Rechercher
Rechercher

Liban

Le directeur général des douanes poursuivi pour dilapidation de fonds publics

Badri Daher accuse "ceux qui sont réellement corrompus" d'alimenter la campagne menée contre lui.

Le directeur général des douanes libanaises, Badri Daher. Photo d'archives Ani

Le procureur financier Ali Ibrahim a engagé des poursuites, jeudi, contre le directeur général des douanes libanaises, Badri Daher, pour dilapidation de fonds publics, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), alors que plusieurs actions en justice ont été lancées ces derniers jours contre des responsables de premier rang, sur fond de contestation populaire inédite dans la rue depuis le 17 octobre. Aucun détail supplémentaire sur les poursuites contre M. Daher n'était disponible pour le moment.

D'après l'Ani, le parquet général a ordonné une enquête concernant "tous les ministres des gouvernements successifs depuis 1990 à ce jour". Cette décision fait suite à une plainte déposée par des avocats contre ces responsables, notamment pour les chefs d'accusation de "détournements de fonds publics", "gaspillage de fonds publics à des fins personnelles" et "abus de pouvoir qui ont engendré des dommages importants aux citoyens libanais", toujours selon l'agence.

Lors d'une conférence de presse, M. Daher s'est défendu des accusations "injustifiées" à son encontre. Il a dans ce cadre reproché aux Libanais "de croire aveuglément tout ce qu'on leur dit".  Il a affirmé qu'il "applique les lois" en ce qui concerne la transparence et la lutte contre la corruption et qu'il est prêt à coopérer avec la justice et "fournir toutes les informations nécessaires" concernant les dossiers pour lesquels il est accusé de corruption. Il a annoncé avoir récemment "supprimé de nombreuses étapes" de la procédure à suivre pour faire entrer des biens dans le pays, parce que, selon lui, ce grand nombre d'étapes, et par conséquent d'intermédiaires, "alimente la corruption, soit de la part des employés, soit des citoyens". Il a par ailleurs accusé "ceux qui sont réellement corrompus" d'alimenter la campagne menée contre lui. 

Mardi, le directeur des douanes avait déposé une plainte pour diffamation contre la chaîne de télévision al-Jadeed qui avait diffusé la semaine dernière un long reportage sur la corruption au Liban. Via son avocat Georges Khoury, M. Daher avait déposé plainte contre la chaîne et les journalistes Georges Salibi et Riad Kobeissy, devant le bureau du procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, en raison des "attaques" dont il a été la cible dans le reportage titré "A bas le règne des corrompus". Dans ce reportage de plus de trois heures, les reporters exposent une quinzaine de dossiers de corruption, touchant de nombreuses administrations publiques, notamment les douanes, la justice, le ministère de l'Education et le secteur des télécommunications.



(Lire aussi : Jour XXII : marches estudiantines, blocage des administrations publiques... la pression se maintient)



Parallèlement, le juge Ibrahim a auditionné jeudi pendant plus de trois heures l'ancien Premier ministre Fouad Siniora dans le cadre des soupçons de dépenses de onze milliards de dollars entre 2006 et 2008, alors qu'il était chef de gouvernement.

Mercredi, le procureur financier avait en outre lancé des poursuites pour blanchiment d'argent et échange de pots-de-vin contre le président de l'Agence pour la sécurité de l'aviation civile à l'Aéroport international de Beyrouth, Omar Kaddouha.

Le juge Ibrahim a déjà lancé dernièrement plusieurs procédures contre des responsables et sociétés accusés de corruption. Hier encore, il a engagé des poursuites contre l'ancien ministre Fayez Chokr (Parti syrien national social) pour "négligence dans l’exercice de sa fonction", suite à une plainte déposée par le collectif d’avocats "Moutahidoun". Le groupe rapporte que "M. Chokr, qui est médecin de métier, était enregistré auprès de la Caisse nationale de Sécurité sociale en tant que médecin observateur sans avoir jamais honoré sa mission", révèle une source proche du dossier à L’Orient-Le Jour. Lundi, le procureur avait engagé des poursuites judiciaires contre le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) et plusieurs sociétés pour gaspillage de fonds publics dans le dossier du barrage de Brissa, sur les hauteurs de Denniyé (Liban-Nord). Ce barrage n’a jamais été en mesure, depuis son inauguration en 2001, de stocker efficacement de l’eau.

Ces actions en justice interviennent au moment où le Liban connaît une contestation populaire inédite qui touche tout le territoire depuis le 17 octobre. Les Libanais réclament, par dizaines de milliers, la chute de la classe dirigeante, accusée de corruption.


Lire aussi

À Ramlet el-Bayda, un cri de colère contre les infractions sur les biens-fonds maritimes

Ceux qu’on n’a pas vu venir, l'impression de Fifi Abou Dib

Deux rencontres en 48 heures entre Hariri et Bassil, le décryptage de Scarlett Haddad


Le procureur financier Ali Ibrahim a engagé des poursuites, jeudi, contre le directeur général des douanes libanaises, Badri Daher, pour dilapidation de fonds publics, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), alors que plusieurs actions en justice ont été lancées ces derniers jours contre des responsables de premier rang, sur fond de contestation populaire inédite...

commentaires (12)

Avec toutes les enquêtes à mener et tous les procès qui vont suivre, si on veut vraiment faire rendre gorge à tous les voleurs le parquet financier ne va plus pouvoir suivre et devra embaucher du personnel ! Enfin une bonne nouvelle: cela va réduire le chômage !

Yves Prevost

22 h 18, le 07 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Avec toutes les enquêtes à mener et tous les procès qui vont suivre, si on veut vraiment faire rendre gorge à tous les voleurs le parquet financier ne va plus pouvoir suivre et devra embaucher du personnel ! Enfin une bonne nouvelle: cela va réduire le chômage !

    Yves Prevost

    22 h 18, le 07 novembre 2019

  • celui qui n'a rien à se reprocher n'a rien à craindre. Il est vrai que la justice doit passer et à tous les niveaux de la pyramide. Sinon, il n'y a pas de justice et le Liban restera corrompu avec sa justice.

    PPZZ58

    21 h 40, le 07 novembre 2019

  • IL FAUT POURSUIVRE TOUS LES EMPLOYES DU PLUS PETIT AU PLUS GRAND ET LEUR IMPOSER LE -MIN AYNA LAKA HAZA-. ON RECUPERERAIT DES MILLIARDS. ON DENICHERAIT AUSSI LES TRAFICANTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 11, le 07 novembre 2019

  • Le plus navrant dans ce grand déballage d'accusations et de contre-accusations, c'est d'être persuadés que ce n'est pas fait pour combattre la corruption...mais pour se venger de "partenaires" qui n'ont pas observé les règles mafieuses de ce système tellement lucratif dans notre pays sans aucuns contrôles et dirigé par les lois de la jungle ! Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 56, le 07 novembre 2019

  • Le plus navrant dans ce grand déballage d'accusations et de contre-accusations, c'est d'être persuadés que ce n'est pas fait pour combattre la corruption...mais pour se venger de "partenaires" qui n'ont pas observé les règles mafieuses de ce système tellement lucratif dans notre pays sans aucuns contrôles et dirigé par les lois de la jungle ! Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 50, le 07 novembre 2019

  • KELLON YA3NI KELLON !

    Gros Gnon

    15 h 02, le 07 novembre 2019

  • Pas la peine de faire des procès Soulèvement militaire, Enfermer les tous a l'hôtel holiday inn .... Les députés, les ministres et ex-ministres, et surtout les 3 présidents. Donner leur un stylos et attendez qu'il signent les transferts des sommes astronomiques de leurs comptes a l'étranger, vers leur propres comptes au Liban. (Obligation de rapatrier tout leur fond au liban) en attendant un procès équitable. Deja avec une rentrée estimée a 22 milliards de $ tout ira mieux tout de suite.

    Aboumatta

    15 h 00, le 07 novembre 2019

  • C'EST TOUT ?

    Gebran Eid

    14 h 55, le 07 novembre 2019

  • On peut tromper certains pendant un certain temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde et tout le temps. On peut voler et piller l'Etat pendant un certain temps, mais on ne peut pas voler et piller l'Etat et le peuple tout le temps. Les ministres voleurs et pilleurs de l''Etat, cibles des manifestants, ne peuvent pas revenir dans le prochain gouvernement.

    Honneur et Patrie

    14 h 36, le 07 novembre 2019

  • NEXT...

    Sissi zayyat

    14 h 28, le 07 novembre 2019

  • On commence à faire un peu de ménage, c'est bien ! Pourvu qu'on ne s'arrête pas en chemin!

    Yves Prevost

    14 h 25, le 07 novembre 2019

  • Et la suite ? Ils doivent être incarcérés et obligés de restituer l’argent volé à l’état et aux contribuables sans procès qui durera plusieurs années ??

    Khoury-Haddad Viviane

    14 h 20, le 07 novembre 2019