diaporama

"Semaine de la colère" au Liban : les images de la première journée de mobilisation

Les manifestants ont coupé des axes routiers à l'aide de bennes d'ordures et de pneus brûlés, à travers le pays.

Sous le slogan "la semaine de la colère", les Libanais se sont mobilisés en force mardi 14 janvier 2020 à travers le Liban. AFP / PATRICK BAZ

Déterminés à faire remonter la pression sur le pouvoir, des Libanais ont décidé, mardi, de redescendre dans la rue pour protester contre le retard dans la formation d'un nouveau gouvernement et la crise économique qui ne cesse de s'aggraver, au 90ème jour d'un mouvement de contestation sans précédent. Sous le slogan "la semaine de la colère", les manifestants qui réclament depuis le 17 octobre le départ de la classe dirigeante accusée de corruption et d'incompétence, ont coupé plusieurs routes à travers le pays. Des colonnes de fumée provenant des pneus et des bennes d'ordures incendiés étaient visibles sur plusieurs axes routiers.


Les images de cette première journée de mobilisation de la "semaine de la colère" :


Le Liban est sans gouvernement depuis la démission fin octobre du Premier ministre Saad Hariri, sous la pression de la rue, tandis qu'un nouveau cabinet peine à voir le jour depuis la désignation, le 19 décembre, du nouveau Premier ministre Hassane Diab. A cette impasse politique, s'ajoute une situation économique et financière, déjà largement précaire avant le début du mouvement de protestation, qui n'a eu de cesse de se dégrader ces dernières semaines, sur fond de restrictions draconiennes sur les retraits bancaires et d'une dévaluation d'environ 40% de la monnaie nationale sur le marché parallèle ayant provoqué un bond des prix.



Lire aussi
"La corruption a atteint des limites inacceptables !" : à Furn el-Chebbak, le retour de la colère

"Nous sommes là pour rester" : à Jounieh, des étudiants déterminés à bloquer l'autoroute

Aoun : De nouveaux obstacles ont entravé la formation du cabinet


Déterminés à faire remonter la pression sur le pouvoir, des Libanais ont décidé, mardi, de redescendre dans la rue pour protester contre le retard dans la formation d'un nouveau gouvernement et la crise économique qui ne cesse de s'aggraver, au 90ème jour d'un mouvement de contestation sans précédent.

commentaires (6)

Le problème se trouve dans la stratégie de défense choisi pour lutter je ne dis pas qu’elle n’aurai pas dû être là mais que seulement elle devait n’être que la ... car on peut lutter militairement mais surtout économiquement ou encore mieux avec les 2 toute fois pour ne servir que là et non la bas

Bery tus

05 h 59, le 15 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Le problème se trouve dans la stratégie de défense choisi pour lutter je ne dis pas qu’elle n’aurai pas dû être là mais que seulement elle devait n’être que la ... car on peut lutter militairement mais surtout économiquement ou encore mieux avec les 2 toute fois pour ne servir que là et non la bas

    Bery tus

    05 h 59, le 15 janvier 2020

  • Depuis le coup d’état contre Hariri en 2011 CPL et HEZBOLLAH ont pris le pouvoir et distribué les parts de gâteaux à chacun en leur disant il est impoli de parler la bouche pleine . Les émigrés qui ont leur compte dans leur pays sont d’une autre culture et attendent tranquillement de voir le devenir de leur dur labeur à l’étranger et je vous garantis que nos politiciens marcheront en burka quand les émigrés reviendront réclamer leur dû.

    PHENICIA

    22 h 45, le 14 janvier 2020

  • LE BORDEL ET LE CHAOS POUR LESQUELS LES TROIS GRANDES TETES SONT RESPONSABLES... LES DEUX SANS FAUTE LA TROISIEME PAR NECESSITE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 03, le 14 janvier 2020

  • IL N,Y A PAS DE LA DIGNITE CHEZ LES ABRUTIS CORROMPUS, VOLEURS ET INCOMPETENTS... SINON ILS AURAIENT DEMISSIONNE EN MASSE ! ET SUR L,INSTANT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 49, le 14 janvier 2020

  • Quels imbéciles , couper encore leurs propres routes , paralyser leurs propre mouvements , vouloir arriver a un point économique de non retour, s'affamer par leur propre volonté ...C'est du masochisme psychopate

    Chucri Abboud

    18 h 32, le 14 janvier 2020

  • Et pendant ce temps, le premier ministre démissionnaire se promène de pays en pays après avoir passé les vacances de Noel tranquillement auprès de ses proches à Paris ( au fait, comment il arrive à s’en sortir avec les restrictions bancaires sur les retraits en cash et le plafonnement à 20% pour les dépenses en carte bancaire à l’étranger). Les ministres démissionnaires font profil bas et les leaders politiques se terrent dorénavant chez eux de crainte de se faire huer par la population (au fait comment font ils pour faire la queue durant des heures aux guichets des banques?). Messieurs de la classe politique des 30 dernières années, votre bilan est désastreux, vous avez lamentablement échoué dans toutes vos missions, alors s’il vous reste un once de dignité, démissionnez en bloc et faites amende honorable devant vos concitoyens. Allez un peu de courage et laissez les technocrates compétents et indépendants s’occuper des affaires du pays affranchi de tous les courants politiques nationaux et régionaux et internationaux

    Liberté de Penser

    17 h 18, le 14 janvier 2020