Rechercher
Rechercher

Grand Sérail

Diab réunit les organes de contrôle pour lancer la bataille contre la corruption

Hassane Diab réunissant hier des membres des organes de contrôle administratif, en présence de la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, et du secrétaire général du Conseil des ministres, le juge Mahmoud Makkié. Photo ANI

Dans une démarche visant à mettre en avant un souci de se pencher sur la lutte contre la corruption, le chef du gouvernement, Hassane Diab, s’est entretenu hier avec les chefs des organes de contrôle judiciaire et ceux de contrôle administratif dans le cadre de deux réunions successives, en présence de la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, et du secrétaire général du Conseil des ministres, le juge Mahmoud Makkié. Ces réunions tenues au Grand Sérail interviennent avant même la finalisation de la déclaration ministérielle et l’obtention de la confiance du Parlement.M. Diab s’est d’abord entretenu avec les hauts responsables judiciaires, à savoir le président du Conseil supérieur de la magistrature, Souheil Abboud, le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, le président du Conseil d’État, Fady Élias, et le président de l’Inspection judiciaire, Bourkan Saad. Il s’est ensuite réuni avec le président de l’Inspection centrale, Georges Attié, la présidente du Conseil de la fonction civile, Fatmé Sayegh, la présidente du Haut Conseil disciplinaire, Rita Ghantous, et le président de la Cour des comptes, Mohammad Badran.


(Lire aussi : Un déficit après l’autre, l'édito de Issa GORAIEB)


Une source proche de M. Diab, contactée par L’Orient-Le Jour, affirme que celui-ci a exprimé aux deux corps son attachement à les voir appliquer la loi à l’écart de toute ingérence politique. Il leur a demandé de traiter avec le plus grand sérieux la question de la lutte contre la corruption, leur recommandant de remplir véritablement leur rôle, de sorte que l’État retrouve son prestige. Selon cette source, le chef du gouvernement a écouté avec attention ses interlocuteurs, qui ont présenté leurs plans établis en vue de trouver des solutions dans leurs secteurs respectifs. Le tout, affirme la source, dans un souci de M. Diab de se faire une vision de toutes les institutions pour arriver à la rédaction d’une déclaration ministérielle qui répondrait aux attentes du mouvement de contestation.

Un proche d’un participant à la réunion des chefs des organes de contrôle administratif affirme à L’OLJ que le Premier ministre a encouragé ses hôtes à « agir jusqu’au bout, sans se soumettre aux pressions de la classe politique ». Il s’est montré à cet égard « décidé à combattre la corruption et entamer les réformes ». Les présents ont évoqué les défis ainsi que les problèmes administratifs et logistiques qu’ils rencontrent dans leurs services. M. Attié a par exemple fait part d’une insuffisance d’effectifs et d’équipements informatiques, soulignant la nécessité d’une formation des inspecteurs aux nouvelles techniques de contrôle et d’audit. Les responsables administratifs ont déploré par ailleurs que nombre de leurs décisions ne sont pas exécutées dans certains ministères.


Lire aussi

Crise : Hassane Diab recueille des doléances du secteur privé


Dans une démarche visant à mettre en avant un souci de se pencher sur la lutte contre la corruption, le chef du gouvernement, Hassane Diab, s’est entretenu hier avec les chefs des organes de contrôle judiciaire et ceux de contrôle administratif dans le cadre de deux réunions successives, en présence de la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, et du secrétaire général du...

commentaires (3)

« Le premier ministre a encouragé ses hôtes à agir jusqu’au boût, sans se soumettre aux pressions de la classe politique ». Mr Diab vous oubliez déjà comment votre « gouvernement » a été formé ? Mais oui j’avais oublié, comme vous l’aviez si bien dit, « n’oublions pas que nous sommes au Liban ».

Citoyen libanais

12 h 10, le 01 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • « Le premier ministre a encouragé ses hôtes à agir jusqu’au boût, sans se soumettre aux pressions de la classe politique ». Mr Diab vous oubliez déjà comment votre « gouvernement » a été formé ? Mais oui j’avais oublié, comme vous l’aviez si bien dit, « n’oublions pas que nous sommes au Liban ».

    Citoyen libanais

    12 h 10, le 01 février 2020

  • LANCEZ AVANT TOUT LA BATAILLE DU REDRESSEMENT ECONOMIQUE ET FINANCIER QUI SONT LES PLUS URGENTS ET PARALLELEMENT CELLE DE LA CORRUPTION.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 49, le 01 février 2020

  • Va-t-on oser vérifier au microscope les comptes de tous le ministères? Notamment celui, symbolique, des ressources hydrauliques et électriques?.

    Yves Prevost

    07 h 23, le 01 février 2020