X

À La Une

Violentes échauffourées devant le siège de la BDL, plusieurs blessés

Liban

L'artiste Alexandre Paulikevitch arrêté quelques heures durant.

OLJ
14/01/2020

De violentes échauffourées entre contestataires d'une part et forces de l'ordre d'autre part ont éclaté mardi soir devant le siège de la Banque du Liban, dans le quartier de Hamra à Beyrouth, alors que le mouvement de protestation contre la classe dirigeante a de nouveau investi les rues dans tout le pays.

Plusieurs contestataires et agents des forces de l'ordre ont été blessés et transportés dans les hôpitaux. Des manifestants ont également été arrêtés.

Selon un message des Forces de sécurité intérieure (FSI) publié sur Twitter, "des émeutiers tentant d'entrer au siège de la BDL ont agressé des agents des FSI, lancé des pierres et des engins pyrotechniques et détruit des biens publics dans la rue Hamra, blessant plusieurs brigadiers antiémeute, dont un officier".



Selon plusieurs témoignages relayés par les chaînes de télévision et sur les réseaux sociaux, des manifestants affirment que des éléments du Hezbollah et du mouvement Amal se sont infiltrés dans leurs rangs et sont responsables de cette flambée de violence dans le secteur. Dans la soirée, les bureaux de presse des deux formations ont affirmé qu'aucun de leurs partisans n'est impliqué dans ces incidents. Vers 21 heures, les forces de l'ordre, qui ont renforcé leur présence sur les lieux des échauffourées, ont appelé les protestataires "pacifiques" à s'éloigner de la rue Hamra et de ses alentours.

Les affrontements ont débuté lorsque des contestataires ont commencé à jeter des pierres et d'autres types de projectiles sur les brigades antiémeute déployées sur les lieux. Les forces de l'ordre ont alors répliqué en lançant en retour ces projectiles sur les manifestants, en chargeant et tirant des gaz lacrymogènes.

"La plupart des personnes qui ont été transportées par nos services ont soit été blessées par les jets de pierre, soit souffraient d'asphyxie", a indiqué le secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh. Plusieurs devantures de banques et de commerces ont été endommagées. Des journalistes des chaînes al-Jadeed et MTV ont par ailleurs été pris à partie.


(Lire aussi : "Semaine de la colère" au Liban : les images de la première journée de mobilisation)


Par ailleurs, deux activistes, Ali Chbib et l'artiste Alexandre Paulikevitch, ont été arrêtés plus tôt dans la soirée. Le premier a été rapidement relâché par les forces de l'ordre. Le deuxième l'a été dans la nuit.

La zone de la Banque du Liban semble être le seul point d'abcès violent de la journée de mardi, alors qu'ailleurs, à Beyrouth et dans d'autres régions, les mouvements de protestation ont été pacifiques. Ainsi, dans la soirée, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés sur la voie express du Ring, au centre-ville de Beyrouth.

La "semaine de la colère", qui s'est ouverte mardi, visant à lancer un ultimatum de 48 heures à la classe dirigeante pour former un gouvernement crédible, a débuté en force dès l'aube avec plusieurs blocages de routes à travers le Liban, dans un contexte de crise politique et économique aiguë, la plus grave depuis la fin de la guerre civile.

Cette relance du mouvement de protestation intervient alors que le fossé n’en finit pas de se creuser entre le Premier ministre désigné Hassane Diab et les parties mêmes qui ont appuyé sa nomination, il y a une vingtaine de jours, notamment le président de la Chambre Nabih Berry et le Courant patriotique libre.


Lire aussi

Début de la "semaine de la colère", plusieurs routes coupées à travers le Liban

"La corruption a atteint des limites inacceptables !" : à Furn el-Chebbak, le retour de la colère

"Nous sommes là pour rester" : à Jounieh, des étudiants déterminés à bloquer l'autoroute


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

Selon plusieurs témoignages relayés par les chaînes de télévision et sur les réseaux sociaux, des manifestants affirment que des éléments du Hezbollah et du mouvement Amal se sont infiltrés dans leurs rangs et sont responsables de cette flambée de violence dans le secteur. Dans la soirée, les bureaux de presse des deux formations ont affirmé qu'aucun de leurs partisans n'est impliqué dans ces incidents.

HEUREUSEMENT QUE LA VERITE ECLATE QUAND LES MANISFESTANTS HURLENT LES NOMS DE LEURS DIEUX SUR TERRE ET ARRACHENT LE MICRO DE MTV ET CASSE LEUR CAMERA POUR LES EMPECHER DE FILMER LA PERSONNE QUI LES A ATTAQUE

MESSIEURS BERRY ET NASRALLAH VOS MENSONGES QUI CONSISTENT A NIER QUE VOUS N'Y ETES POUR RIEN NE MARCHENT PLUS. LE PEUPLE S'EST REVEILLE

TOUTE CETTE HAINE DE VOS PARTISANS ENVERS CEUX QUI SE REVOLTENT AUJOURDH'UI SE RETOURNERA UN JOUR CONTRE VOUS ET LA VOUS SEREZ BIEN CONTENT SI VOUS POURREZ ARRIVER A L'AEROPORT POUR FUIR CE PAYS ET POUR DEMANDER A UN NOUVEAU SLEIMANIE DE VENIR VOUS SAUVER DE VOS PROPRES PARTISANS QUI AURONT ENFIN OUVERT LES YEUX

VIVE LE PEUPLE

Zovighian Michel

Qu'est-ce qu'elles attendent les forces de l'ordre pour attraper deux voyous et les questionner pour savoir qui est derrière eux?

On commence à se demander s’ils ne font pas partie d'une souche quelconque des forces de l'ordre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BABA 3ABDO... DAK EL JARASS ! MA3 EL SALAME !

Claude AZRAK

Et notre père à tous qui est sur la colline ainsi que la classe des dirigeants laissent faire comme Neron regardant Rome brûler à ses pieds...

Atalante fugitive

Encore et toujours les mêmes racailles.....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

avec ce qui se passe au pays si j,etais le president de la republique j,aurais demissionne sur l,instant.

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants