X

À La Une

Pour la presse libanaise, les annonces de Hariri sont insuffisantes face à la "révolte" populaire

Liban

Interrogé par an-Nahar, le président du Parlement, Nabih Berry, a qualifié de "bon" le plan annoncé par le Premier ministre.

J.A.R. | OLJ
22/10/2019

Dans leurs éditions de mardi, les grands titres de la presse libanaise estiment de manière unanime que les réformes et les mesures économiques approuvées la veille par le gouvernement ne sont pas suffisantes pour mettre fin à la colère des centaines de milliers de Libanais rassemblés depuis six jours à Beyrouth et dans les autres régions du pays contre la classe politique.

Pour le quotidien libanais de référence an-Nahar, "les décisions salvatrices n'arrêtent pas l'intifada (révolte)". "La vague d'escalade des mouvements de protestation dans plusieurs régions libanaises n'a pas faibli après la première réponse concrète du pouvoir à cette intifada avec le plan de réformes", écrit le journal.

Interrogé par le quotidien, le président du Parlement, Nabih Berry, a qualifié de "bon" le plan annoncé par le Premier ministre, Saad Hariri. Selon M. Berry, "ce plan doit être mis en œuvre le plus rapidement possible". "Il aurait été mieux que ce plan soit accompagné de réformes politiques, comme la formation de la Commission nationale pour l'abolition du confessionnalisme politique en vue d'un Etat civil, la dernière planche de salut pour le Liban", a-t-il ajouté.

An-Nahar consacre également un article au soulèvement de la rue chiite intitulé "Les chiites libanais d'abord. Nasrallah devant deux choix : Moqtada Sadr ou Souleimani ?", en référence à l'influent leader chiite irakien qui soutient un mouvement contre le gouvernement et la corruption et au commandant de la force d’élite al-Qods, en Iran. 



(Lire aussi : Jour VI : la rue libanaise ne décolère pas)



"Le pouvoir s'obstine", titrait de son côté le journal al-Ahkbar, proche du Hezbollah, en publiant à la Une la photo d'une manifestante masquée d'un drapeau libanais, faisant le V de la victoire. "Le pouvoir opiniâtre se prépare à plus de répression et de vol", tranche le directeur de la rédaction du quotidien, Ibrahim el-Amine, dans un article très critique envers le gouvernement. "La question que tout le monde fuit, particulièrement au pouvoir, est de savoir comment élaborer des outils de gouvernement qui puissent convaincre les gens en leur donnant de nouvelles opportunités. Cela requiert un changement dans les mécanismes de travail et des personnes également", écrit M. el-Amine.

Dans un article sur les annonces faites par le gouvernement de Saad Hariri, Mohammad Zbib écrit : "En résumé, et sans prêter attention à l'importance de certaines mesures populaires ou symboliques à l'impact limité, voire insignifiantes, comme la baisse de 50% des salaires des présidents, ministres et députés, anciens et actuels, le plan du gouvernement lui permet d'acheter du temps".

Pour le quotidien al-Joumhouria, "le pouvoir n'obtient pas la confiance". "Pourquoi le pouvoir a-t-il attendu jusqu'à aujourd'hui pour aboutir à cette feuille de route, alors qu'il aurait pu le faire bien avant ?", s'interroge le journal, qui remet en cause la capacité du pouvoir à mettre en œuvre cette feuille de route. 

De son côté, le quotidien Nidaa el-Watan revient sur le défilé de motards brandissant des drapeaux du Hezbollah et du mouvement Amal, empêché lundi soir par l'armée d'atteindre le centre-ville de Beyrouth. "Cela dessine une nouvelle image du pays, établissant un nouveau triptyque armée-peuple-révolution", en référence au triptyque "peuple-armée-résistance" que prône le Hezbollah. 

Dans un éditorial intitulé "72 heures, et des miracles", la rédactrice en chef du mensuel économique francophone Le Commerce du Levant, Sahar el-Attar, jette un regard ironique sur le plan de réformes annoncé lundi par le gouvernement de Saad Hariri. "La classe politique a passé des mois à expliquer (au citoyen) qu’il devait absolument faire des sacrifices, et que sans nouvelles taxes point de salut…Il faut croire que lorsqu’ils sont menacés, ils sont capables d’une imagination débordante. Ou de mensonges éhontés (...) Mais cette fois, c’est promis, les partis ne vont plus utiliser l’argent de l’Etat pour s’acheter la loyauté de leur communauté", écrit Mme el-Attar.



Lire aussi

Ne pas se tromper de diagnosticl'édito de Michel Touma

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externesle décryptage de Scarlett Haddad

Premier décryptage des principales mesures annoncées par Hariri

Hariri reprend l’initiative avec un ambitieux plan de réformes


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Thawra-LB

Certains devraient relire leurs histoire du liban depuis le 19eme siecle jusqu'a maintenant pour comprendre les fondements inegalitaire de la societé. ainsi il pourront comprendre les commentaires.

Ce qui se passe fait chaud au coeur, car meme si les precheurs de haines et de divisions sont toujours present a essayer de nous diviser en sectes et en communautés, ce qui se passe de Tripoli jusqu'a Sour est tout de meme fantastique. Des manifestant se retrouvant dans leurs point communs, leurs amours de la patrie et leurs desirs de se debarrasser du joug de leurs chef de clan respectif, est du jamais vu au Liban.

Il y a peux etre 18 communautés mais il n y a qu'un seul peuple. Certains veulent toujours s'attarder sur le mot communautés, les manifestants et le liban nouveau veulent evoluer et se definissent maintenant comme un seul peuple.

KELLON YAANE KELLON

Pierre Hadjigeorgiou

Le compte a rebours qui avait débuté en 2005, semble s’être brusquement emballé. Espérons que le peuple restera dans les rues quoi qu'il arrive mais se dit de rester prudent. Le Hezbollah est capable de provoquer une guerre avec Israël s'il le trouve nécessaire juste pour reprendre le contrôle de sa rue, pour commencer, et mettre fin a la situation actuelle. Ici c'est a l’armée d’être vigilante et de ne permettre aucun dérapage de la part de ces voyous. Le peuple est avec eux et c'est l’opportunité idéale pour qu'elle s'impose enfin comme seule force militaire sur le terrain. C'est vers les armes miliciennes que les gens doivent tourner leur colère car elles sont la seule vraie cause de tous nos malheurs. Avec, ils ont paralysé le pays moult fois, assassiné, volé, provoqué des guerres, attiré les sanctions internationales, etc... et aujourd'hui ils cherchent a en faire porter le chapeau a tous... Il suffit de lire el Amine pour comprendre que ces énergumènes n'ont rien compris non plus. Il fait chaud au cœur de voir que finalement, tous les Libanais, de toutes les parties et confessions du pays se retrouvent devant le Koullouna Lil Watan... On continue!

gaby sioufi

QU'ILS ARRETENT DE NOUS FAIRE CHANTER COM KOI SI DEMISSION DU GOUV IL Y A , 1 RISK CERTAIN DE NE + POUVOIR EN FORMER 1 AUTRE !
DE LA COCHONNERIE QUE CA !
PUISQU'EN 72 HEURES ILS ONT AGREE A TANT DE "" REFORMES"" ?! ( hahaha la blague ),
alors ces anges descendus subitement du ciel peuvent AUSSI s'entendre a ACCEPTER un changement de gouv avec a sa tete hariri ou 1 autre peu importe.
LEUR PROBLEME LE VRAI est qu'ils ont peur des resolutions que ce gouv prendraient justement contre EUX TOUS.

ON DIT QUOI ?

Pour se permettre de parler des chiites , même si c'est pour les glorifier aujourd'hui, certains devraient expliquer pourquoi les chiites ne sont devenus des "citoyens à part entière" que récemment.

Ça fait chaud au coeur, ou ça a fait chaud dans les couches culottes .

Thawra-LB

Le reveil des chiites est chose magnifique et fait chaud au coeur. Plus jamais nous ne laisserons des marchand de haines nous separer entre differentes religions et differents clans. les partis commencent a tomber en dominos et la fin des fins sera quand ce parti Iraniens rendra ces armes et les autres partis rendront l'argent volé et nous pourrons vivre dans un état laique.

Armée-peuple-revolution, enfin un tryptique ou la majorités des libanais peuvent s'associer. On a bien vus les moutons du parti iraniens descendre dans la rue pour propager leurs terreur et faire des contre-manifestations et se faire botter le cul par notre SEUL et UNIQUE armée libanaise. ces comportements ne dupent plus personnes. On se demande meme quel etait le but de leurs descente: re-affirmer qu;ils sont encore vivants? faire peurs au manifestants? ou tester les manifestants sur leurs serieux?

En tout cas ils ont eu leurs reponses, et les manifestants ne decouragerons devant rien, ni les demi-mesures de Hariri, ni la levée du secret bancaire pronés par Aoun (qui en tant que president n'a toujours pas fait de discours apres 6 jours), ni la demission des FL qui n'est que de l'enfumage politique


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI, VOUS QUI PLOYER L,ECHINE DEVANT LES COMBINES DU GENDRE ET DES DEUX MILICES IL EST TEMPS POUR VOUS DE REPONDRE A L,APPEL DU PEUPLE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA OU EN SONT LES CHOSES :
LE JEU EST PERDU POUR CE REGIME POURRI. LE PEUPLE RESTE SUR SES REVENDICATIONS DE DEPART DE TOUS LES POURRIS ET DE LA CONSTITUTION D,UN NOUVEAU GOUVERNEMENT DE TECHNOCRATES EN DEHORS DES PARTIS POLITIQUES ET SURTOUT DE SE DEBARRASSER DU GENDRE ET DES DEUX MILICES CHIITES ETRANGERES.
LA VOIX DU PEUPLE C,EST LA VOIX DE DIEU !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants