Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Rapatriement des Libanais : quatre vols mardi au départ de Paris, Istanbul, Madrid et Kinshasa

Les passagers des avions arrivés dimanche en provenance de Riyad, d'Abou Dhabi, de Lagos et d'Abidjan tous négatifs au coronavirus.

Des Libanais rapatriés à leur sortie de l'aéroport de Beyrouth, le 5 avril 2020. AFP / ANWAR AMRO

La compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines a annoncé lundi les horaires et les tarifs des vols de rapatriement de Libanais, prévus mardi en provenance de Paris (France), Istanbul (Turquie), Madrid (Espagne) et Kinshasa (République démocratique du Congo) au lendemain d'une première phase de retour au pays qualifiée de "réussie" par le chef de la diplomatie libanaise, Nassif Hitti.

Le vol ME212 partira de Paris à 12h10, heure locale, et atterrira à l'aéroport de Beyrouth (AIB) à 17h25. Le vol ME242 partira de Madrid à 14h45 et doit arriver à l'AIB à 20h25. Pour ces deux vols, le billet d'avion en classe économique est fixé à 1 100 euros, et pour la classe affaires à 2 200 euros. Le vol ME574 partira de Kinshasa à 14h25 et arrivera à Beyrouth à 23h25. Il faudra débourser 1 800 dollars pour un billet en classe économique, et 3 900 dollars pour un billet en classe affaires. Le vol ME268 partira, lui, d'Istanbul à 17h15 pour arriver à Beyrouth à 19h. Le prix du billet s'élève à 500 dollars en classe économique et à 1 000 dollars en classe affaires.

Dimanche, quatre avions transportant plus de 300 ressortissants libanais en provenance de Riyad (Arabie saoudite), d'Abou Dhabi (Emirats arabes unis), de Lagos (Nigeria) et d'Abidjan (Côte d'Ivoire) ont atterri à l'aéroport de Beyrouth (AIB) sous une stricte surveillance médicale et sécuritaire.

"Nous allons examiner toutes les modalités du rapatriement (effectué hier) afin d'améliorer les choses avec l'arrivée d'autres avions cette semaine", a déclaré M. Hitti lors d'une interview à la radio, estimant quand même que la première phase était "réussie". Soulignant que les équipes médicales ne sont pas en mesure de traiter quotidiennement plus de 400 personnes à l'AIB, le ministre des Affaires étrangères a néanmoins assuré que l’Etat libanais allait rapatrier tous les Libanais, "où qu'ils soient dans le monde".

Tous les Libanais rapatriés dans le cadre de ce mécanisme sont testés à leur arrivée sur le territoire libanais. Sur ce plan, le ministère de la Santé a indiqué que les tests effectués sur les passagers en provenance de Riyad, d'Abou Dhabi, de Lagos et d'Abidjan se sont avérés négatifs. Le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a toutefois appelé les voyageurs à respecter les consignes portant sur les conditions leur permettant de quitter les hôtels où ils ont été logés par précaution.


Hout répond aux critiques 

En réponse aux critiques sur les prix extrêmement élevés des billets, le président de la MEA, Mohammad el-Hout, a assuré aujourd'hui que la compagnie ne faisait pas de bénéfices sur ces vols,  indiquant que le rapatriement allait coûter 20 millions de dollars à la compagnie. "Nous ne sommes pas en mesure d'aider les Libanais de l'étranger qui souhaitent revenir car notre priorité est la viabilité de la société et de ses employés", a déclaré M. Hout lors d'une conférence de presse

Dans un communiqué publié peu après cette conférence de presse, le "comité de lutte contre la corruption" au sein du Courant patriotique libre (CPL, fondé par le chef de l'Etat et présidé par Gebran Bassil) a critiqué les propos du patron de la MEA, appelant à une enquête et à la levée du secret bancaire sur tous les comptes de la compagnie aérienne, de Mohammad el-Hout et de sa famille. En soirée, le courant du Futur a de son côté publié un communiqué affirmant que M. Hout et la MEA "n'ont pas besoin de quelqu'un pour les défendre face à de fausses allégations, mais les Libanais ont besoin de quelqu'un qui mette fin à cette honte qui ne peut plus être tolérée". "Le Courant patriotique libre doit arrêter la politique de calomnie, qui ne permet plus de couvrir l'échec dans lequel il patauge, comme cela se produit dans les institutions et les secteurs étatiques", est-il ajouté dans le communiqué.

Dimanche, le MEA avait annoncé une réduction des coûts de ses billets d’avion de 50 % au bénéfice des étudiants expatriés qui ne peuvent payer toute la somme.

Dans ce contexte, la vice-présidente de la Fondation humanitaire al-Walid ben Talal, Leila el-Solh, a informé M. Hitti que la fondation allait assurer le financement de trois vols de rapatriement pour les étudiants libanais se trouvant en France, en Italie et en Espagne. 



Lire aussi

Un test réussi et des leçons à tirer, le décryptage de Scarlett HADDAD

Au confinement s'ajoutent les difficultés financières pour les étudiants libanais à Paris

A l’aéroport de Beyrouth, dernier appel pour les passagers à destination de Paris Charles De Gaulle

Hitti : La priorité est donnée aux pays africains, car la situation s’y détériore rapidement

Coronavirus : près de dix pour cent des Libanais en Guinée veulent être rapatriés


La compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines a annoncé lundi les horaires et les tarifs des vols de rapatriement de Libanais, prévus mardi en provenance de Paris (France), Istanbul (Turquie), Madrid (Espagne) et Kinshasa (République démocratique du Congo) au lendemain d'une première phase de retour au pays qualifiée de "réussie" par le chef de la diplomatie libanaise,...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut