Liban

Une antilope nommée Liban

Les échos de l’agora
07/10/2019

Cent ans après la naissance du Grand Liban, cette entité semble réduite au statut d’une biche aux abois, proie de prédateurs redoutables, tant internes qu’externes. Et pourtant, à sa naissance, la petite créature paraissait comblée de tous les facteurs d’une santé vigoureuse. Séduisante et séductrice, la jeune République libanaise se pavanait, heureuse et souriante, au milieu de sa fratrie arabe dont les membres étaient envoûtés par les charmes de la belle insouciante. Hélas, c’était compter sans les redoutables prédateurs externes ainsi que les charognards internes. Métaphore oblige, l’image de la proie poursuivie par ses fauves prédateurs et guettée par ses charognards nécrophages s’applique parfaitement au Liban pour raconter son histoire durant Un siècle pour rien, comme le qualifie le titre de l’ouvrage écrit par Ghassan Tuéni, Gérard Khoury et Jean Lacouture.

Vraiment pour rien ? Les cent ans qui viennent de s’écouler sur la terre libanaise sont une illustration saisissante de la manière avec laquelle, dans le règne animal, les grands fauves prédateurs s’abattent sur leur proie pour se repaître de la fraîcheur de sa chair puis laissent la charogne au bon plaisir des nécrophages de toute sorte, petits et grands.

L’antilope Liban était belle, coquette, aguichante, allumeuse à souhait. Ses grands yeux de biche vous regardaient avec une désarmante innocence. Tels les gracieux impalas des plaines du Serengeti, le Liban avait l’insouciance des grands naïfs aveuglés par leur propre charme qui les rend, pensent-ils, indispensables au monde entier et que nul n’oserait se passer d’eux. Notre petite antilope se prenait en fait pour la cigale de monsieur de La Fontaine. Elle chantait, elle dansait, alors que le ciel au-dessus de sa tête grondait, que le vent se levait, que le cyclone tourbillonnait à l’horizon. Nombreux étaient les amis qui ne cessaient de la prévenir, de faire attention, de prévoir les difficultés du lendemain. Elle leur répondait invariablement par son sourire désarmant et un clin d’œil de son irrésistible regard coquin. Elle sautillait comme une ballerine devant les grands fauves, notamment les redoutables lionnes. Elle ne prenait aucune garde pour se rapprocher des lionceaux qui attendaient sagement derrière leur mère qu’elle leur donne à manger de la chair appétissante de l’antilope-ballerine.

La lionne la regardait faire, la fixait de son regard inexpressif mais tellement hypnotiseur. Soudain, elle s’élança. L’antilope ne comprit pas le comportement du fauve, elle croyait que le roi de la jungle voulait simplement l’accompagner dans sa danse. Hélas, le prédateur finit par la mettre à terre et l’étouffer de ce redoutable « baiser de la lionne » par lequel les lions, les tigres et les lynx mettent à mort leur repas au sang frais. Les grands fauves prédateurs n’aiment que la chair toute fraîche, contrairement aux charognards nécrophages qui se délectent uniquement des chairs putréfiées des cadavres. C’est pourquoi les vautours et les hyènes puantes attendent sagement leur tour pour achever de dépecer la carcasse abandonnée par le prédateur repu.

Mais l’histoire de notre antilope-cigale ne s’achève pas là. Elle se prolonge péniblement par le devenir de sa carcasse pourrie et putréfiée. Certes, elle a été mise à mort par un prédateur, elle a été dépecée par des charognards, mais son supplice n’est pas terminé. C’est l’heure maintenant de toute la vermine qui grouille en elle et qui va enfin pulluler au milieu de ces miasmes putrides. Ces créatures achèveront le travail de bas étage. Elles se saisiront de la moindre parcelle de pourriture. Leur festin de nécrophagie peut encore durer.

Telle est la fable malheureuse d’un siècle d’histoire du Liban, qui en est au stade de la carcasse livrée à sa propre vermine nécrophage. Les fauves et les charognards sont déjà rassasiés.



Dans la même rubrique

Un témoignage politique du christianisme ?

Censure ou le ré-enchantement du monde

Étranger et citoyen

Honneur bafoué du chrétien

Béchara Asmar : lynchage ordinaire

Un patriarche de fer à la main de velours

L’angoissante heure de vérité

Le Liban de la nouvelle Question d’Orient


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Le Liban ne pouvait pas trouver de force dans sa faiblesse.

Le liban ne pouvait survivre que par sa force et la force de sa résistance.

VIRAGE CONTRÔLÉ

On va couper ce récit en 2 tranches .

La partie où un illustre président disait que la force du Liban réside dans sa faiblesse .

Et l'autre partie qui dit que le Liban ne sera fort que de ses résistants aux prédateurs .

Les libanais chrétiens comme musulmans peu importe , décideront de vivre dans le Liban qu'ils auront choisi d'avoir .

Personnellement je le veux fort , et respecté par ses performances à ne plus se laisser marcher sur les pieds,que ceux qui le veulent faibles s'en aillent , le quittent à jamais .

Fussent ils chrétiens , fussent ils musulmans !

C- F- Commentaires @ Interprétations

...""Telle est la fable malheureuse d’un siècle d’histoire du Liban, qui en est au stade de la carcasse livrée à sa propre vermine nécrophage. Les fauves et les charognards sont déjà rassasiés.""

D’accord avec vous ! Blessé à mort, avec le risque permanent d’infecter ses vieilles blessures, comment le Liban peut-il se remettre ? Difficile à prévoir une convalescence, même prochaine ! Alors ma question :
De quoi les fables sont-elles le signe ? De l’autocensure ? NON ! De la langue de bois ? JAMAIS. Alors que valent toutes les analyses… et les diagnostiques… ? Si on est condamné ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EMBOITANT LE PAS A D,AUTRES JE DIS QU,EN PERDANT LA MAJORITE DE SON ELEMENT CHRETIEN LE LIBAN A PERDU SON AME ! UN CORPS SANS AME EST UN CORPS PERDU.

Tabet Ibrahim

Ceux qui parlent de la « théorie du grand remplacement » en France devraient voir ce qui est advenu du Liban. Que mes amis musulmans pardonnent ma franchise : depuis la fin de la prépondérance chrétienne causée par leur déclin démographique, le Liban n’est plus le Liban. Son visage est méconnaissable. Et la « Suisse du Moyen-Orient » est devenue un satellite de l’Iran.

Georges Airut

Fable très réaliste que n'aurait pas renié notre ami La Fontaine. Mais n'est-il pas déjà trop tard pour en tirer la leçon?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants