Rechercher
Rechercher

Politique - Opposition

« Sawa li Lubnan », un mouvement financé par Baha’ Hariri, fait ses premiers pas

Le frère aîné du Premier ministre désigné, Saad Hariri, ne compte pas se lancer dans la politique, mais uniquement venir en aide aux Libanais, assure son porte-parole.

« Sawa li Lubnan », un mouvement financé par Baha’ Hariri, fait ses premiers pas

Les membres de « Sawa li Lubnan », lors du lancement officiel de la formation hier. Photo ANI

Alors que les prochaines législatives approchent à grands pas, un nouveau groupe a annoncé hier son arrivée sur la scène politique : « Sawa li Lubnan » (Ensemble pour le Liban, NDLR), un mouvement formé de jeunes professionnels et de militants et soutenu par l’homme d’affaires Baha’ Hariri, frère aîné du Premier ministre désigné, Saad Hariri. La formation a officiellement lancé ses activités lors d’une conférence de presse à l’hôtel Keys, à Beyrouth. Si les membres de « Sawa li Lubnan » ne cachent pas leur proximité avec Baha’ Hariri, le milliardaire n’aurait pas l’intention de se lancer dans la politique pour autant, assure son porte-parole à L’Orient-Le Jour.

« Sawa li Lubnan » n’est pas une formation politique traditionnelle, assurent ses membres, mais une formation qui met en avant l’action sociale au service des Libanais en détresse. Le groupe travaille également à inciter à la participation à la vie politique et compte organiser des forums de discussions « pour mettre en place un changement sérieux et efficace », selon son programme. « Nous ne sommes pas un parti, mais un regroupement de personnes qui partagent les mêmes idées et qui veulent mener un changement significatif au Liban », explique à L’Orient-Le Jour Jana Jawhary, directrice de communication du groupe qui a récemment ouvert des bureaux au Akkar, à Tripoli, à Batroun, à Jounieh, à Baalbeck, à Beyrouth, à Jal el-Dib, à Zahlé, à Saïda et dans l’Iqlim el-Kharroub.

Proche des mouvements de contestation

Lors de sa conférence de presse, « Sawa li Lubnan » a présenté un programme politique, économique et social dans lequel il appelle, entre autres, à la lutte contre la corruption, à la laïcité, aux réformes économiques, à l’amélioration du secteur de l’électricité, au respect de la Constitution, ainsi qu’à la réforme du secteur judiciaire et du secteur de la santé. Un programme diversifié que la formation compte mettre en œuvre à travers son soutien à des candidats potentiels aux prochaines législatives, prévues en mai 2022. « Nous ne comptons pas nous présenter aux élections nous-mêmes, mais nous voulons soutenir des personnes qui candidatent et qui réfléchissent comme nous », explique à L’OLJ Cynthia Wardé, membre de la formation.

Pour mémoire

Le leadership sunnite face à la colère de Tripoli

Interrogé sur la relation de « Sawa li Lubnan » avec les autres groupes de l’opposition ainsi qu’avec les formations issues du soulèvement du 17 octobre 2019, Hadi Mrad, un médecin et porte-parole du groupe, assure que les discussions vont bon train. « Nous avons des relations fortes avec les autres groupes issus de la contestation, mais il n’y a pas d’alliance concrète pour l’instant. Nous l’annoncerons au moment opportun », indique-t-il. Quant au soutien au groupe prodigué par Baha’ Hariri, qui réside à l’étranger, M. Mrad assure qu’il s’agit d’un apport « moral et financier ». « Baha’ Hariri est une de ces personnes qui réfléchissent comme nous. Nous sommes en contact permanent avec lui et nous nous retrouvons sur plusieurs points », explique-t-il.

Projet à portée nationale

Contacté par L’OLJ, Jerry Maher, conseiller et porte-parole de Baha’ Hariri, dément toute intention de l’homme d’affaires de vouloir se lancer dans la politique au Liban à travers ce groupe. « Sawa li Lubnan est un projet à portée nationale et qui n’a pas de visées confessionnelles. Il s’agit tout simplement d’aider les Libanais à vivre dans la dignité, sans devoir faire la queue chez les politiques. Ce n’est nullement une formation à caractère confessionnel. D’ailleurs, on ne parle plus de confessionnalisme depuis le 17 octobre », commente Jerry Maher. « Baha’ Hariri ne veut pas faire de politique. Il ne veut pas se présenter aux élections et il ne brigue pas le poste de Premier ministre. Il est là pour soutenir les Libanais et les aider à sortir de la crise. Il travaille dans l’esprit de son père, l’ancien Premier ministre Rafic Hariri », assure M. Maher.

Pour mémoire

Saad Hariri dénonce les "nouveaux venus"

Il souligne que l’homme d’affaires ne cherche pas à faire de l’ombre à son frère cadet, malgré le froid qui prévaut entre les deux hommes. « Baha’ Hariri ne porte pas de projet confessionnel ni ne cherche à diviser la rue sunnite, malgré le fait que Saad Hariri a perdu 90 % de sa popularité après avoir échoué au niveau de sa gestion du pays. Le leadership sunnite actuel est incapable de répondre aux besoins de son public », commente Jerry Maher. Rappelons qu’après le début du soulèvement du 17 octobre 2019, Baha’ Hariri avait encouragé l’avènement de forums de discussion dans les différentes régions du pays, dirigés par l’avocat Nabil Halabi, une expérience qui avait fait long feu.


Alors que les prochaines législatives approchent à grands pas, un nouveau groupe a annoncé hier son arrivée sur la scène politique : « Sawa li Lubnan » (Ensemble pour le Liban, NDLR), un mouvement formé de jeunes professionnels et de militants et soutenu par l’homme d’affaires Baha’ Hariri, frère aîné du Premier ministre désigné, Saad Hariri. La formation a...

commentaires (3)

Sans vouloir paraphraser Gaby Nasr, ce n'est pas le "mollasson du Futur" qui va resoudre quoi que ce soit...ca se saurait depuis le temps. En plus, il se fait l'homme-lige du Sayyed Barbu et de Istiz Nabeuh (c'est vendredi, Gaby m'inspire). Va falloir ramer pour aller chercher les Dollars-aides-investissements et Saadounet -c'est connu- n'est pas un marathonien, ni un sprinteur d'ailleurs.

Lebinlon

09 h 41, le 25 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Sans vouloir paraphraser Gaby Nasr, ce n'est pas le "mollasson du Futur" qui va resoudre quoi que ce soit...ca se saurait depuis le temps. En plus, il se fait l'homme-lige du Sayyed Barbu et de Istiz Nabeuh (c'est vendredi, Gaby m'inspire). Va falloir ramer pour aller chercher les Dollars-aides-investissements et Saadounet -c'est connu- n'est pas un marathonien, ni un sprinteur d'ailleurs.

    Lebinlon

    09 h 41, le 25 juin 2021

  • "Baha’ Hariri ne veut pas faire de politique. Il ne veut pas se présenter aux élections et il ne brigue pas le poste de Premier ministre" Il veut nous faire croire que les éléphants volent et que mon c_l c'est du Poulet !

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 43, le 24 juin 2021

  • ILS AURAIENT MIEUX FAIT EN CES MAUVAIS JOURS DE DECLARER LEUR SUPPORT A SAAD HARIRI AU LIEU DE L,AFFAIBLIR. MAUVAISE IDEE DE BAHAA HARIRI.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 16, le 24 juin 2021

Retour en haut