Rechercher
Rechercher

Décryptage

Un test réussi et des leçons à tirer

La première étape du rapatriement des Libanais de l’étranger s’est terminée sans problème majeur. Quatre avions venus de quatre pays différents ont ramené au pays près de 400 Libanais, dans des conditions difficiles, mais avec des mesures de précaution acceptables.

Le gouvernement de Hassane Diab peut donc respirer, cette première phase a été satisfaisante, même si certaines lacunes dans le plan devront être réglées, notamment le désordre au moment de l’atterrissage et de la sortie des passagers de l’avion. Mais globalement, de l’avis de ceux qui étaient présents et même des différentes parties politiques, tout s’est plutôt bien passé. Les mesures prises à l’aéroport étaient strictes, notamment le dispositif de contrôle des passagers. De même, l’espacement entre les arrivants et entre les différents fonctionnaires de l’aéroport a été respecté. Il s’agit maintenant de veiller à la suite des événements, c’est-à-dire au respect des consignes de confinement par les arrivants et leurs proches, tout en surveillant au cours des prochains jours la courbe des personnes atteintes du coronavirus au Liban. La fuite d’une personne, annoncée par des sources médiatiques, pour éviter les contraintes du confinement obligatoire en attendant le résultat des tests effectués à l’aéroport, doit aussi être réglée et ne pas constituer un exemple pour d’autres. Les forces de l’ordre la recherchent d’ailleurs activement.

Sur le plan politique, on peut donc dire que le gouvernement a passé avec succès ce premier test, en réussissant à se faufiler entre les nombreuses mines posées sur son parcours. D’abord, l’exigence du rapatriement des émigrés ayant été formulée par le président de la Chambre sur un ton assez ferme, au point que Nabih Berry avait menacé de « suspendre sa participation au gouvernement », il ne fallait pas que le gouvernement ait l’air de céder à une partie politique, fût-elle le puissant chef du législatif. D’ailleurs, le leader du Courant patriotique libre Gebran Bassil a repris à son compte la demande formulée par Nabih Berry et le secrétaire général du Hezbollah a également abondé dans ce sens. Autrement dit, trois des principales parties politiques qui ont appuyé le gouvernement et facilité sa formation ont exprimé cette demande. Même si le gouvernement avait des réserves et craignait essentiellement que le rapatriement massif des Libanais de l’étranger ne provoque une recrudescence des cas de contamination au coronavirus, il ne pouvait pas ne pas répondre à cette demande, d’autant qu’il y avait beaucoup de cas dramatiques parmi les Libanais partis pour un court voyage et contraints de rester sur place.



(Lire aussi : Coup d’envoi du rapatriement sous haute surveillance)



Dès lors, le souci principal était d’organiser le rapatriement, tout en essayant d’éviter un afflux massif qui deviendrait rapidement incontrôlable. En même temps, il ne fallait pas avoir l’air de céder à une partie plutôt qu’à une autre. Enfin, il fallait aussi mettre au point un plan qui assure la sécurité des arrivants et de leurs proches dans des conditions matérielles difficiles, sachant qu’une partie des Libanais étaient inquiets de l’arrivée des personnes rapatriées, dont certaines pourraient être porteuses du virus et contaminer plusieurs autres. Comme cela s’est passé au début de l’épidémie au Liban en février, des personnes venues de l’étranger avaient apporté avec elles le virus et contaminé leurs proches. Il a donc été décidé de privilégier les émigrés installés dans les pays d’Afrique, parce que l’infrastructure hospitalière y est insuffisante pour faire face à une épidémie et parce que les émigrés y courent des risques physiques d’agressions en période de crise. Mais, en même temps, le gouvernement a pris soin d’englober dans le processus du retour, les pays arabes et les pays européens dans un premier temps, tout en se préparant pour accueillir, dans une seconde étape, les Libanais vivant dans les pays lointains comme les Amériques et l’Australie, ceux-là ayant besoin de passer par un pays tiers, la MEA n’ayant pas de vols directs à partir de ces lieux.

De même, les prix des billets qui ont été fixés par la MEA étaient élevés pour les raisons que l’on connaît (vols à moitié vides et dans un seul sens), tout en faisant des rabais pour ceux qui sont en difficulté comme les étudiants coincés à l’étranger et n’ayant pas les moyens de payer le prix complet d’un billet. De la sorte, le processus du retour sera limité à ceux qui veulent réellement rentrer au Liban et qui en ont les moyens, tout en étant « humanisé » pour ceux qui sont dans le besoin. Chaque mesure a donc été soigneusement étudiée pour répondre aux conditions que s’était fixées le gouvernement : d’abord éviter un retour massif tout en étant soucieux d’aider ceux qui sont dans le besoin, ensuite éviter un retour à coloration confessionnelle unique pour ne pas ouvrir la voie à une polémique confessionnelle et politique dans une période aussi sensible. Il fallait donc à la fois offrir aux Libanais la possibilité du retour, tout en leur faisant comprendre qu’il ne s’agit pas d’une aventure de tout repos et qu’il faudra respecter de nombreuses contraintes.

Sur le plan logistique, le gouvernement, par la personne de son chef et de plusieurs ministres qui se sont rendus hier à l’aéroport, a montré qu’il travaillait en équipe, sachant que plusieurs ministères ont été mobilisés pour la réussite de cette première étape du plan de rapatriement. Il a donc réussi dans ce dossier à surmonter les fissures internes apparues ces derniers jours. Mais ses épreuves sont loin d’être terminées. Il devra tirer les leçons de ce premier test pour les autres dossiers épineux qui l’attendent.



Lire aussi

Au confinement s'ajoutent les difficultés financières pour les étudiants libanais à Paris

A l’aéroport de Beyrouth, dernier appel pour les passagers à destination de Paris Charles De Gaulle

Hitti : La priorité est donnée aux pays africains, car la situation s’y détériore rapidement

Coronavirus : près de dix pour cent des Libanais en Guinée veulent être rapatriés



La première étape du rapatriement des Libanais de l’étranger s’est terminée sans problème majeur. Quatre avions venus de quatre pays différents ont ramené au pays près de 400 Libanais, dans des conditions difficiles, mais avec des mesures de précaution acceptables.

Le gouvernement de Hassane Diab peut donc respirer, cette première phase a été satisfaisante, même si...

commentaires (9)

Aucun gouvernement depuis l'indépendance du Liban n'a passé par des circonstances aussi difficiles et graves dpuis sa naissance . Mais aucun gouvernement depuis l'indépendance n'a montré autant de résistance aux pressions traditionnelles de tous les leaders politiques confondus . Aucun gouvernement n'a montré autant de lucidité et autant , persévérance et surtout autant de nerfs et de patience . Dieu soit loué ! Habemus Republicam !

Chucri Abboud

14 h 44, le 06 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Aucun gouvernement depuis l'indépendance du Liban n'a passé par des circonstances aussi difficiles et graves dpuis sa naissance . Mais aucun gouvernement depuis l'indépendance n'a montré autant de résistance aux pressions traditionnelles de tous les leaders politiques confondus . Aucun gouvernement n'a montré autant de lucidité et autant , persévérance et surtout autant de nerfs et de patience . Dieu soit loué ! Habemus Republicam !

    Chucri Abboud

    14 h 44, le 06 avril 2020

  • 1.800.000 réfugiés et déplacés syriens et palestiniens sont au Liban, soit l'équivalent de 37% de sa population. N'est-il pas opportun par ce temps de coronavirus de les reconduire chez eux dans leurs pays ?

    Honneur et Patrie

    12 h 56, le 06 avril 2020

  • Bravo le gouvernement .... vous avez donné un exemple de ce qu'un gouvernement sérieux doit faire et peut faire pour ses citoyens. On peut être fier de votre travail. ce sont des prestations d'un gouvernement d'un pays développé et non d'une république bananière. quand je vois un travail sérieux, réfléchi et professionnel, je ne peux que le saluer et je ne peux qu'en être fier. Vous pliez comme le réseau dans la tempête mais vous n'êtes pas intimidés par des critiques non fondées et basés sur des non sens. Monsieur le Premier Ministre ainsi que votre équipe vous êtes parmi les meilleurs que le Liban ait jamais eu. Félicitation .

    Joseph Zoghbi

    12 h 34, le 06 avril 2020

  • Cet article n'est qu'un tour de vis supplémentaire dans la récupération politique... Autant écrire: "youpi! le boulanger a fait du pain! applaudissons l'exploit!"

    Gros Gnon

    08 h 44, le 06 avril 2020

  • COMME CELA EST ARRIVE AU DEBUT... DITES-LE. DITES D,OU ELLES SONT VENUES CES PERSONNES CONTAMINEES ET QUI LES APPORTA AU PAYS. MA FI GHAYRON ! MAIS LE FANATIQUE PARTI PRIS Y VEUT NOUS CONVAINCRE AUTREMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 19, le 06 avril 2020

  • Ils n’ont fait que leur boulot. Doit on pour autant consacrer tout un article utilisant des termes élogieux parce que les technocrates ont réussi à faire quelque chose. Ou bien, par définition un ministre échoue dans tout ce qu’il fait, donc lorsqu’il réussit il faut le féliciter!

    Liberté de Penser

    07 h 47, le 06 avril 2020

  • Mais vous parlez du rapatriement de Libanais bloqués à l’étranger comme d’un exploit fantastique pour notre nouveau gouvernement, d’un test majeur et réussi et qui serait un bon signe pour le traitement des autres dossiers épineux qui l’attendent... Mais voyons donc: ne pensez-vous pas que c’est la moindre des choses pour un gouvernement qui respecte ses citoyens de pouvoir organiser rapidement un retour décent et sécuritaire dans les circonstances actuelles? Au contraire, on peut leur reprocher d’avoir hésité et attendu pour des menaces de démission de qui vous savez pour finalement organiser ces vols de retour! Non, cette histoire n’est pas du tout de bonne augure pour l’avenir, s’ils ne sont même pas capables de dépasser rapidement les clivages communautaires pour si peu! Sinon, on revient à la case départ et la révolte populaire n’aura servi à rien.

    Saliba Nouhad

    03 h 18, le 06 avril 2020

  • ...""Sur le plan logistique, le gouvernement, par la personne de son chef et de plusieurs ministres qui se sont rendus hier à l’aéroport, a montré qu’il travaillait en équipe..."" C’est la preuve, qu’il n’est pas confiné, et sur tous les fronts, il bosse. L’opération de rapatriement déclenchée, un tour de main réussi. Et pas un mot sur l’exilé en or parisien, qui vient de nous quitter, et par respect du deuil, et l’histoire ne dit pas s’il a demandé la nationalité libanaise......

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    02 h 08, le 06 avril 2020

  • Mabrouk! Le gouvernement a donc passé le certificat... Yallah shido el hémé! Deuxième tâche : voir si les affamés dans les rues aimerait prendre ces mêmes avions et se trouver quelque part ailleurs tout comme, si ma mémoire n'est pas coronisée, le président avait suggéré... Car, une éducation ça coûte cher!!!

    Wlek Sanferlou

    01 h 19, le 06 avril 2020