Liban

"Terroristes" contre Libanais en Israël : pour Bassil, un troc d'amnistie "inacceptable"

"La différence entre nous et vous (...) c'est que nous n'avons pas exfiltré des criminels et des traîtres sur base d'un marchandage international", a répondu Ahmad Hariri, en référence à l’ex-responsable de la milice pro-israélienne de l’Armée du Liban-Sud, Amer Fakhoury.

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. Photo d’archives Reuters/Mohammad Azakir

Le chef du Courant patriotique libre fondé par le président Michel Aoun, l'ancien ministre libanais et député Gebran Bassil, a estimé vendredi qu'un "troc inacceptable" avait été proposé la veille pour faire passer la loi sur l'amnistie générale, qui a torpillé la séance plénière du Parlement.

"A la base, nous sommes en faveur de sanctions contre les criminels et contre l'amnistie générale. Un troc inacceptable et qui ne nous ressemble pas a été proposé : l'amnistie de terroristes et de criminels contre le retour des Libanais d'Israël", a écrit M. Bassil sur son compte Twitter. "La loi sur les Libanais ayant fui en Israël existe. Il ne manque que le décret d'application. Ceux qui ont du sang sur les mains ne doivent pas recouvrer la liberté. On ne bâtit pas un État en encourageant le crime", a-t-il conclu.


Le secrétaire général du courant du Futur, Ahmad Hariri, a répondu à M. Bassil de manière cinglante. "La différence entre nous et vous, cher Platon des temps modernes, c'est que nous n'avons pas exfiltré des criminels et des traîtres sur base d'un marchandage international", a-t-il écrit. Il fait référence à l’ex-responsable de la milice pro-israélienne de l’Armée du Liban-Sud, Amer Fakhoury, accusé de torture de prisonniers au centre de Khiam, d'abord arrêté, puis relâché par la justice libanaise avant d'être exfiltré depuis l'ambassade américaine à Beyrouth vers les Etats-Unis en mars dernier. "Nous avons travaillé sur l'amnistie générale aux yeux de tous pour réparer l'injustice des Libanais qui croupissent en prison sans avoir été jugés. Pour la 1000ème fois, vos propos ne veulent rien dire car il n'y a pas d'accord vu que vous l'avez trahi", a-t-il ajouté.

Pour la seconde fois consécutive, le vote du projet d’amnistie a été reporté jeudi au Parlement, au grand dam du Futur de Saad Hariri, qui souhaitait en faire profiter les détenus islamistes, et du tandem chiite Amal-Hezbollah qui cherchait à englober les détenus impliqués dans des affaires de drogue, originaires principalement de Baalbeck-Hermel. Ce projet avait suscité une vive opposition de la part des groupes parlementaires aounistes et Forces libanaises. Il avait alors été convenu d’ajouter aux bénéficiaires de l’amnistie générale les personnes qui se sont réfugiées en Israël en 2000, provoquant aussitôt le rejet de la part de ceux qui refusent une telle amnistie. Mais une nouvelle polémique de la part de ceux qui refusent une telle amnistie, comme le groupe de la Rencontre consultative présidé par Fayçal Karamé ou celui du PSNS présidé par Assaad Hardane, a été aussitôt lancée.

Lire aussi

Pourquoi la loi sur l’amnistie générale ne fait pas l’unanimité

Pendant la séance plénière de la Chambre, le président du Parlement, Nabih Berry, a tenté en vain de dégager un consensus entre les principaux groupes parlementaires musulmans et chrétiens pour faire passer le texte. Mais, après des débats houleux qui ont suscité la colère de Saad Hariri, qui s'est retiré de la salle avec les députés de son groupe, M. Berry a levé la séance alors que plus d'une vingtaine de textes restaient à examiner.

Sur le plan de la surpopulation carcérale, qui doit théoriquement être allégée avec l'amnistie, le ministre de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a appelé sur Twitter la justice à accélérer les procédures judiciaires des détenus étrangers dans le centre de rétention de la Sûreté générale sous le pont du quartier du Palais de Justice, à Beyrouth, afin de le fermer définitivement.


Le chef du Courant patriotique libre fondé par le président Michel Aoun, l'ancien ministre libanais et député Gebran Bassil, a estimé vendredi qu'un "troc inacceptable" avait été proposé la veille pour faire passer la loi sur l'amnistie générale, qui a

commentaires (14)

pour la premeire fois j'espere pas la derniere nous vous donnons raison mr Bassil B R A V O

michel raphael

21 h 43, le 02 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • pour la premeire fois j'espere pas la derniere nous vous donnons raison mr Bassil B R A V O

    michel raphael

    21 h 43, le 02 juin 2020

  • il y a amnistie et amnistie, une partie de ceux qui sont au pouvoir actuellement ont du sang sur les mains et ont été amnistié tant mieux il faut bien que ca s arrete un jour : ou on amnistie tout le monde ou en rentre à maison en créant une commission comme dab et arreter de faire du clientalisme sur le dos des pauvres malheureux qui pourrissent dans les prisons sans jugement

    youssef barada

    17 h 37, le 29 mai 2020

  • Hariri veut nous faire payer un milliard de dollars pour savoir qui a assassiné son père ? Et voilà qu'il veut amnistier ces terroristes qui ont sauvagement tué des officiers et des soldats de notre armée nationale !!! INADMISSIBLE !

    Chucri Abboud

    16 h 02, le 29 mai 2020

  • Je rajoute un détail important : OUI le liban veut faire avec ses voisins en paix. Les seuls qui n'ont pas arrêté de provoquer, chercher la bagarre, chercher la guerre sont ces syro irano palestiniens. Israel n'a jamais cherché à nous faire la guerre. Le liban n'a jamais cherché à faire la guerre à quiconque. Ce sont ces "racailles" armées syro irano arabo etc.. qui cherchent à faire la guerre à partir de notre pays depuis les années 70 à ce jour. Le monde entier le sait. QUE NOUS VOULONS LA PAIX mais qu'on ne nous laisse pas en PAIX côté palestino irano syrien. J'en profite pour féliciter l'OLJ dont certains titres d'articles sont repris de temps à autres, par des TV francophones à l'étranger dans le cadre d'un tour d'horizon de " la presse étrangère francophone" qu'ils diffusent sur leurs ondes. Presse étrangère dont l'OLJ fait partie.

    RadioSatellite.co

    15 h 50, le 29 mai 2020

  • Bien sur que cette loi ne doit jamais passer pour les raisons que tout le monde connait et que certains veulent ignorer .

    Elkhazen maud

    15 h 32, le 29 mai 2020

  • Si nous voulons être justes, au lieu de traiter les libanais qui ont simplement comme fui un massacre assurée par les pro syriens et pro iraniens comme des le gif ères, je demanderais à juger tous les traitres qui se sont rangés avec les palestiniens, syriens et iraniens et ont tué des libanais qui défendaient leur sol et leur nation et qui continuent de le faire en prétextant une résistance farfelue. C’est à cause d’eux que le Liban est devenu un ennemi de son voisin Israël puisqu’ils ont transformé ses frontières en base militaire pour exister et s’armer en jouant à des résistants pour défendre d’autres pays alors qu’avant cela Israël n’a jamais voulu foulé notre sol ou même volé au dessus de notre territoire puisque nous étions pacifiques et neutres. L’histoire en est témoin. Aucun troc ne devrait avoir lieu car on ne compare pas l’incomparable. Mais au Liban tout s’achète et tout se vend même les consciences.

    Sissi zayyat

    15 h 15, le 29 mai 2020

  • je n'aime pas Bassil mais il n'a pas tort ( c'est lui qui parle ) mais il y a aussi les FL, Kataeb et autres qui sont du même avis. Les libanais doivent rentrer.s'ils le souhaitent ( et ils le veulent évidemment) Ils ont quitté par obligation à l'époque Mais les terroristes sont terroristes par "choix" et "conviction" . Rien à voir entre les 2 situations.

    RadioSatellite.co

    14 h 05, le 29 mai 2020

  • Aucune raison que nos compatriotes ne rentrent pas au Liban.s'ils le souhaitent. D'ailleurs, ces libanais ont fui les milices irano syriennes et hordes qui voulaient les tuer. Il ne faut pas leur jeter la pierre. Même plus, il faut les honorer. Oui. Ce n'est pas parce que l'histoire est écrite par les vainqueurs ( l'iran et la syrie) que les vaincus au liban (cad les anti irano-syriens) ont nécessairement tort. Soit on tourne la page pour tous dont les seigneurs de la guerre ( joumblatt, geagea, berry, hezbollah, et ces libanais du Sud etc...) soit ils doivent tous passer au tribunal pour avoir traité et combattu un moment ou un autre avec un pays tiers. Ca s'appelle Equité et Justice entre libanais. Mais les terroristes post guerre? c'est un autre sujet, non lié à la guerre de 75-91

    RadioSatellite.co

    14 h 02, le 29 mai 2020

  • Il y a deux amnisties; Il y a celle des assassins et celle des résistants. Amnistier ceux qui ont assassiné des soldats libanais dans leur sommeil et ne pas amnistier ceux qui se sont opposés aux Palestiniens et aux pro-iraniens. Ou une amnistie générale ou rien.Le temps des concessions à sens unique est révolu à jamais. Revoyez votre copie SVP.

    Honneur et Patrie

    13 h 45, le 29 mai 2020

  • En bref, Hezbollah et Amal veulent libérer leur criminels, le Future les siens mais ceux qui ont sauver le Sud de l’implantation Palestinienne et résister a l'occupation Syrienne a la demande de l’état en 1975 n'ont aucun droit! Et ça veut bâtir un état ça?

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 15, le 29 mai 2020

  • TOUT EST TROC DANS LE BORDEL. ON Y CONVIENT. ON Y PAIE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 09, le 29 mai 2020

  • JAMAIS D AMNISTIE!! ceci compte pour nous.

    Marie Claude

    12 h 43, le 29 mai 2020

  • "...on ne bâtit pas un Etat en encourageant la corruption et en le volant par tous les moyens possibles...en imposant sa volonté dans tous les domaines..et en profitant sans scrupules de l'indulgence et de la faiblesse d'un beau-papa...qui semble oublier qu'il a fondé le parti qui s'appelle : Courant PATRIOTIQUE LI BRE ! Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 28, le 29 mai 2020

  • C'est encore et toujours Georges Naccache qui a raison: deux négations ne feront jamais une nation!

    Georges MELKI

    12 h 09, le 29 mai 2020