Rechercher
Rechercher

Gouvernement

Baabda serait à la recherche d’un substitut à Hariri

Le Premier ministre désigné n’entend pas jeter l’éponge, affirment les milieux du Futur.

Baabda serait à la recherche d’un substitut à Hariri

Michel Aoun et Saad Hariri à Baabda, le 7 décembre 2020. Photo Dalati et Nohra

Entre le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, il n’est plus simplement question d’un différend politique et personnel. Il s’agit d’une véritable crise de confiance, tant dans la personne de M. Hariri qu’en sa capacité à mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle. C’est ce qui pourrait pousser Baabda à s’aventurer à la recherche d’un substitut au leader du Futur.

Cette option, de nombreux observateurs ne l’excluent pas, surtout depuis que la querelle entre d’une part Baabda et le Courant patriotique libre et de l’autre le Futur a repris de plus belle lundi. En soirée, une vidéo fuitée et difficilement audible a envahi les réseaux sociaux. On y entend difficilement le chef de l’État – recevant le Premier ministre sortant Hassane Diab – se plaindre du comportement de M. Hariri et le traiter de « menteur ».

Cette vidéo a sans doute suscité une passe d’armes, sur les réseaux sociaux, entre haririens et aounistes. Mais pour des milieux politiques cités par notre chroniqueur Philippe Abi-Akl, cette escalade a surtout prouvé que Baabda et les forces gravitant dans son orbite ne voudraient pas voir M. Hariri parvenir à mettre sur pied une équipe ministérielle composée de spécialistes non affiliés aux partis politiques.

Lire aussi

Mais où est donc passé Nabih Berry ?

On en veut pour preuve le timing de la diffusion de la vidéo. Ce geste est intervenu au lendemain d’une conférence de presse incendiaire qu’a tenue le leader du CPL, Gebran Bassil. Il en avait saisi l’occasion pour s’en prendre à Saad Hariri, stigmatisant « son manque de sérieux », et l’exhortant, une fois de plus, à opter pour une mouture élargie, dans le cadre de laquelle « des critères unifiés » devraient être respectés, aux yeux des aounistes.

Il s’agissait donc d’une façon pour Gebran Bassil de tenter d’imposer ses propres conditions pour que la future équipe voie le jour, alors que Saad Hariri campe sur sa position et affiche sa volonté de se conformer à l’initiative française en faveur d’un cabinet « de mission » à même de pouvoir mettre en œuvre les réformes réclamées par la communauté internationale pour débloquer l’aide financière au Liban. Le blocage est donc appelé à durer. Que fera Michel Aoun ?

« Le Premier ministre doit comprendre »

En répondant à cette question, un proche de la présidence de la République évite de trancher sur le point de la recherche d’un nouveau Premier ministre désigné. « Le président n’est pas encore dans cette synergie, mais il n’en est pas loin », déclare à L’Orient-Le Jour ce proche de Baabda, rappelant que les délais raisonnables ont déjà expiré.

Lire aussi

Pour contourner l’impasse, Bassil brandit le changement du système politique

Il ne cache pas la profonde secousse par laquelle les rapports entre MM. Aoun et Hariri passent. « Les mots authentiques et vrais lâchés par le président de la République (dans la vidéo fuitée lundi soir) prouvent qu’il y a une véritable crise de confiance tant en la personne (de M. Hariri) qu’en sa capacité de former un gouvernement de salut national », poursuit ce proche de Baabda. Et d’ajouter : « Le Premier ministre désigné doit comprendre qu’il ne nous met pas au pied du mur en appelant à sauver l’initiative française. Il faut sauver le Liban. » Des propos que les haririens interprètent comme une pression visant à pousser Saad Hariri à se récuser. Sauf que la Maison du Centre exclut catégoriquement cette éventualité. « Saad Hariri ne se récusera pas. Il formera son gouvernement conformément à l’initiative française. Si Michel Aoun et Gebran Bassil n’en veulent pas, c’est leur problème », commente un proche de la Maison du Centre pour L’OLJ.


Entre le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, il n’est plus simplement question d’un différend politique et personnel. Il s’agit d’une véritable crise de confiance, tant dans la personne de M. Hariri qu’en sa capacité à mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle. C’est ce qui pourrait pousser Baabda à s’aventurer à...

commentaires (11)

Harriri n'a aucune raison de ceder a Bassil et par consequent ne se desistera pas jusqu'a la fin du mandat de Aoun SEUL DES ELECTIONS ANTICIPEES RAPIDES PEUVENT SORTIR LE LIBAN DE CETTE IMPASSE SACHANT BIEN QUE SI CETTE CHAMBRE RESTE JUSQU'A LA FIN DE SON MANDAT NOUS RESTERONS ENCORE AU MOINS 2 ANS ET DEMI SANS PRESIDENT COMME LA DERNIERE FOIS A MOINS DE CHANGER CETTE STUPIDE LOI QUI EXIGE LA PRESENCE DE 2/3 DES DEPUTES POUR ELIRE UN PRESIDENT LA VERITE SI ON AJOUTE LES VOIX PRO BASSIL AUJOURDH'UI AVEC CETTE CHAMBRE ON A PAS 61 VOIX POUR BASSIL JE PENSE QUE FRANGIE POURRAIT LES OBTENIR APRES UN FORCING DE BERRY A NASRALALH MAIS LE PAYS RESTERA DANS LE MEME NAUFRAGE ALORS

LA VERITE

13 h 52, le 14 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Harriri n'a aucune raison de ceder a Bassil et par consequent ne se desistera pas jusqu'a la fin du mandat de Aoun SEUL DES ELECTIONS ANTICIPEES RAPIDES PEUVENT SORTIR LE LIBAN DE CETTE IMPASSE SACHANT BIEN QUE SI CETTE CHAMBRE RESTE JUSQU'A LA FIN DE SON MANDAT NOUS RESTERONS ENCORE AU MOINS 2 ANS ET DEMI SANS PRESIDENT COMME LA DERNIERE FOIS A MOINS DE CHANGER CETTE STUPIDE LOI QUI EXIGE LA PRESENCE DE 2/3 DES DEPUTES POUR ELIRE UN PRESIDENT LA VERITE SI ON AJOUTE LES VOIX PRO BASSIL AUJOURDH'UI AVEC CETTE CHAMBRE ON A PAS 61 VOIX POUR BASSIL JE PENSE QUE FRANGIE POURRAIT LES OBTENIR APRES UN FORCING DE BERRY A NASRALALH MAIS LE PAYS RESTERA DANS LE MEME NAUFRAGE ALORS

    LA VERITE

    13 h 52, le 14 janvier 2021

  • Mr. Hariri vous n'avez pas compris ils ne veulent pas l'initiative française mais l'initiative iranienne????

    Eleni Caridopoulou

    18 h 02, le 13 janvier 2021

  • A tous les dirigeants politiques de tous bords, un conseil de sagesse :PARTEZ TOUT DE SUITE VOUS CACHER CAR LA RÉVOLUTION DE LA FAIM VA VOUS BALAYER COMME DE LA VULGAIRE POUSSIÈRE

    Liberté de Penser

    13 h 06, le 13 janvier 2021

  • Si Hariri voulait vraiment sauver le pays comme il le prétend, il n’aurait pas cédé aux exigence de Berry et HN. Il a lui même torpillé sa mission avant même que les autres s’en chargent. Le jour où il renonce à appliquer les deux poids deux mesures dans sa façon de faire il n’y aura plus aucun problème et chacun sera devant ses responsabilités n’ayant plus rien à reprocher au futur premier ministre qui qu’il soit. Je suis très loin de la politique du partage mais alors pourquoi accepter de donner des ministères à un bord sans s’attendre à ce que les autres réclament les leurs ? et ça Hariri le savait très bien d’où son implication autant que les autres dans le blocage volontaire sous prétexte de sauveur. Bidon.

    Sissi zayyat

    11 h 12, le 13 janvier 2021

  • JE NE DIS QUE MON LIBRE AVIS QUE LE BEAU-PERE ET LE GENDRE BOYCOTTE LA FORMATION DU GOUVERNEMENT. D,AUTRE DISENT LA MEME CHOSE PRESQUE ET SONT PUBLIES. JE SUIS CENSURE MESDAMES ET MESSIEURS LES DEMOCRATES QUI DEFENDEZ LA LIBRE EXPRESSION - EN PAROLES - DE L,OLJ. JE N,INSULTE PERSONNE. VOUS M,AVEZ CENSURE TRES SOUVENT DERNIEREMENT. JE ME DEMANDE A QUOI SERT MON ABONNEMENT A L,OLJ........

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 29, le 13 janvier 2021

  • Pourquoi pas un substitut à Aoun ? Hariri officiellement premier ministre désigné par 65 députés. Aoun à perdu la confiance de tous ceux qui l'ont amené sauf bien sûr son parrain. Si la Constitution permettait un vote de confiance, il n'aurait que les voix de son parrain et quelques parachutés députés. Alors, vaut mieux ne pas combattre le vent.

    Esber

    10 h 13, le 13 janvier 2021

  • Les gesticulations de Aoun et de Bassil sont telecommandees par le Hezbollah qui , malgre ses dires, ne veut pas d’un gouvernement. Le gouvernement demissionnaire de Hassan Diab lui convient tres bien car moins il y a d’Etat et plus la milice armee etend son emprise nefaste

    Goraieb Nada

    10 h 07, le 13 janvier 2021

  • Baabda perd son temps , et celui du pays! Il n’existe pas l’homme miracle dans le contexte actuel. Tous c’est à dire tous ! Allez oust , arrêtez de perdre du temps! Tout est paralysé: la justice, l’armée, l’économie, l’audit juri-comptable, et les dossiers de corruption et de crimes , pourrissent comme du purin !

    LeRougeEtLeNoir

    07 h 53, le 13 janvier 2021

  • Le Peuple est à la recherche de substituts à Baabda et tout le restant de la clique

    Aboumatta

    07 h 33, le 13 janvier 2021

  • "Il faut sauver le Liban". Alors pourquoi Aoun bloque-t-il la formation du gouvernement?

    Yves Prevost

    07 h 23, le 13 janvier 2021

  • La maison du centre cherche un substitut à Michel Aoun.

    PHENICIA

    00 h 20, le 13 janvier 2021