable à un rapprochement avec le régime, mais parce qu’il attend que les conditions soient réunies. Pour lui, l’objectif est économique plus que politique. « Mikati pense que le Liban a besoin de la Syrie dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie ou de l’exportation de ses produits », dit un de ses conseillers, sous le couvert de l’anonymat. Pour l’instant, le plus probable est que la coordination se poursuive à petit pas, et que les ministres se rendent à titre individuel à Damas, comme c’était le cas ces dernières années.


Nagib Mikati (re)prendra-t-il prochainement le chemin de Damas ? Les conditions ne sont pas encore réunies pour le moment. Mais la tentation existe et les pressions pour y céder viennent à la fois des formations politiques autrefois réunies sous l’appellation du 8 Mars et de l’axe Le Caire-Amman qui œuvre pour le retour de la Syrie dans le giron arabe. Le 4 septembre dernier, pour la...

commentaires (6)

IL EST UN HABITUE DU CHEMIN DE DAMAS QUI N,A JAMAIS ETE FERME POUR LUI. D,AILLEURS IL AVAIT ANNONCE UN GOUVERNEMENT D,INDEPENDANTS ET COMME QUOI IL N,ACCEPTERAIT RIEN DE CE QUE HARIRI N,AVAIT PAS ACCEPTE. IL S,EST DECULOTTE MAGNANIMEMENT !

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

16 h 32, le 12 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • IL EST UN HABITUE DU CHEMIN DE DAMAS QUI N,A JAMAIS ETE FERME POUR LUI. D,AILLEURS IL AVAIT ANNONCE UN GOUVERNEMENT D,INDEPENDANTS ET COMME QUOI IL N,ACCEPTERAIT RIEN DE CE QUE HARIRI N,AVAIT PAS ACCEPTE. IL S,EST DECULOTTE MAGNANIMEMENT !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    16 h 32, le 12 octobre 2021

  • 46 ANS DE PRESENCE SYRIENNE AU LIBAN : QUEL PARTI ,QUEL POLITICIEN , QUEL CHEF DE MILICE N’A PAS ETE LEUR COURTISAN , LEUR SERVEUR A GENOUX ? UN REGARD VERS LE PASSE ET SE TAIRE EST PREFERABLE. AUJOURD’HUI IL VAUT MIEUX QU’ON AIT DES BONNES RELATIONS AVEC NOS VOISINS - SAUF israel –AU FAIT SI ASSAD EST AU POUVOIR EN SYRIE DEPUIS 1967 , LES WAHABITES ET TOUTES LES CLICS DU GOLF ONT ÉTÉ CONFINES DANS LEUR PALACE DEPUIS 1920 ….

    aliosha

    11 h 48, le 12 octobre 2021

  • Pourquoi la Syrie exige un droit de passage sur le transfert du carburant alors qu’hier encore tous nos denrées alimentaires, carburant et produits essentiels subventionnés par l’état, donc de l’argent du contribuable étaient acheminés en Syrie sans que Assad ne mette la main à la poche sous le regard de tous nos irresponsables politiques à commencer par le président épouvantail et sa suite qui maintenant veulent pactiser avec ce diable qui a toujours spolié notre pays à tous les niveaux et veulent le gratifier en se soumettant à ses conditions au lieu de lui rappeler ses dettes envers notre pays et son peuple si fièrement affiché à l’entrée de son pays comme étant leurs frères quand il s’agit de lui sucer le sang et qu’on dénigre lorsqu’il s’agit d’alléger ses misères en continuant à le dépouiller. Que fait donc ce président pour rappeler publiquement et sans trembler à ce boucher qu’il doit sa survive au peuple libanais qu’il refuse d’aider alors que ce n’est qu’une façon de lui rendre une partie de son argent volé par son allié HB pour le maintenir au pouvoir. Tous ces vautours se partagent notre pays et tout le monde trouve ça normal et ne moufte pas de peur qu’il ne viennent leur mordre les mollets alors que leur pays est envahi de toute part par des archaïques sans âmes ni conscience épaulés par des traitres au pouvoir qui leur permettent de se sentir invincibles à cause de leur lâcheté.

    Sissi zayyat

    11 h 46, le 12 octobre 2021

  • ah oui, visitons le Damas des assad , qui n'est en fait qu'une des villes de la grande Syrie Arabe. Oups ! erreur de perspective, telle qu'exprimee fierement par cette pancarte qui nous rappelle que JAMAIS, AU GRAND JAMAIS notre Liban a NOUS ne sera autrement qu'un canton de cette Syrie .

    Gaby SIOUFI

    10 h 13, le 12 octobre 2021

  • LA SYRIE DE ASSAD DIT LA PANCARTE. SA PROPRIETE. SON RANCH. SON ETABLE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    07 h 38, le 12 octobre 2021

  • Quel honte de vouloir pactiser avec un tel boucher.

    TrucMuche

    00 h 31, le 12 octobre 2021

Retour en haut