Rechercher
Rechercher

Politique - Nominations

Le gouvernement se soumet aux desiderata de ses parrains politiques

Les Marada boycottent la séance gouvernementale et accusent le CPL de se tailler la part du lion.

Le gouvernement se soumet aux desiderata de ses parrains politiques

Le Conseil des ministres réuni à Baabda hier. Photo Dalati et Nohra

Comme prévu, le Conseil des ministres est parvenu à adopter un train de nominations financières et administratives, lors de sa séance tenue hier à Baabda sous la présidence du chef de l’État, Michel Aoun.

À la faveur de l’entente politique entre les composantes du cabinet conclue la veille, ces nominations sont passées comme une lettre à la poste. C’est donc la futile logique de partage du gâteau qui l’a emporté, en dépit de l’insistance de Hassane Diab à assurer que son équipe est indépendante. Le mois dernier, il s’était opposé à ces mêmes nominations, affirmant ne pas vouloir se plier au principe de la répartition des postes entres les parrains du gouvernement. À noter que le Courant patriotique libre et le mouvement Amal se sont taillé la part du lion. Ce qui a poussé les deux ministres Marada, Michel Najjar (Travaux publics) et Lamia Yammine (Travail), à boycotter la séance. Interrogée par L’Orient-Le Jour, la ministre du Travail affirme cependant que les Marada ne claqueront pas la porte du cabinet. « Nous avons exprimé une position de principe », souligne Mme Yammine, appelant au respect du mécanisme de nominations voté par le Parlement le 28 mai dernier. « Certains protagonistes, tels que le CPL, ont exercé des pressions sur le cabinet en matière de nominations », déplore-t-elle.

Lire aussi

Constitution, nominations, Selaata : Hariri se déchaîne contre Aoun et le CPL

Dans une tentative de donner l’impression de mettre sur les rails les réformes exigées par la communauté internationale, le cabinet Diab a nommé les quatre nouveaux vice-gouverneurs de la Banque du Liban, dont les noms avaient déjà fuité. Il s’agit de Wassim Mansouri (chiite, proche du mouvement Amal), Salim Chahine (sunnite, soutenu par le Premier ministre), Bachir Yakzan (druze, gravitant entre le Parti socialiste progressiste et le Parti démocratique libanais) et Alexandre Moradian (arménien-catholique, soutenu par le CPL). Rappelons que les États-Unis avaient fait entendre qu’ils soutenaient le maintien à son poste de Mohammad Baassiri, sunnite proche de l’ancien Premier ministre Saad Hariri. Le Conseil des ministres a également nommé Christelle Wakim et Chadi Hanna, tous deux grecs-orthodoxes soutenus par le courant aouniste, respectivement commissaire du gouvernement près la BDL et membre de la commission spéciale d’investigation au sein de la Banque centrale.

De même, le cabinet a choisi une présidente et quatre nouveaux membres de la commission de contrôle des banques. C’est Maya Dabbagh (sunnite, proposée par M. Diab) qui a accédé à la présidence de cette instance. Kamel Wazni (chiite, appuyé par Amal), Marwan Mikhaël (maronite, soutenu par le CPL et des proches de la présidence), Joseph Haddad (grec-catholique) et Adel Dreik (grec-orthodoxe, proche des Marada) en sont, quant à eux, les nouveaux membres.

Sur ce tableau, se greffent naturellement trois nouveaux membres de la commission de contrôle des marchés financiers. Wajeb Kanso (chiite), Walid Kadri (grec-catholique soutenu par le tandem Baabda-CPL) et Fouad Choucair (druze) ont été nommés à ces trois postes vacants.

Deux nouveaux mohafez

Sur un autre registre, le Conseil des ministres a désigné Marwan Abboud (grec-orthodoxe), ancien juge au sein du conseil supérieur de la discipline, mohafez de Beyrouth. De son côté, Ghassan Noureddine a été choisi pour être directeur des investissements au sein du ministère de l’Énergie, à l’heure où Geryès Berbari (grec-orthodoxe, proche du CPL) est devenu directeur de l’Office des céréales et de la betterave sucrière au ministère de l’Agriculture.

Lire aussi

Hariri s'en prend à Geagea : Tu penses que mon destin politique dépend de toi ?


En dépit de la polémique suscitée par la décision de tenir la séance mercredi au lieu de jeudi pour pouvoir nommer Mohammad Abou Haïdar, proposé par Amal, directeur général de l’Économie, avant qu’il n’atteigne l’âge de 39 ans, le Conseil des ministres a nommé M. Abou Haïdar au poste concerné. Une façon pour le cabinet d’éviter une secousse politique que créerait un différend avec le président de la Chambre, Nabih Berry. Il a également désigné Pauline Dib, juge grecque-orthodoxe qui serait appuyée par les aounistes, mohafez de la région Kesrouan-Jbeil, en dépit de l’opposition qu’a suscitée cette démarche de la part du ministre de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, dans la mesure où les décrets mettent en application la décision de créer un mohafazat joignant les deux cazas à majorité chrétienne. Quant à Nisrine Machmouchi (sunnite), elle est désormais présidente du Conseil de la fonction publique. Ces nominations ne devraient pas, selon les observateurs, rassurer la communauté internationale qui attend des signes sérieux de réforme. D’ailleurs, l’ambassadeur de France Bruno Foucher a souligné dans un tweet, après avoir rencontré M. Diab hier, « l’urgence des réformes » et la « nécessité de répondre aux aspirations attendues en termes de gouvernance ».



Comme prévu, le Conseil des ministres est parvenu à adopter un train de nominations financières et administratives, lors de sa séance tenue hier à Baabda sous la présidence du chef de l’État, Michel Aoun. À la faveur de l’entente politique entre les composantes du cabinet conclue la veille, ces nominations sont passées comme une lettre à la poste. C’est donc la futile logique de...

commentaires (20)

Tout simplement désolant...Ma compassion va à ce peuple libanais, meurtri et affamé...l'histoire retiendra le nom des ces dirigeants cupides et immoraux qui n'entendent pas le cri de la rue...l'histoire nous a aussi appris qu'en fin de compte, la rue finit par gagner...et puis ces nominations qui exacerbent encore plus le confessionnalisme! quand est-ce que ce pays apprendra à aller au-delà de l'appartenance à tel ou tel rite....encore une fois, désolant, à faire pleurer!

Marie-Therese BALLIN

23 h 20, le 11 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Tout simplement désolant...Ma compassion va à ce peuple libanais, meurtri et affamé...l'histoire retiendra le nom des ces dirigeants cupides et immoraux qui n'entendent pas le cri de la rue...l'histoire nous a aussi appris qu'en fin de compte, la rue finit par gagner...et puis ces nominations qui exacerbent encore plus le confessionnalisme! quand est-ce que ce pays apprendra à aller au-delà de l'appartenance à tel ou tel rite....encore une fois, désolant, à faire pleurer!

    Marie-Therese BALLIN

    23 h 20, le 11 juin 2020

  • Mon premier message ayant été supprimé J envoie un plus modéré A MR Frangié : vos ministres devaient assister et rejeter les nominations pour faire apparaître votre désaveux même si malgré votre abscence le gendre vous a gratifié d’une nomination A MR Diab : en moins de 120 jours vous êtes rentré dans le jeu des corrompus et des voleurs qui vous donne quelques personnes à nommer POUR LE PEUPLE VOUS FAITES AUJOURDH’UI PARTI DES TOUS CAD DIRE TOUS vous compris A Mr Aoun: comment vous pourrez dire au peuple on m à empêché de faire une justice indépendante ? et tout ça pour Ghada? POUR LE PEUPLE VOUS ÊTES AUJOURDH’UI LE PRÉSIDENT LE PLUS MAUVAIS QUE LA RÉPUBLIQUE A CONNU dommage car quand vous avez accéder à la présidence le peuple avait une grande confiance en vous A Mr Bassil. : On m’a empêché de vous dire ce que je pense de vous AU PEUPLE LIBANAIS : CONTINUER LA LUTTE CAR NOUS VAINCRONS ET ENVERRONS TOUTE CETTE CLIQUE EN PRISON APRÈS LES AVOIR DÉMUNI DE TOUTES LES SOMMES VOLÉES

    LA VERITE

    18 h 56, le 11 juin 2020

  • je corrige, "technocratiquement", lol.

    Je partage mon avis

    18 h 54, le 11 juin 2020

  • Ça a de la gueule ce cabinet, une bonne gueule de loosers techniquement, et de malfrats moralement..

    Je partage mon avis

    18 h 53, le 11 juin 2020

  • C'est ca un cabinet de technocrates independants La bonne blague.....

    IMB a SPO

    17 h 13, le 11 juin 2020

  • "C’est Maya Dabbagh (sunnite, proposée par M. Diab) qui a accédé à la présidence de cette instance. Kamel Wazni (chiite, appuyé par Amal), Marwan Mikhaël (maronite, soutenu par le CPL et des proches de la présidence), Joseph Haddad (grec-catholique) et Adel Dreik (grec-orthodoxe, proche des Marada) en sont, quant à eux, les nouveaux membres." Joseph Haddad fait figure d'intrus! IL n'est soutenu par personne, le pauvre! Comment va-t-il fonctionner???

    Georges MELKI

    15 h 43, le 11 juin 2020

  • Echec cuisant du cabinet Hassane Diab qui ne garde de son mot cabinet de technocrates qu’un attribut sans valeurs. Concernant les nominations tribales attendues elles aussi elles sont le dernier souci des libanais face à un dollar qui a dépassé le cap des cinq mille livres et qui inquiète plus la population.

    Antoine Sabbagha

    13 h 26, le 11 juin 2020

  • Il n’y a plus de gâteau à partager que des miettes indigestes ou plutôt le cadavre d’un état jadis prospère. Même ça les charognards s’entretuent pour le dévorer. Et dire que l ’on fêté les 100 ans du grand Liban cette année, Fouad Chehab, Raymond Edde ou Riad El le Solh doivent se retourner dans leurs tombes devant ce pitoyable spectacle

    Liban Libre

    11 h 56, le 11 juin 2020

  • Quoi de neuf Mme La Marquise?? Franchement qui espérait quelque chose d'un gouvernement soit- disant TECHNORATE nommé par les modèles de démocratie je que sont le Schtroumpf à lunettes , la momie de l’assemblée , et le Morpion qui ne cesse de gesticuler avec quelques miettes a l’illettré de Zghorta. Que de temps perdu et le pays est déjà dans les abimes toujours en pente descendante.

    Liban Libre

    11 h 47, le 11 juin 2020

  • C,EST UN GOUVERNEMENT DE PIONS NOMMES PAR LEURS MAITRES LES CONNUS CORROMPUS ET VOLEURS QUI ONT MENE LE PAYS A LA CATASTROPHE DONT IL SOUFFRE AUJOURD,HUI. RIEN DE BON A EN ATTENDRE.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 53, le 11 juin 2020

  • avec cette classe politique dominante depuis des dizaines d'années , aucun gouvernement même si composé de ministres ( non partisans à des partis politiques ) ne pourrait gouverner seul et tout à fait indépednant car les partis lui donnent la confiance ou la lui retirent et ils sont omniprésents et surtout vu notre constitution qui partage les postes suivant les confessions . Ceci dit arrêtons de harceler ce gouvernement .

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    09 h 36, le 11 juin 2020

  • Quelle vaste comédie. Et le premier technocrate qui veut nous faire croire qu’il gouverne et qu’il a déjà accompli 97% du boulot. Et certains qui disent de lui que c’est un homme compétent et sérieux alors qu’il ressemble de plus en plus comme un pantin de 3ème catégorie. Pourtant si seulement ce gouvernement fantoche avait arrêté la contrebande de farine, mazout et dollars vers la Syrie, il aurait été pris plus au sérieux. A ma connaissance on n’a jamais eu de gouvernement constitué d’autant de guignols

    Liberté de penser et d’écrire

    08 h 03, le 11 juin 2020

  • Après Selaata, une couleuvre de plus pour Diab. Il devrait démissionner avant d;attraper une indigestion!

    Yves Prevost

    07 h 36, le 11 juin 2020

  • Pour une première, prédominance de la composante féminine. Mais, en matière de gouvernement, elles n'ont pas excellé. Tout simplement, elles vont probablement exécuter les desiderata de leurs parrains. La part du lion au CPL, sera guettée pour détecter la moindre fausse manoeuvre. Le fromage pourri a été réparti sous les yeux vigilants des chefs. Oui bien sûr, réformes sur le rail..

    Esber

    06 h 59, le 11 juin 2020

  • Cette manière de préciser la confession et l'affiliation partisane des nominations faites par le gouvernement est édifiante. Elle montre que rien n'a changé et que les appels a l'instauration d'un Etat laïc sont utopiques

    Tabet Ibrahim

    06 h 56, le 11 juin 2020

  • Cette manière de préciser la confession et l'affiliation partisane des nominations faites par le gouvernement est édifiante. Elle montre que rien n'a changé et que les appels a l'instauration d'un Etat laïc sont utopiques

    Tabet Ibrahim

    06 h 56, le 11 juin 2020

  • Cette manière de préciser la confession et l'affiliation partisane des nominations faites par le gouvernement est édifiante. Elle montre que rien n'a changé et que les appels a l'instauration d'un Etat laïc sont utopiques

    Tabet Ibrahim

    06 h 56, le 11 juin 2020

  • Mauvaise nouvelle après mauvaise nouvelle... La vérité, à quoi bon lire le journal???? Peine, mais aussi nerfs et santé perdus...

    NAUFAL SORAYA

    06 h 44, le 11 juin 2020

  • Les Maradas ne peuvent plaindre qu'eux mêmes . S'ils ne s'étaient pas absentés , s'ils n'avaient pas boudé , ils auraient eu leur part du gàteau . Ils étaient invités . Qui va `q la chasse perd sa place . UN PEU DE SAGESSE !

    Chucri Abboud

    02 h 18, le 11 juin 2020

  • D’ailleurs, l’ ambassadeur de France Bruno Foucher a souligné dans un tweet, après avoir rencontré M. Diab hier, « l’urgence des réformes » et la « nécessité de répondre aux aspirations attendues en termes de gouvernance ». vous devez vous occuper des gilets jaunes que reformer le liban :peine perdue

    youssef barada

    00 h 55, le 11 juin 2020

Retour en haut