Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Berry aux Libanais : Évitez la sédition et résistez au plan Trump

"J'appelle tous les partisans d'Amal et, à travers eux, les Libanais, à laisser la rue à ceux qui y voient un moyen de s'exprimer", écrit le président du Parlement.

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, le 22 janvier 2020 au palais de Baabda. REUTERS/Mohamed Azakir

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a appelé jeudi les partisans du mouvement Amal et les Libanais en général à éviter toute confrontation avec le mouvement inédit de contestation contre la classe dirigeante qui a investi les rues depuis plus de trois mois. Il a invité en outre les Libanais à protéger le pays des conséquences du plan de paix pour le Moyen-Orient du président américain Donald Trump.

"Avec l'annonce du plan américano-sioniste visant à éliminer la cause palestinienne, à changer la face de la région et du monde, à sacraliser le caractère juif de l'entité sioniste au détriment des Arabes, des musulmans et des chrétiens, et à porter atteinte à la stabilité des pays de la région, et du Liban en particulier qui refuse toute implantation (...), parce que nous ne voulons pas affaiblir la force du Liban (...), j'appelle tous les partisans d'Amal et, à travers eux, les Libanais à garder le calme, à contenir leur colère et à faire preuve de patience", écrit M. Berry dans une lettre rendue publique dans la journée.

"Je les appelle à laisser la rue à ceux qui y voient un moyen de s'exprimer, à ceux qui réclament leurs droits légitimes et même à ceux qui l'utilisent pour calomnier et lancer des accusations injustes", poursuit le leader du mouvement Amal, l'une des cibles privilégiées du mouvement de contestation. "Laissez-leur la rue et soyez là où vous devez être. Soyez ce que l'imam Moussa Sadr veut que vous soyez : des chantres du dialogue à l'intérieur des terres, et des résistants face à Israël l'agresseur pour protéger la terre et les hommes pour que le Liban reste la nation définitive de ses fils (...)"  et afin d'éviter toute "sédition aveugle que certains préparent pour le Liban ", a ajouté le président de la Chambre.

Mercredi, responsables officiels et dirigeants des formations politiques au Liban, dont M. Berry, avaient condamné le plan pour la paix au Proche-Orient présenté la veille par Washington, dénonçant notamment l'abolition de toute perspective d'un retour des réfugiés palestiniens dans leur pays. Le président du Parlement a notamment estimé que le plan Trump était "un pot-de-vin payé avec des fonds arabes, en échange des droits, de la souveraineté et de la dignité spoliés des Palestiniens", affirmant que "le Liban et les Libanais ne seront pas les faux-témoins de la nouvelle mise à mort du peuple palestinien et de ses droits légitimes".

La présence des Palestiniens a toujours été un sujet délicat au Liban, accentuant notamment les clivages durant la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990. Un sentiment anti-palestinien perdure parfois dans le pays et nombreux sont ceux qui refusent une naturalisation des ressortissants palestiniens ayant fui leur terre d'origine après la création en 1948 de l’État d'Israël. En 2017, à l'issue d'un premier recensement officiel effectué par Beyrouth, les autorités libanaises avaient annoncé que plus de 174.000 réfugiés palestiniens vivent au Liban. 

Le plan de paix américain accorde de nombreuses concessions à Israël et a été rejeté avec véhémence par les Palestiniens. Il prévoit notamment la reconnaissance de l'annexion par Israël des colonies qu'il a implantées en Cisjordanie occupée, en particulier dans la vallée du Jourdain, en violation du droit international, selon l'ONU. Un futur État palestinien sur ces tracés serait nettement en-deçà de ce à quoi aspirent les Palestiniens, à savoir la totalité des Territoires occupés depuis 1967 par Israël.


Lire aussi

« Les Arabes, tous des traîtres ! » crient les Palestiniens de Aïn el-Héloué

Mohanad Hage Ali : Le « deal du siècle » ne devrait pas avoir de répercussions directes sur le Liban

Proche-Orient : les responsables libanais rejettent le plan de Trump

Les boulevards du délire, l'éditorial de Issa GORAIEB

Le mouvement Amal appelé à faire face à ses démons


Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a appelé jeudi les partisans du mouvement Amal et les Libanais en général à éviter toute confrontation avec le mouvement inédit de contestation contre la classe dirigeante qui a investi les rues depuis plus de trois mois. Il a invité en outre les Libanais à protéger le pays des conséquences du plan de paix pour le Moyen-Orient du...

commentaires (13)

Cet individu est vraiment un miserable...en appeler a la memoire d un homme saint comme SADR,et au combat contre Israel.....il est encore pire que HN. Il devrait prendre le 1 er vol pour Teheran s il ne veut pas finir comme Mussolini.

HABIBI FRANCAIS

11 h 26, le 31 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Cet individu est vraiment un miserable...en appeler a la memoire d un homme saint comme SADR,et au combat contre Israel.....il est encore pire que HN. Il devrait prendre le 1 er vol pour Teheran s il ne veut pas finir comme Mussolini.

    HABIBI FRANCAIS

    11 h 26, le 31 janvier 2020

  • We need to face head-on the humanitarian crisis of the Palestinian refugees in Lebanon. Most of them were born in Lebanon and have not known any other country. Keeping them in refugee camps in dire poverty is not acceptable. I support the naturalization of Palestinian refugees who were born in Lebanon, starting with those who have a Lebanese mother. The refugee camps can become a breeding ground for terrorism and could ignite another civil war. We should avoid this trap at all costs. Let's get financial help from the international community in exchange, and work on pulling out Lebanon from its e economic crisis. As well, we need to slowly but sure reform the Lebanese government and reduce sectarianism. The religious affiliation of the Palestinians in Lebanon won't matter anymore then. The Trump plan constitutes pure colonialism. It sanctions and legitimizes apartheid policies applied by the Israeli state against the Palestinians. Palestinians have suffered enough. Let's do the right thing in Lebanon.

    Mireille Kang

    00 h 35, le 31 janvier 2020

  • Au lieu d'aborder le sujet de façon directe, en dénonçant francement les agressions répétées de ses partisans,contre les manifestants, il fait une tournure dialectique pour ne pas les léser.

    Esber

    21 h 16, le 30 janvier 2020

  • Il faudra résister au plan Trump et à la corruption deux menaces pour l'avenir effarant du sort du Liban .

    Antoine Sabbagha

    20 h 43, le 30 janvier 2020

  • Je ne comprends pas pourquoi je suis régulièrement sanctionné. Pourtant je donne mon avis sans vulgarité, sans dénigrer aucun de ceux qui s'expriment et sans violence. Qu'on me donne la raison, au moins par mail interposé.

    Citoyen

    20 h 20, le 30 janvier 2020

  • Non mais, quelle magnanimité et grandeur d'âme, Me Berri. Maintenant, il reprend du poil de la bête, se considère l'homme indispensable de la situation, balaie du revers de la main toutes les accusations de corruption contre lui... Et, bien qu'il reconnaisse indirectement que c'étaient ses malabars et miliciens qui faisaient du grabuge parmi les manifestants, là, grand seigneur, il leur demande de ne plus se mêler à la racaille dans les rues en laissant la populace se défouler et se plaindre sans résultat... Un peu, en leur disant: la bave du crapaud n'atteint point la blanche colombe! Fin démagogue et populiste, mais combien dangereux pour l'avenir du pays.... Dieu seul sait quand est-ce-que le Liban va se débarasser de toute cette clique pourrie!

    Saliba Nouhad

    19 h 36, le 30 janvier 2020

  • POURQUOI QUAND JE CRITIQUE BERRY L'OLJ NE ME PUBLIE PAS ??????? OU ALORS PUBLIE ET EFFACE LON COMMENTAIRE PAR LA SUITE ?????? C'EST QUOI ÇA, CELA ME SERAIT INTERDIT POUR DONNER DE FAUSSES IMPRESSIONS ?

    FRIK-A-FRAK

    18 h 59, le 30 janvier 2020

  • Il part quand ?

    FRIK-A-FRAK

    18 h 52, le 30 janvier 2020

  • Incroyable, lui et Nasralla mentionnent Israël à chaque fois qu’ils veulent changer l’attention du public…ça ne marche plus…

    Jack Gardner

    18 h 44, le 30 janvier 2020

  • Le Commandant en Chef de l'Armée du Parlement payé par l'Etat, Estez Nabih, ferait mieux d'appeler ceux qui veulent faire la guerre à Israél sur le territoire libanais, à la faire de chez eux ou de l'une de leurs colonies d'Irak, de Syrie ou du Yémen. Le Liban, Etat indépendant, membre fondateur des Nations Unies, n'est pas un pays guerrier pour le compte de qui que ce soit conformément à la Déclaration de Baabda reconnue par l'ONU.

    Honneur et Patrie

    18 h 20, le 30 janvier 2020

  • Personne ne t'a sonné, alors ton avis et tes idées garde les au chaud ...

    Zeidan

    17 h 43, le 30 janvier 2020

  • LES MARCHANDS DU PROBLEME PALESTINIEN SONT NOMBREUX.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    17 h 37, le 30 janvier 2020

  • Wow! Quel magnanimité!!

    Wlek Sanferlou

    17 h 37, le 30 janvier 2020

Retour en haut