X

À La Une

Offensive turque en Syrie : le risque d'une grande évasion de jihadistes

conflit

"Si des cadres de l'EI s'évadent à la faveur du chaos, ils seront en mesure de remonter des opérations dans la zone. Et s'ils fuient le champ de bataille syrien, ils pourraient renforcer des groupes radicaux islamistes dans le reste du monde", explique un analyste. 

OLJ/AFP/Michel MOUTOT
10/10/2019

Leur sort, qui risque d'être bouleversé par l'offensive turque en cours en Syrie, préoccupe le monde entier : les jihadistes étrangers prisonniers des forces kurdes pourraient profiter du chaos pour disparaître dans la nature.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), "ont prévenu que si la Turquie pénétrait en Syrie, elles devraient consacrer leurs forces à repousser l'attaque turque", explique à l'AFP Sam Heller, analyste à l'International crisis group (ICG). "Elles détiennent des milliers de prisonniers du groupe État islamique (EI), souvent dans des prisons improvisées", ajoute-t-il. "Si des cadres de l'EI s'évadent à la faveur du chaos, ils seront en mesure de remonter des opérations dans la zone. Et s'ils fuient le champ de bataille syrien, ils pourraient renforcer des groupes radicaux islamistes dans le reste du monde".

L'administration semi-autonome kurde de Syrie a assuré jeudi que des bombardements turcs avaient touché "une partie de la prison de Jarkine à Qamichli (nord-est de la Syrie) où se trouvent un grand nombre de terroristes de l'EI, originaires de plus de soixante pays", sans préciser si cela avait permis des évasions.



(Lire aussi : Les menaces US pourraient être contre-productives)


En prévision de l'offensive turque, annoncée plusieurs jours à l'avance, l'armée américaine a transféré "en lieu sûr" au moins deux importants membres de l'EI, a révélé jeudi le président Donald Trump.
Selon le Center on National security de l'université new-yorkaise de Fordham, citant de hauts responsables américains, ce sont "plusieurs douzaines" de membres de l'EI détenus par les FDS qui ont été mis à l'abri préventivement par l'US Army, certainement en Irak.

Pour l'instant, les responsables kurdes de Syrie assurent qu'en dépit des circonstances ils n'ont pas l'intention d'ouvrir grandes les portes de leurs prisons. "Sur les jihadistes (étrangers), notre coopération (avec la France) continue, dans des conditions difficiles. On maintient avec force et rigueur notre coopération", assure ainsi à l'AFP leur représentant en France, Khaled Issa. "On va essayer de jongler sur plusieurs fronts avec les moyens dont on dispose", dit-il. "On est obligé de retirer une partie (de nos hommes), même sur la vallée de l'Euphrate où éventuellement le régime et ses alliés peuvent avancer. Cette opération (turque) aura un impact bien négatif sur notre combat contre les cellules dormantes de l'EI, qu'on faisait tous les jours".



(Lire aussi : À la frontière syro-turque, « c’est la panique générale »)



"Rentrer chez eux"
Pour le président Trump, les choses sont simples et la cause entendue. Que va-t-il se passer ? "Et bien, ils vont s'échapper vers l'Europe", a-t-il lancé mercredi soir, répondant à la question d'un journaliste. "C'est là qu'ils veulent aller. Ils veulent rentrer chez eux, mais ça fait des mois que l'Europe ne voulait pas les reprendre", a-t-il regretté. "On aurait pu les leur livrer, ils auraient pu être jugés, ils (les Européens) auraient pu faire ce qu'ils voulaient..."

Alain Rodier, ancien de la DGSE (services extérieurs français) et directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), ne considère pas cette hypothèse comme la plus vraisemblable. "Jusqu'à maintenant, il semble que les jihadistes, en particulier français et européens, ne reviennent pas vers l'Europe", dit-il à l'AFP. "Ils savent qu'ils sont pour la plupart identifiés, que les services ont leurs noms, photos et souvent leurs empreintes digitales, donc il y a un risque à la frontière de se faire intercepter. Si vous sortez d'un camp de prisonniers, ce n'est pas pour entrer en prison ailleurs". "Il semble que certains aient choisi l'Extrême Orient, où ils sont inconnus, d'autres pourraient choisir le Sahel", ajoute-t-il.

L'hypothèse d'une fuite de certains islamistes radicaux vers les autres terres de jihad avait été évoquée fin septembre, donc avant la nouvelle offensive turque, par le coordinateur national du renseignement français, Pierre Bousquet de Florian. Il avait précisé qu'une quarantaine de jihadistes français étaient notamment parvenus à quitter la province d'Idleb, en Syrie, pour rejoindre d'autres cellules d'EI en Asie du Sud-Est, en Afghanistan et au Sahel.



Lire aussi
La Turquie lance son offensive en Syrie contre la milice kurde des YPG

La doctrine du jetable, l'éditorial de Issa GORAIEB

Opération turque en Syrie : quels enjeux politiques et sécuritaires ?

"L'abandon des Kurdes sera une tache sur l'honneur de l'Amérique"


Pour mémoire
Vers un « Nuremberg » pour l'État islamique ? (1/2)

Un tribunal « hybride » en Irak pourrait-il être la solution pour juger les étrangers de l’État islamique ? (2/2)


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,OPERATION TURQUE EST UN GENOCIDE CONTRE LES KURDES ET UNE TENTATIVE DE LIBERER LES JIHADISTES QUI ETAIENT FINANCES ET POURVOYES PAR ERDO L,OTTOMAN.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants