Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Contestation : nouvelles actions ciblées après la colère nocturne de la rue

Seize manifestants arrêtés par l'armée entre Saadnayel et Taalabaya.

Manifestation devant le siège du ministère de l'Education à Beyrouth, le 4 décembre 2019. Photo Hassan Assal

Au 49e jour du mouvement inédit de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de corruption, les manifestants ont mené dès mercredi matin des actions ciblées devant des administrations publiques après une montée de tension dans la nuit alors qu'un début d'ouverture dans la crise gouvernementale semblait se profiler à l'horizon.

Ainsi, à Beyrouth, plusieurs personnes se sont rassemblées devant le bureau de lutte contre la cybercriminalité pour protester contre la convocation d'un activiste, Marwan Bacha, pour un post sur Facebook dans lequel il mettait en cause le ministre sortant de l'Industrie, Waël Bou Faour, affilié au Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt. Plusieurs activistes ont été convoqués pour des raisons similaires ces dernières semaines depuis le début du mouvement de contestation, le 17 octobre dernier. 

Par ailleurs, des dizaines d'élèves manifestaient en début d'après-midi devant le ministère de l'Education à Beyrouth. Un autre groupe d'étudiants tenait un sit-in devant le campus des sciences sociales de l'Université Saint-Joseph, rue Huvelin, afin de réclamer que leurs frais d'université soient revus à la baisse. En soirée, l'USJ a annoncé avoir décidé "d'autoriser le paiement de la totalité du montant des scolarités en livres libanaises".

Un autre groupe de protestataires a organisé un sit-in devant le siège de Solidere à Beyrouth, sous le slogan "Soldiere, le scandale du siècle". Solidere est la société immobilière privée qui avait le droit exclusif de développer et de reconstruire le centre-ville de Beyrouth au lendemain de la guerre civile.

A Tripoli, au Liban-Nord, l'une des places fortes de la contestation, des manifestants se sont notamment rassemblés à l'entrée du port, empêchant ses employés de se rendre dans les bureaux. D'autres contestataires se sont rassemblés devant les établissements scolaires et les administrations publiques, dont la centrale téléphonique et la branche locale de la compagnie publique de téléphone Ogero.

Photo Ani


Par ailleurs, un rassemblement a été organisé devant le sérail de la ville pour protester contre l’élection, la veille, du président du conseil municipal de Mina, Abdel Kader Alameddine, à la tête de la Fédération des municipalités de Fayha’.

Photo Ani


Plus au nord, à Halba, dans le Akkar, des protestataires procédaient à la fermeture des agences bancaires, de plusieurs administrations publiques et de bureaux de change dans la localité.

A Baalbeck, dans la Békaa, plusieurs contestataires se sont rassemblés devant la branche locale de la Banque du Liban (BDL), réclamant une amélioration de la situation économique.

Photo Ani


Par ailleurs, plusieurs routes dans plusieurs régions libanaises ont été coupées dans la matinée. Ainsi, les manifestants ont coupé la route principale de Halba, dans le Akkar, au moyen de pneus et de barrières.

Photo Ani

D'autres axes ont été rouverts par l'armée, notamment la route de Mouhammara, dans le Akkar, ou encore celle de Ghaza-Jeb Jennine,


Saadnayel et Taalabaya
Dans la Békaa, les protestataires ont brièvement coupé la route à hauteur du carrefour de Zahlé, avant que l'armée libanaise ne la rouvre.

Photo Ani


Par ailleurs, l'armée libanaise a procédé à l'arrestation de 16 protestataires alors qu'elle tentait d'ouvrir un carrefour entre Saadnayel et Taalabaya, dans le caza de Zahlé. La troupe affirme dans un communiqué que trois d'entre eux sont de nationalité syrienne. Elle affirme également que les manifestants arrêtés "ont commis des actes de vandalisme, porté atteinte à des biens publics et privés, et ont agressé des militaires qui tentaient de rouvrir la route à la circulation". Les manifestants arrêtés subissaient un interrogatoire et la route de Saadnayel a été rouverte peu avant 15h.

Selon un notable local interrogé sur les événements de ces dernières heures, des manifestants se sont rassemblés à cet endroit, avant que l'armée n'arrive sur les lieux dans le but d'ouvrir la route. Des échauffourées ont alors éclaté entre les militaires et les contestataires. Selon le témoignage d'un manifestant, les soldats sont allés jusqu'à poursuivre certains manifestants, qui avaient quitté la route, jusqu'à chez eux. 

Par ailleurs, une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montre un soldat poussant un jeune contestataire sur un pont piéton, qui bascule dans le vide avant de heurter violemment le sol quelques mètre plus bas. Selon un manifestant, il s'agirait d'un jeune adolescent de 13 ans, prénommé Yasser, qui se serait cassé la main, le poignet et l'épaule.

Des manifestants s'étaient déjà rassemblés la nuit dernière entre Saadnayel et Taalabaya, comme dans plusieurs autres régions, notamment à Beyrouth, pour protester contre la formule gouvernementale en gestation et l'éventuelle désignation de Samir Khatib, vice-PDG du groupe Khatib & Alami, au poste de Premier ministre d'un cabinet techno-politique, alors que les manifestants réclament la formation d'un gouvernement d'experts indépendants.


Lire aussi

Gouvernement : Les signes d’un déblocage, en attendant les actes...

Lettre ouverte de Samy Gemayel au président de la République

Contraintes bancaires : le compte rendu de la réunion entre la BDL et des banques

Les industriels appellent la BDL à débloquer des dollars pour l’ensemble du secteur

Joseph Kossaïfi : Seul le tribunal des imprimés est compétent pour les délits de presse


Au 49e jour du mouvement inédit de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de corruption, les manifestants ont mené dès mercredi matin des actions ciblées devant des administrations publiques après une montée de tension dans la nuit alors qu'un début d'ouverture dans la crise gouvernementale semblait se profiler à l'horizon.Ainsi, à Beyrouth, plusieurs personnes se...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut