Rechercher
Rechercher

Coronavirus

Relâchement du respect des mesures de confinement dans plusieurs régions

Un décès et seulement huit nouvelles infections au Covid-19 ont été enregistrés hier. Les laboratoires privés accrédités par le ministère de la Santé publique étant fermés le dimanche, les chiffres pourraient repartir à la hausse aujourd’hui.

La rue principale de Saïda hier. Photo Mountasser Abdallah

En cette fin de mois, les Libanais ont transgressé en grand nombre hier les règles de confinement imposées depuis près de deux semaines par le gouvernement pour freiner l’épidémie de Covid-19 qui a contaminé jusqu’ici 446 personnes dont onze sont décédées. Une affluence remarquée notamment devant les distributeurs automatiques de billets ainsi que dans les supermarchés de plusieurs régions, alors que les salaires ont été versés ces derniers jours.

À Saïda (Liban-Sud), de longues files se sont formées dans la matinée devant les banques et les bureaux de change, faisant fi des mesures de distanciation sociale recommandées, selon notre correspondant Mountasser Abdallah. L’avenue principale de la ville était beaucoup plus embouteillée que les jours précédents, malgré la fermeture de la majorité des commerces.

Réagissant à cette affluence dans les rues de Saïda, l’ancien président de la municipalité de la ville, Abdel Rahman Bizri, également membre de la commission chargée de lutter contre l’épidémie, a déploré « les violations » de la mobilisation générale, estimant qu’elles risquent de « mettre en péril les mesures de prévention contre la propagation du virus ». Dans un communiqué publié par son bureau de presse, il a appelé les autorités à « mettre rapidement en place un plan d’aides sociales » qui permettrait de soutenir les citoyens privés de leur gagne-pain.

Des scènes identiques se sont répétées à Beyrouth où l’affluence était notable devant les supermarchés et les distributeurs automatiques, sans aucune mesure de prévention ni distanciation sociale. Idem au Liban-Nord, principalement à Tripoli et au Akkar, où les habitants ont ignoré les mesures de confinement, selon notre journaliste sur place Ornella Antar. Des scènes qui ont poussé hier le ministère de la Santé publique à insister de nouveau sur la nécessité de mettre en œuvre les mesures de confinement, sous peine de poursuites. Selon le rapport quotidien de la chambre d’opérations nationale pour la lutte contre le coronavirus, le respect des mesures prévues par la mobilisation générale variait entre 75 % dans le Akkar et 90 % à Beyrouth.



(Lire aussi : Raymond Sayegh, convalescent, raconte la grande solitude des malades du coronavirus)



Trente-cinq guérisons

Près d’un mois et demi après l’annonce du premier cas le 21 février, le Liban a enregistré hier huit nouvelles infections, portant à 446 le nombre de contaminations. Ces cas « ont été détectés sur la base de 205 tests de dépistage effectués dans quatre laboratoires accrédités par le ministère de la Santé publique », a précisé celui-ci dans un communiqué. « Les autres laboratoires chargés de faire passer les tests n’ont pas envoyé les résultats des tests effectués, étant fermés le dimanche », a ajouté l’institution, ce qui explique donc le nombre beaucoup moins élevé de cas détectés par rapport aux derniers jours.

Selon le bilan quotidien du ministère, un nouveau décès, celui d’une octogénaire souffrant de maladies chroniques, a été enregistré hier, portant à onze le nombre des victimes de l’épidémie. Par ailleurs, 35 patients sont totalement guéris, selon le document.

L’ancienne ministre May Chidiac, hospitalisée la semaine dernière à l’Hôtel-Dieu après avoir annoncé être contaminée, a quitté hier l’hôpital. Elle doit observer un isolement à domicile.

En outre, le ministre de la Santé publique, Hamad Hassan, a affirmé hier que les hôpitaux gouvernementaux sur l’ensemble du territoire libanais seront prêts la semaine prochaine à accueillir les personnes atteintes du coronavirus. Il a également déféré auprès du parquet de cassation l’affaire de Majida Zweir, une patiente syrienne décédée après s’être vu refuser l’accès à plusieurs hôpitaux au Liban-Nord, alors qu’elle présentait des symptômes graves.




Lire aussi

Moralité et esprit civique, l’édito de Michel TOUMA

Dans les hôpitaux universitaires privés, branle-bas de combat contre le coronavirus

Les Libanais de l’étranger, « de véritables bombes à retardement », pour Abou Charaf

À Saïda, Tarek Bachachi dégaine sa clarinette pour « briser le silence et vaincre la peur »

« Baytna baytak », le lien entre propriétaires généreux et soignants courageux

CMA CGM fait don de 50 000 masques et achemine des tests rapides




En cette fin de mois, les Libanais ont transgressé en grand nombre hier les règles de confinement imposées depuis près de deux semaines par le gouvernement pour freiner l’épidémie de Covid-19 qui a contaminé jusqu’ici 446 personnes dont onze sont décédées. Une affluence remarquée notamment devant les distributeurs automatiques de billets ainsi que dans les supermarchés de...

commentaires (0)

Commentaires (0)