X

À La Une

Neuf civils "exécutés" en Syrie par les rebelles proturcs

conflit

Parmi les victimes figurent une responsable d'un parti politique et son chauffeur, selon un communiqué du Conseil démocratique syrien, le bras politique des FDS.

OLJ/AFP
13/10/2019

Au moins neuf civils, dont une responsable d'un parti politique, ont été "exécutés" samedi en Syrie par les supplétifs syriens qui participent à l'offensive déclenchée par Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de ce pays en guerre, a annoncé une ONG.

"Les neufs civils ont été exécutés à des moments différents, au sud de la ville frontalière de Tal Abyad", a expliqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Parmi les victimes figurent une responsable d'un parti politique et son chauffeur, selon un communiqué du Conseil démocratique syrien, le bras politique des Forces démocratiques syriennes (FDS), la principale alliance de combattants kurdes et arabes dans le Nord-Est.

Hevrin Khalaf "a été sortie de sa voiture (...) et exécutée par les mercenaires soutenus par la Turquie, sur la route entre Qamichli et Manbij", est-il écrit dans le communiqué du Conseil démocratique syrien. Son chauffeur a subi le même sort, selon le texte. Mme Khalaf, qui était membre de la direction du Conseil démocratique syrien et secrétaire générale du parti Avenir de la Syrie, avait 35 ans.

"C'est une grande perte. Elle avait un talent diplomatique, elle participait toujours aux rencontres avec les Américains, les Français, les délégations étrangères", a dit Mutlu Civiroglu, un spécialiste de la politique kurde.


(Lire aussi : « Que veut-il de nous Erdogan ? »)



 Mercredi les forces turques et des supplétifs syriens ont lancé une offensive dans le nord-est de la Syrie pour éloigner de la frontière turque la milice kurde syrienne des Unités de protection du peuple (YPG). Ces supplétifs syriens sont d'anciens rebelles qui combattaient autrefois le régime de Bachar el-Assad. Mais avec l'évolution du conflit et l'affaiblissement de la rébellion, ces factions sont désormais financées et entraînées par Ankara.

Sur les réseaux sociaux et parmi les militants kurdes, deux vidéos ont circulé. La première montre deux hommes habillés en civil accroupis au sol, tandis qu'un combattant à leurs côtés annonce qu'ils ont été capturés par les rebelles d'Ahrar al-Sharkiya. Cette vidéo, dans laquelle il n'y a pas d'exécution, a été diffusée via le compte Twitter de la faction rebelle avec une photo montrant les deux captifs agenouillés. Dans la deuxième vidéo, un combattant non identifié ouvre le feu sur une personne habillée en civil. 
L'OSDH a confirmé l'authenticité de ces vidéos mais l'AFP n'a pas pu les vérifier de manière indépendante.



(Lire aussi : Exposés et sous le feu, les Kurdes pourraient se tourner vers le régime Assad)



"Empêcher tout abus"
Ces morts portent à 38 le nombre des civils tués depuis le début de l'assaut mercredi, d'après l'OSDH. Par ailleurs 81 combattants kurdes ont été tués dans les affrontements, selon un dernier bilan de l'ONG.

Ankara a annoncé la mort de quatre soldats en Syrie et de 18 civils dans la chute de roquettes kurdes tirées sur des villes frontalières turques. Le ministère turc de la Défense a assuré à plusieurs reprises que toutes les mesures étaient prises pour éviter les pertes civiles en marge de son offensive en Syrie.

La Turquie a déjà mené deux offensives dans le nord de ce pays, l'une en 2016 contre le groupe Etat islamique (EI) et les YPG et l'autre en 2018 contre cette dernière milice. Les supplétifs syriens ont participé à celle de 2018 pour déloger les YPG de l'enclave d'Afrine. Les scènes montrant ces combattants posant avec le corps mutilé d'une combattante kurde près d'Afrine ou se livrant à des pillages dans cette ville après sa conquête avaient provoqué un tollé.

Dans un communiqué samedi, "l'état-major" de "l'Armée nationale syrienne", structure qui encadre les supplétifs syriens, avait ordonné à tous ses commandants de "superviser en permanence les combattants sur le front pour empêcher toute violation ou abus". Selon le texte, les auteurs d'éventuels abus "s'exposeront aux sanctions les plus sévères et seront traduits devant la justice pour désobéissance militaire".



Lire aussi
À la frontière syro-turque, les Kurdes contraints de fuir

Le syndrome kurde, l'édito de Issa GORAIEB

Offensive turque en Syrie : des gains potentiels, mais aussi des risques pour Ankara

La revanche turquele commentaire d'Anthony SAMRANI

Offensive turque en Syrie : le risque d'une grande évasion de jihadistes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PRATIQUES DAESCHIENNES DE L,APPRENTI MINI SULTAN ERDO L,OTTOMAN. IL A LACHE SES TURKMANS SUR LES KURDES SOUS LA BANNIERE DE L,ALS POUR LES MASSACRER A LA DAESCH...

HABIBI FRANCAIS

A vaincre sans peril,on triomphe sans gloire....
C est facile pour Assad de reprendre le controle de tout le territoire syrien en l absence de la 1 ere puissance de la planete...il devrait etre modeste....que se passera t il si le prochain president des USA est un faucon et non un peureux isolationniste comme Trump ?

ON DIT QUOI ?

Et que dire des bactéries libérées par la Turquie et exfiltrées par les yankys , celles qui seraient les plus utiles aux yankys ? On en parle pas ?

Une bonne mauvaise nouvelle qui ne sera sûrement pas écrite dans notre journal chéri, les forces du héros BASHAR sont entrées à Manbij , les kurdes abandonnés pas le clown déséquilibré ont finalement accepté de se ranger derrière la légalité syrienne du heros.

Une autre bonne mauvaise nouvelle pour les ébahis admirateurs des usa et consorts , Poutine est en bensaoudie pour leur demander d'accepter la réalité de la NOUVELLE PUISSANCE RÉGIONALE IRAN , ET EN MÊME TEMPS IMRAN LE PAKISTANAIS SE REND EN IRAN POUR LEUR DEMANDER DE NE PAS RÉPONDRE À L'ATTAQUE DES TANKERS IRANIENS , ENVOYÉ PAR LE BENSAOUDS A CET EFFET .

QUAND LES YANKYS SERONT TOTALEMENT DECROTTES DE NOTRE RÉGION, TOUT IRA POUR LE MIEUX .

YANKY GO HOME !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants