X

Liban

Vie et mort de l’Armée du Liban-Sud

Repère
Fondée par Saad Haddad et des dissidents de l’armée libanaise, la milice pro-israélienne, dirigée à partir de 1984 par Antoine Lahd, a été active jusqu’au retrait du Liban-Sud de l’armée israélienne en 2000.


18/09/2019

La vague d’indignation suscitée par le retour au Liban, la semaine dernière, de l’ancien responsable militaire de l’Armée du Liban-Sud (ALS), Amer Fakhoury, contre lequel le tribunal militaire a émis hier un mandat d’arrêt, jette de nouveau la lumière sur cette milice libanaise supplétive d’Israël, née au début de la guerre civile et restée active jusqu’au retrait de l’armée israélienne en 2000.

Créée par des dissidents de l’armée libanaise, cette force, composée à son apogée de 5 000 hommes, a tour à tour combattu les fedayins palestiniens et le Hezbollah avec le soutien militaire d’Israël, avant de se déliter au fil des ans. Considérés comme des traîtres, ses membres, en grande partie, ont fui le Liban et trouvé refuge en Israël.


Dissidence au sein de la troupe
Dès l’éclatement de la guerre civile en 1975 entre les milices chrétiennes des Kataëb, des Marada et du Parti national libéral, réunies sous la bannière du Front libanais, et les Palestino-progressistes menés par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), l’armée libanaise se retrouve prise entre deux feux. Et finit par se disloquer.

Deux mois après la dissidence, en janvier 1976, du lieutenant sunnite pro-palestinien Ahmad el-Khatib, qui crée l’Armée du Liban arabe (ALA), 200 officiers chrétiens regroupés autour du commandant Antoine Barakat ripostent en créant, en mars, l’Armée de libération libanaise. Le major grec-catholique Saad Haddad, qui dirige un bataillon de 700 hommes postés dans la caserne de Marjeyoun (Liban-Sud), le rejoint.

En octobre, les milices chrétiennes et les hommes de Haddad, qui coordonnent leurs actions avec Israël, étendent leur contrôle sur la zone frontalière. L’Armée de défense du Liban-Sud est créée, sous la supervision d’Israël. Ce dernier soutient ce groupe puisqu’il combat les fedayins palestiniens qui ont installé au Liban-Sud un « Fatehland » le menaçant. Les autorités israéliennes inscrivent cette collaboration dans une politique dite « de la bonne frontière ». Les forces de Haddad ne contrôlent alors que deux enclaves : entre Rmeich et le littoral, ainsi qu’entre Marjeyoun et les premiers contreforts de la Galilée.


Saad Haddad interviewé par l'Orient-Le Jour. Photo parue dans l'OLJ le 13 octobre 1983.



« État du Liban libre »
Dans la nuit du 14 au 15 mars 1978, l’armée israélienne lance l’opération « Litani ». Ses forces envahissent le territoire libanais sur une profondeur d’environ 40 km, jusqu’au fleuve Litani, au prix de massacres dans certaines localités de la région. L’objectif est de repousser les combattants palestiniens et de constituer une « ceinture de sécurité » frontalière reliant les enclaves favorables à Israël.

À la faveur de la résolution 425 du Conseil de sécurité de l’ONU, la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) prend position dans la zone frontalière, et l’armée israélienne se retire des secteurs occupés en plusieurs phases jusqu’en juin, tout en cédant une portion de ces territoires aux forces de Saad Haddad.

En avril 1979, Haddad proclame la création de l’« État du Liban libre » dans les zones qu’il contrôle. Il le fait depuis la localité israélienne de Metulla, adossée à la frontière avec le Liban. L’officier, qui a fait défection, est rayé des cadres de l’armée. Il est accusé de rébellion, de haute trahison et de collaboration avec l’ennemi.

L’armée israélienne fournit alors encadrement et logistique à Saad Haddad et à ses 2 000 miliciens. En mai 1980, Haddad rebaptise sa milice « Armée du Liban-Sud » (ALS). Elle est majoritairement composée de chrétiens, mais aussi de chiites et de druzes originaires du Liban-Sud.


Saad Haddad (au 1er plan, 3ème à partir de la gauche), avec des soldats de la Finul, à la caserne de Marjeyoun. Photo OLJ parue le 20 janvier 1980.


Lahd succède à Haddad
En juin 1982, Israël lance l’opération « Paix en Galilée » et envahit à nouveau le Liban pour détruire l’infrastructure de l’OLP. Les miliciens de l’ALS accompagnent l’armée israélienne dans sa percée jusqu’à Beyrouth. Les mois suivants, la santé de Saad Haddad se détériore. Il meurt le 15 janvier 1984 dans son village natal de Marjeyoun des suites d’un cancer, à l’âge de 47 ans.

Le Premier ministre israélien de l’époque, Yitzhak Shamir, le décrira alors comme « un grand Libanais et un vrai ami et allié d’Israël ».



Le ministre israélien Ariel Sharon (2e à gauche), devant le cercueil de Saad Haddad, le 16 janvier 1984. Photo AP parue dans l'OLJ


Antoine Lahd, ancien général de l’armée libanaise qui a également fait défection, prend la succession de Saad Haddad.


Le général Antoine Lahd, prenant ses fonctions à la tête de l'Armée du Liban-Sud, en avril 1984. Photo AP parue dans l'OLJ


Originaire de Kfar Atra, au Liban-Sud, il assiste au repli de l’armée israélienne qui s’achève en juin 1985.


Antoine Lahd (2ème à partir de la gauche), s'entretenant avec le Premier ministre israélien Yitzhak Shamir, le 19 juillet 1985. Photo d'archives AFP


Le retrait de 2000
L’ALS, qui a rêvé d’un État libanais allié d’Israël, avait commencé à déchanter après le premier retrait de l’armée israélienne, puis avec l’assassinat, le 14 septembre 1982, du leader des FL Bachir Gemayel. Élu président trois semaines plus tôt au moment de l’intervention militaire israélienne, ce dernier était favorable à une paix avec l’État hébreu.

Après le repli de 1985, l’ALS continue de perdre de sa superbe. Des cas de torture sont rapportés dans la prison de Khiam, ouverte cette même année. Israël en rejette toute responsabilité et met en cause sa milice supplétive et elle seule. Selon des ex-détenus dans cette prison, ces tortures étaient orchestrées par Amer Fakhoury, surnommé le « boucher de Khiam ». L’ALS vit également un bouleversement communautaire en son sein. Progressivement, les chiites, dont certains se laissent séduire par les salaires proposés au sein de la milice, dans un contexte économique difficile, deviennent majoritaires.

C’est dans ce contexte qu’en 1988, Antoine Lahd échappe à un attentat perpétré par une jeune militante du Parti communiste libanais de 21 ans, Souha Béchara.


Le Premier ministre israélien Shimon Peres, s'entretenant avec Antoine Lahd, à Marjeyoun, le 4 septembre 1986


Dans les années 1990, le Hezbollah et les services de renseignements libanais infiltrent et affaiblissent la milice. Les effectifs diminuent de moitié en 10 ans. Le moral baisse. Quand, en juillet 1999, Ehud Barak prend la tête du gouvernement israélien, il s’engage à retirer ses troupes du Liban.

Sous les coups de boutoir du Hezbollah, l’ALS se retire progressivement des localités qu’elle a contrôlées pendant 20 ans. Les désertions se multiplient au sein de la milice. Avec le retrait israélien du Liban-Sud, en mai 2000, l’ALS finit de s’effondrer.

Craignant des représailles de la part de l’État libanais et du Hezbollah, les membres de l’ALS fuient, en majorité, pour Israël avec leurs familles. Certains se rendent à l’armée libanaise et au parti chiite qui fait déboulonner, le 24 mai 2000, la statue de Saad Haddad érigée à Marjeyoun.

Antoine Lahd, lui, quitte le Liban pour la France en 2000, avant de s’installer à Tel-Aviv où il ouvre un restaurant. Parallèlement, il multiplie les démarches auprès du gouvernement libanais pour obtenir une amnistie pour ses hommes, ainsi qu’à l’étranger pour qu’on accorde l’asile politique aux anciens membres de l’ALS. Il décède d’une crise cardiaque le 10 septembre 2015, à Paris.


Le sort des Libanais en Israël
Environ 7 500 Libanais, dont certains sont accusés de collaboration avec l’État hébreu pour avoir combattu dans les rangs de l’ALS ou pour avoir travaillé de l’autre côté de la frontière, vivent aujourd’hui en Israël.

En 2011, le Parlement libanais a adopté une loi proposée par le Courant patriotique libre et soutenue par les Forces libanaises et les Kataëb pour régulariser la situation de ces Libanais. Cette loi prévoit un retour sécurisé pour tous ceux qui n’ont pas eu un rôle actif au sein de l’ALS, principalement les femmes et les enfants, et un procès équitable pour ceux qui sont considérés comme des collaborateurs. Mais les décrets d’application n’ont jamais vu le jour, notamment en raison de l’opposition du Hezbollah, en dépit de son entente avec le CPL en 2006, qui prévoit la possibilité pour les deux parties de convenir d’une solution pour ces exilés.

Le cas de Amer Fakhoury, condamné par contumace à 15 ans de prison pour collaboration avec Israël en 1996, pose la question de la prescription des crimes commis par d’ex-membres de l’ALS. Selon un spécialiste interrogé par L’Orient-Le Jour, le code de procédure pénale édicte un délai de prescription équivalant au double du nombre d’années de condamnation, à compter du jour du prononcé du jugement, à condition toutefois que ce délai ne dépasse pas 20 ans.



Pour mémoire
Seize ans après le retrait israélien, des villages attendent toujours leurs bien-aimés

Et ces Libanais que nous avons oubliés en Israël ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Je ne connaissais pas cette histoire du Liban , j'apprends . J'ai une amie qui ne peut pas voir les palestiniens et les syriens . Je me souviens quand je suis venus au Liban en 1991 c'était le soir et je prends un taxi de Hamra pour aller chez moi à Achrafieh un soldat syrien arrete la voiture le chauffeur me dit de ne pas parler l'arabe car il pouvait m'enlever j'étais abassourdie.

de Tinguy Corinne

Que pensez-vous de la torture d'Etat en Iran ?
Voici l'exemple de l'avocate Nasrin Sotoudeh, célèbre militante des droits humains et détentrice du Prix Sakharov, qui a été condamnée à 38 années d'emprisonnement et à 148 COUPS DE FOuET par la justice iranienne pour avoir défendu des femmes non voilées et fait son travail d'avocate !!

de Tinguy Corinne

Les torturés des prisons syriennes ne sont pas nombreux à pouvoir manifester contre les bouchers de Damas, contrairement à ceux de Khiam, apparemment !
Comment croire les ""pro-" Iraniens (terme politiquement correct) quand on connaît l'état des prisons iraniennes, même et surtout pour les Iraniens, et quand on voit qu'ils ne respectent jamais leurs engagements, puisqu'ils avaient signé un accord avec le CPL concernant le retour des "pro"-Israéliens !
En outre, il faut respecter la justice et les lois libanaises, ainsi que la prescription.
Le droit est la base de toute démocratie, et non le lynchage de la masse.

Bery tus

Élu président trois semaines plus tôt au moment de l’intervention militaire israélienne, ce dernier était favorable à une paix avec l’État hébreu.

DESOLE ET MILLE FOIS DESOLE MR ABI RAMIA … BACHIR NE FUT PAS ELU EN LA FAVEUR DE L'ASSAUT DE BEYROUTH PAR LES ISRAELIEN COMME VOTRE PHRASE LAISSE ENTENDRE …

DE 2 NON BACHIR NE VOULAIT PAS FAIRE LA PAIX AVEC LES ISRAELIEN MEME SI CERTAIN LE DISE AVEC CONVICTION .. CAR QUAND LE SUJET LUI A ETE DIVULGUER SUR UN BATEAU EN PREMIER LIEU IL LUI A ETE SIGNIFIER QU'EN CONTRE PARTI ISRAEL L'AIDERAIS EFFECTIVEMENT A ATTEINDRE LA PRESIDENCE BACHIR A REPONDU PAS SANS LE CONSENTEMENT DE NOS FRERES MUSULMANS !!!

et ca, ca vient de source sure

Honneur et Patrie

Le lieutenant sunnite pro-palestinien Ahmed el-Khatib créa l'Armée du Liban arabe afin d'aider les Palestiniens à s'emparer de l'Etat libanais à la place de leur Palestine qu'ils avaient vendue en pièces détachées aux Israélien et ce, depuis 1890.
Tandis que Saad Haddad créa l'Armée de défense du Liban-Sud pour interdire aux Palestiniens de transformer le Fatehland qui leur a été servie par l'Accord du Caire de Charles Hélou pour en faire une New-Palestine.
Quand à moi, pour paraphraser Winston Churchill, je suis prêt à collaborer avec le diable pour le salut de mon pays.

Amère Ri(s)que et péril.

Bandes de généraux félons.

LA VERITE


Créée par des dissidents de l’armée libanaise, cette force, composée à son apogée de 5 000 hommes, a tour à tour combattu les fedayins palestiniens et le Hezbollah

Considérés comme des traîtres,

qui est traitre quand les palestiniens voulaient prendre Jounieh pour arriver a Jerusalem? et HB se joins aux palestiniens

Dès l’éclatement de la guerre civile en 1975 entre les milices chrétiennes des Kataëb, des Marada et du Parti national libéral, réunies sous la bannière du Front libanais, et les Palestino-progressistes menés par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), l’armée libanaise se retrouve prise entre deux feux. Et finit par se disloquer.

L'ARMEE SE DISLOQUE A CAUSE DES PALESTINIENS ET LES MEMBRES DE L'ARMEE QUI VEULENT SAUVER LEUR REGION DEVIENNENT DES TRAITRES?
Deux mois après la dissidence, en janvier 1976, du lieutenant sunnite pro-palestinien Ahmad el-Khatib, qui crée l’Armée du Liban arabe (ALA),
AHMAD EL KHATIB EST LUI AUSSI DONC UN TRAITRE CAR IL A
CHOISI LES PALESTINIENS AU LIEU DU LIBAN
Independament de toute cette periode bien malheureuse de l 'histoire du Liban c'est evident que les tortures qui ont eu lieu sont horribles mais comme sont horribles toutes les axactions commises dans ce pays durant toutes ces annees de guerre
UNE AMNISTIE EST TOTALE OU N'EST PAS
DEJA ON NE PUNI PAS LES ASSASSINS ET LES TENTATIVES D'ASSASSINAT SUR PLUS DE 20 PERSONALITES DU MEME BORD DURANT L'OCCUPATION SYRIENNE
ARRETEZ CE CIRQUE CELA SUFFIT

Sissi zayyat

Lorsqu'on défend son pays contre une invasion étrangère, palestino-syro-irano etc... On est traitre, et quand on enfonce un pays depuis des décennies -en tuant ses leaders politiques patriotiques- dans des guerres qui n'ont de but que de sauver un autre pays on est résistant. La TORTURE n'a pas eu lieu que dans les prisons de Khiam.
Elle a lieu tous les jours sur le sol libanais et des millions de libanais en font les frais depuis très très longtemps. Pas d'eau, pas d'électricité, pas de travail. Bientôt plus de soleil puisque le tchador arrive à grand pas.

Ces militaires n'avaient de choix que celui de s'allier avec un pays qui avait le même but qu'eux. Préserver leur pays des barbares qui mènacaient de tout détruire sur leur passage dans un seul but: pour les uns, remplacer leur pays par un autre, et les autres arracher le pouvoir aux chrétiens.

Lorsqu'on est au pied du mur on s'allie avec le diable pour échapper aux flammes de l'enfer.

Alors pour que justice soit faite, condamnons TOUS les TRAITRES qui collaborent avec TOUS les pays étrangers pour seul but faire le coq sur leur poulailler. Car malheureusement ce pays est devenu un grand poulailler pire encore une étable dont la chair de quelques uns n'est pas bonne à la consommation.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CETTE ARMEE ETAIT NEE DES EXACTIONS COMMISES AU LIBAN PAR LES PALESTINIENS D,ARAFAT.

Yves Prevost

Le retour des exilés en Israël figure expressément dans l'accord de Mar Mkhayel. Encore un exemple de promesse non tenues par Nasrallah.

C- F- Contributions et Interprétations

Vous écrivez : ""Deux mois après la dissidence, en janvier 1976, du lieutenant sunnite pro-palestinien Ahmad el-Khatib, qui crée l’Armée du Liban arabe (ALA), 200 officiers chrétiens regroupés autour du commandant Antoine Barakat ripostent en créant, en mars, l’Armée de libération libanaise. Le major grec-catholique Saad Haddad, qui dirige un bataillon de 700 hommes postés dans la caserne de Marjeyoun (Liban-Sud), le rejoint.""


La rubrique s’appelle désormais ""RÈPERE"", et non plus ""RETOUR SUR L’HISTOIRE"" !
Nous sommes en janvier 1976 !!!! Vous faites bien de mentionner la confession des officiers, quand l’un est sunnite pro-palestinien, n’était-il par hasard pro-syrien ? L’autre n’est que grec-catholique rejoint un maronite (?) et agissaient par pur patriotisme ? N’étaient-ils pro quelque chose. On ne parle jamais des indemnités et des salaires. Qui payaient tous ces militaires ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants