X

À La Une

Exposés et sous le feu, les Kurdes pourraient se tourner vers le régime Assad

Syrie

S'en remettre à Damas "pourrait contribuer à tenir la Turquie à distance, mais ce serait une pilule amère à avaler", selon un expert.

OLJ/AFP/Hachem OSSEIRAN
13/10/2019

Après avoir semblé laisser le champ libre à l'assaut turc contre leurs alliés kurdes en Syrie, les États-Unis ont favorisé un rapprochement entre la minorité kurde et le régime de Bachar el-Assad, selon des analystes.

Partenaires incontournables de Washington dans la lutte contre le groupe État islamique (EI), les forces kurdes ont dit avoir été lâchées par les États-Unis avec le retrait des soldats américains lundi des abords de la frontière syro-turque. Deux jours plus tard, la Turquie lançait son offensive.

Longtemps opprimés par le régime avant la guerre, les Kurdes ont instauré une autonomie de facto sur les vastes régions sous leur contrôle dans le nord du pays à la faveur du conflit déclenché en 2011.

Juste avant l'opération turque, ils avaient appelé la Russie, pays allié de M. Assad, à jouer un rôle de "garant" dans un processus de "dialogue" avec le régime qui s'était dit alors disposé à "accueillir dans son giron ses enfants égarés".

Pour Samuel Ramani, expert sur la Syrie, "l'absence des forces américaines" pourrait bien pousser les Kurdes "à se tourner vers Damas en vue d'un soutien".

Aujourd'hui, les Kurdes contrôlent environ 30% du territoire syrien. Dans leurs régions, ils ont instauré leurs propres administrations publiques et propres forces de sécurité, notamment les Forces démocratiques syriennes (FDS), fer de lance de la lutte anti-EI.



(Lire aussi : « Que veut-il de nous Erdogan ? »)



"Pilule amère"
Les FDS sont dominés par la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qui entretient des liens très étroits avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mouvement menant une guérilla en Turquie. C'est contre les YPG, considérés comme un "groupe terroriste" que les Turcs ont lancé leur offensive.

Et pour des analystes c'est le PKK, à travers les YPG, qui paie en Syrie le prix de deux paris erronés. Il "avait cru pouvoir ancrer son projet politique en Syrie sans s'opposer clairement au régime Assad (...) et avait cru pouvoir nouer, dans la lutte contre le jihadisme, une alliance durable avec les États-Unis" juge l'analyste Jean-Pierre Filiu.

Les Kurdes avaient déjà amorcé l'an dernier des pourparlers avec le régime syrien sur l'avenir de leurs régions, mais ces négociations sont restées sans suite.

Le pouvoir se montre intraitable sur une quelconque autonomie et a été jusqu'à qualifier les forces kurdes de "traîtres" pour leur alliance avec Washington. D'ailleurs l'un des principaux contentieux est l'avenir des FDS.

Dans un éditorial, le rédacteur en chef du quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, Waddah Abd Rabbo, a affirmé que les Kurdes devraient dissoudre leurs milices dans le cadre d'un éventuel rapprochement avec Damas. "Ils doivent remettre toutes leurs armes lourdes à l'armée syrienne (...) et rallier ses rangs afin de lutter ensemble contre l'incursion turque", a-t-il écrit.

Ces conditions sont difficilement acceptables. "Les FDS ne veulent pas se réconcilier avec Assad sous des conditions (...) impliquant un renoncement à l'autonomie", dit Nicholas Heras, expert sur la Syrie. "S'en remettre à Assad pourrait contribuer à tenir la Turquie à distance, mais ce serait une pilule amère à avaler". 



(Lire aussi : À la frontière syro-turque, les Kurdes contraints de fuir)



"Bénéfices immenses"
Sur le court terme, les Kurdes ne devraient s'attendre à aucune aide de la part du régime pour repousser l'offensive turque, estime Alexey Malashenko, de l'Institut de recherche sur le dialogue des civilisations. "Assad ne pourra pas la leur offrir de peur de porter un coup aux relations entre Moscou et Ankara", explique-t-il.

Avec l'Iran, autre allié de M. Assad, la Turquie et la Russie ont mis sur pied un processus qui permet aux trois puissances de négocier l'évolution du dossier syrien.

De plus, les Kurdes ne sont pas en position de force face au régime syrien qui contrôle aujourd'hui environ 60% du pays et martèle régulièrement sa détermination à reconquérir l'intégralité du pays. "Toute solution ne se fera probablement pas selon les conditions des Kurdes, car ils ne disposent pas de leviers" de négociation, juge Samuel Ramani.

L'offensive d'Ankara sert les intérêts du régime, qui lorgne déjà les importants champs pétroliers tenus par les Kurdes dans l'Est. "Sur le plan stratégique, la Russie et le régime syrien sont ceux qui profiteront le plus de l'opération", estime le cabinet de conseil Eurasia. L'analyse d'Eurasia met en avant les "bénéfices immenses" pour le régime d'un accord avec les Kurdes qui "permettra à Bachar el-Assad de reprendre le contrôle de l'Est riche en ressources".



Lire aussi

Le syndrome kurde, l'édito de Issa GORAIEB

Offensive turque en Syrie : des gains potentiels, mais aussi des risques pour Ankara

La revanche turquele commentaire d'Anthony SAMRANI

Offensive turque en Syrie : le risque d'une grande évasion de jihadistes



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ENTRE LE CANCER ET LA GANGRENE ON CHOISIT LA GANGRENE NE FUT-CE QUE PAR ESPOIR DE SURVIE.

Chucri Abboud

DERNIÈRES NOUVELLES : Après un accord Damas/FDS, va-t-on vers un clash armée syrienne/armée turque? Alors que l'armée turque dit avoir le contrôle du centre de Ras al-Aïn et qu"elle avance sur l'autoroute internationale Hassaké-Alep, quitte à s'emparer de la banlieue nord de Hassaké, un accord a été trouvé entre l'État syrien et les Forces démocratiques syriennes (FDS) à Manbij. L'accord prévoit que l’armée syrienne prenne le contrôle de la ville, située à 30 km de la frontière turque. Selon l’agence de presse russe Sputnik, de grands renforts de l'armée syrienne ont été déployés dans la banlieue de Manbij, dans le nord-est d'Alep. Selon une source à Alep, l'armée syrienne aurait déployé une force importante dans la banlieue sud de la ville , alors que le gouvernement s'entretenait avec les FDS pour empêcher l'armée turque et ses alliés terroristes de prendre le contrôle de la ville.

Chucri Abboud

Suivez les conseils de Saint Vladimir Poutine ! Vous ne perdrez jamais , et son amitié est INDÉFECTIBLE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants