X

Liban

L’affaire Fakhoury met sur la sellette l’accord de Mar Mikhaël

Éclairage
20/09/2019

Entre le Courant patriotique libre et le Hezbollah, le feu couve sous la cendre depuis bien avant les élections législatives, lorsque le chef du CPL Gebran Bassil avait refusé de cautionner le choix de cheikh Hussein Zeaïter, candidat de son allié chiite au seul siège de cette communauté à Jbeil, et réussi à hisser à sa place son candidat, Moustapha Husseini. L’épisode des législatives à Jbeil était en quelque sorte la petite goutte de trop dans le verre déjà trop plein des tensions entre les deux partis chrétien et chiite, qui avaient signé un document d’entente en février 2006, couvrant tous les aspects de la vie politique locale, dans la perspective d’un dialogue futur élargi aux différentes parties politiques.

Ces tensions avaient commencé avec les critiques formulées par Gebran Bassil contre le Hezbollah dans une interview au mensuel Magazine en février 2018, lorsqu’il avait sans ambages annoncé que son parti n’était pas d’accord avec les choix stratégiques de son allié chiite, à qui il avait notamment reproché « des options qui n’étaient pas dans l’intérêt du Liban ». À l’époque, le parti de Hassan Nasrallah avait refusé de commenter les propos du chef du CPL, et des rencontres dites de franche explication avaient été organisées pour dissiper ces tensions qui devaient cependant ressurgir à la faveur du dossier des navires-centrales que le CPL voulait louer pour couvrir les besoins du Liban en courant électrique, mais suivant une procédure qui avait été vivement contestée par les Forces libanaises, le PSP et le Hezbollah. Il n’en demeure pas moins que ce dernier, tout en réaffirmant son attachement à son alliance stratégique avec le CPL, critiquait plusieurs aspects de la politique suivie par Gebran Bassil dans plusieurs domaines. Plus récemment, l’affaire du responsable de l’Armée du Liban-Sud (ALS), Amer Fakhoury, arrêté il y a quelques jours à son arrivée à Beyrouth, a ravivé les tensions entre les deux parties et mis sur la sellette, de l’avis de certaines personnalités souverainistes, le document d’entente de Mar Mikhaël dont une des clauses porte précisément sur le mode de règlement du dossier des personnes qui avaient collaboré avec Israël durant toute la période de l’occupation du Liban-Sud et qui s’étaient réfugiées dans ce pays après la libération de 2000.


(Lire aussi : Mandat d’arrêt à l’encontre de Amer Fakhoury)


Au sujet des Libanais en Israël, le document de Mar Mikhaël souligne explicitement que « la présence de tout Libanais dans son pays est préférable à son maintien chez l’ennemi » et estime qu’une solution à ce problème « requiert une action rapide destinée à assurer leur retour au pays, mais en tenant compte des circonstances politiques, sécuritaires et économiques liées à ce sujet ». Le Hezbollah et le CPL avaient lancé un appel aux Libanais installés en Israël pour qu’ils « regagnent rapidement » le Liban.

Or, les circonstances dans lesquelles Amer Fakhoury a regagné le pays, estimant que les crimes pour lesquels il avait été jugé par contumace en 1996 tombaient sous le coup de la prescription, soulèvent de nombreuses interrogations, souligne-t-on dans les milieux souverainistes. Non seulement parce que son arrestation, immédiatement à son arrivée à l’aéroport de Beyrouth, et les poursuites engagées par la suite contre lui vont à l’encontre de ce qui avait été convenu dans le document d’entente de Mar Mikhaël, mais aussi parce que la procédure judiciaire déclenchée s’est accompagnée d’une campagne politique qui s’est d’abord exprimée par les critiques adressées par Aïn el-Tiné à l’ambassade du Liban à Washington, après la circulation sur les réseaux sociaux de photos montrant Amer Fakhoury à l’ambassade du Liban à Washington, puis aux côtés du commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun. Dans ces milieux, on place le dossier de Fakhoury dans le cadre des tiraillements sous-jacents entre le CPL et le Hezbollah, d’autant que cet ancien cadre de l’ALS serait rentré au Liban en étant certain de la couverture que les relations stratégiques entre les deux partis chrétien et chiite pouvait lui assurer. Ce qui n’a pas été le cas.

D’où toutes les interrogations qui sont aussi soulevées. Quelle est la partie qui a encouragé Fakhoury à rentrer au Liban et lui a fourni des garanties de sécurité ? Qui a divulgué sa fonction, puisque son nom avait été biffé de la liste du mandat de recherche 303 portant le nom de tous les collaborateurs d’Israël recherchés par la justice? Qui a dévoilé sa photo avec le général Joseph Aoun ? Certains attribuent cette manœuvre à Gebran Bassil, avec pour finalité une volonté de brûler les éventuelles chances du commandant en chef de l’armée d’accéder à Baabda. Les analyses connexes abondent, mais selon un homme politique proche du 14 Mars, le Hezbollah aurait très bien pu profiter lui-même du retour de Amer Fakhoury pour faire d’une pierre deux coups. Il a pu utiliser ce dossier contre le commandement de l’armée, puisque c’est un officier supérieur qui a accueilli le cadre de l’ALS à l’aéroport, mais aussi contre les aounistes soupçonnés d’avoir orchestré le retour de l’ancien responsable de la prison de Khiam et d’avoir distribué sa photo aux côtés du général Joseph Aoun.

Devant sa base, le Hezbollah montre ainsi qu’il n’est pas question pour lui de faire des concessions sur les affaires de collaboration. Politiquement, il coupe l’herbe sous le pied au CPL qui se pose en défenseur des droits des chrétiens et qui, en perte de vitesse au Liban-Sud dit-on, aurait pu profiter du dossier du retour des Libanais qui avaient collaboré avec Israël afin de faire mousser sa popularité dans cette partie du pays. Si cela s’avère, c’est un véritable croc-en-jambe, mettant bien à mal le document d’entente de Mar Mikhaël, que le Hezbollah aura fait à Gebran Bassil.


Lire aussi 

Neurones assoupis, le billet de Gaby NASR

L’affaire Amer Fakhoury, nouvelle pomme de discorde entre le CPL et le tandem chiite ?

Vie et mort de l’Armée du Liban-Sud

Sur quels crimes le procès de Amer Fakhoury pourrait-il se fonder ?

Amer Fakhoury : une énigme à plusieurs inconnues

D’anciens détenus de Khiam réclament la peine de mort pour Amer Fakhoury

« C’est Amer Fakhoury qui orchestrait les séances de torture » à la prison de Khiam

Seize ans après le retrait israélien, des villages attendent toujours leurs bien-aimés


Pour mémoire

Actes d'accusation contre 14 Libanais ayant obtenu la nationalité israélienne

Décès à Paris d'Antoine Lahd, ancien chef de l'ALS

Arzé Saad Haddad, une Libanaise qui perfectionne les missiles israéliens

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Si c'était moi jene rentrerai pas au Liban tant qu'il y a le Hezbollah

Honneur et Patrie

les crocs-en-jambe de part et d'autre est un signe de démocratie quant à l'interdiction aux femmes et aux filles d'assister aux matchs de football, cela est un signe de médiocratie. Dans la Grèce antique les sportifs des deux sexes exerçaient leurs talents sur les stades publics nus comme Adam et Eve.

LA VERITE

Les chretiens du liban qui ont survecu aux assauts des palestiniens en 1975/1982 doivent leur survie a Bachir Gemayel qui a su obtenir d'Israel et des Etats Unis l'aide necessaire a chasser Arafat et ses milices du Liban qu'on le veuille ou non

Israel avait certainement ses raisons d'envahir le Liban en 1982 et l'armee du Sud de faire alliance avec Israel pour survivre

PERSONNE N'EST UN TRAITRE QUAND IL ESSAIE DE SAUVER SON PAYS DES ETRANGERS QUI VEULENT LE TUER QUELQUE SOIT SES ALLIANCES . Y a t il un Libanais qui aurait prefere que les palestiniens massacrent tous les Chretiens du Sud comme ils l'ont fait a Dammour?

CESSONS CETTE FARCE UNE FOIS POUR TOUTE
DES EXACTIONS ONT ETE COMMISES DE TOUTES PARTS ET L'AMNISTIE DOIT ETRE GENERAL SUR CE PASSE DOULOUREUX

LES CHRETIENS ET LES MUSULMANS CHIITES ET SUNNITES ET LES DRUZES SONT AMENES A VIVRE ENSEMBLE AU LIBAN

TOURNONS LA PAGE DU PASSE SINON ON REVEILLERA D'AUTRES DEMONS QUI SONT ENCORE PLUS TERRIBLE QUE CE QU'A FAIT CET INDIVIDU EN PARTICULIER LES MILLIERS DE LIBANAIS ENLEVES A LEURS FAMILLES ET QUI SONT SOIT MORTS SANS RETOUR DE LEUR CORPS SOIT QUI CROUPISSENT ENCORE DANS LES GEOLES SYRIENNES ALORS QUE L'AMI DE BACHAR MR HN NE FAIT RIEN POUR LES LIBERER

QUI SONT LES VRAIS DEMONS DANS CES CAS :

TOUS SANS HESITATION DONC POURSUITES DE TOUS SANS EXCEPTION OU AMNISTIE TOTALE POUR TOUS SANS EXCEPTION

Atalante fugitive

Des fous aux regards de fous.....

BOSS QUI BOSSE

Entre temps le boucher de KHIAM a été inculpé malgré l'intervention de l'ambassade des usa au Liban (tiens une intervention qui ne soulève aucune réaction )?????? Et le peuple du Liban nouveau et indépendant des ingerences du passe , attend des sanctions EXEMPLAIRES contre ce bourreau et toutes ses complicités.

Prescription ou pas prescription .

ALLEZ jouer avec des enfants , les enfants .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES COUPS BAS DE PART ET D,AUTRE !

Irene Said

Cet accord qui devait permettre l'accès, entre autres, du président au fauteuil de Baabda aurait du être dénoncé par ce dernier depuis longtemps !
Mais il n'en a plus ni la force ni le courage !

Et notre pays et son peuple en payent les conséquences néfastes chaque jour !
Irène Saïd


Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants