X

Liban

Le débat s’envenime à l’approche de la saturation de la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé

La décharge qui dessert une grande partie du Mont-Liban et la moitié de Beyrouth arrive au maximum de sa capacité à la fin du mois, et les solutions préconisées par le ministère de l’Environnement sont loin de faire l’unanimité.


15/08/2019

Dire que la crise des déchets refait surface serait un euphémisme : si, pour les observateurs les plus avertis, elle n’a jamais cessé d’être, elle risque de prendre une forme plus explicite d’ici à la fin du mois, date de plusieurs échéances, notamment la saturation de la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé, ou encore l’expiration du délai « accordé » par les municipalités de la banlieue sud de Beyrouth avant de fermer à nouveau l’accès de l’autre décharge, celle de Costa Brava, aux déchets d’autres régions. La fermeture prochaine de Bourj Hammoud-Jdeidé a provoqué dernièrement des réactions de nombre de députés du Metn, notamment le député Élias Hankache (bloc Kataëb), qui annonce la couleur avec son refus des différentes solutions préconisées par le ministère de l’Environnement et discutées au sein de la commission ministérielle chargée de ce dossier.

Les principales solutions avancées pour prolonger la vie de cette décharge côtière sont l’entassement des ordures en hauteur, avec une élévation d’un mètre, ce qui permettrait de gagner quelques mois ou alors la construction d’une nouvelle cellule. Des solutions nettement contestées par le député Hankache dans une virulente déclaration dans laquelle il met en garde le ministre de l’Environnement Fady Jreissati contre « un prolongement du massacre écologique dans ce qu’on appelle la décharge de Bourj Hammoud-Jdeidé, que ce soit à travers son agrandissement, ou son élévation, ou la création d’une nouvelle cellule parce que la population du Metn a assez souffert de cette crise ». « À l’instar de ce que nous avons fait en 2015, nous ferons face à ce projet parce que la santé des gens est plus importante que tout », a-t-il ajouté, en référence à la fermeture de la décharge au moyen de sit-in par le parti Kataëb, qui protestait alors contre le fait qu’on y enfouissait des déchets non triés.

Un autre parti proéminent au Metn, notamment à Bourj Hammoud même, le Tachnag, avait donné son accord pour l’établissement de cette décharge. Pourtant, son secrétaire général Hagop Pakradounian a récemment affirmé son refus de son agrandissement, particulièrement dans sa composante située sur le littoral de Bourj Hammoud. Hagop Terzian, député Tachnag de Beyrouth, explique à L’Orient-Le Jour que « l’acceptation de cette décharge était mue par la volonté de voir disparaître l’ancien dépotoir (qui a été réhabilité dans le cadre de ce même projet), mais la population de cette région a assez supporté le poids du dossier des déchets ». « De plus, poursuit-il, si nous avons milité pour la réhabilitation de cette montagne de déchets, ce n’est pas pour la voir se reconstituer par l’entassement des ordures aujourd’hui! Dans le cas de Bourj Hammoud, la question est tranchée, et si la municipalité de Jdeidé veut s’opposer à cela, nous serons à ses côtés ».



(Lire aussi : Le courant du Futur, par solidarité avec les habitants, s’oppose à la décharge de Terbol)



Des promesses non tenues

M. Jreissati a abordé le sujet hier au cours d’une conférence de presse, soulignant que la question n’a pas encore été tranchée. « Tout le monde se pose des questions sur Bourj Hammoud-Jdeidé et Costa Brava, a-t-il déclaré. L’État avait fait des promesses en 2016 qu’il n’a pas tenues. Je comprends l’opposition exprimée par les députés du Metn parce que le gouvernement n’a pas assumé ses responsabilités en temps dû. Je l’ai dit aux députés Ibrahim Kanaan, Élias Bou Saab et Eddy Maalouf (du même Courant patriotique libre que lui) : leur condition était qu’ils n’accepteraient aucun agrandissement de la décharge tant que l’État n’a pas rempli tous ses devoirs. Je l’ai répété aux députés Kataëb. Aujourd’hui, il est possible de faire de l’opposition, mais il faut présenter une alternative. » Dans l’absolu, le ministre de l’Environnement fait valoir que la feuille de route sur la gestion des déchets qu’il a présentée au gouvernement n’a toujours pas été adoptée et qu’elle devrait mettre fin au « chaos ». Cette feuille de route, rappelons-le, propose l’établissement de décharges et de centres de tri et de traitement dans les différentes régions, avec, à plus long terme, la construction d’incinérateurs envisagée après études d’impact environnemental.



(Lire aussi : Crise des déchets au Liban-Nord : le gouvernement "traîne les pieds", dénonce HRW)



M. Jreissati, qui s’est déclaré « ouvert à toutes les solutions », s’est appesanti sur une proposition du parti Kataëb, présentée par son président, le député Samy Gemayel, sur l’enfouissement des déchets dans la chaîne de l’Anti-Liban. Il affirme avoir essayé de convaincre le village de Majdel Anjar, sans succès. Concernant le village de Ersal également évoqué par M. Gemayel, il fait valoir que l’accord de la communauté n’est pas garanti et que le trajet de trois heures est fastidieux pour les camions.

M. Hankache, qui était injoignable hier, avait déjà répondu de manière acerbe à la question des solutions. « Nous nous sommes réunis plusieurs fois avec le ministre et avons présenté des approches et des solutions, et manifesté notre ouverture pour tout ce qui n’impliquerait pas l’agrandissement ou l’entassement des déchets dans la décharge, a-t-il souligné. Il faut rappeler son rôle au responsable exécutif, c’est à lui de trouver des solutions, pas se contenter de décrire le problème comme s’il était une agence d’information ou un simple prestataire de services. »

Pour sa part, Hagop Terzian rappelle à L’OLJ avoir proposé depuis février des mesures à prendre pour réduire le volume des déchets : effectuer une campagne de sensibilisation sur le tri à la source, obliger les sociétés de ramassage à ôter les bennes de la rue et à en ajouter d’autres sous les immeubles pour faciliter le tri, enfin augmenter la capacité des centres de tri et de compostage. Et pour ce qui est d’un site de décharge alternatif, M. Terzian suggère l’acquisition d’un terrain de carrière dégradé afin de l’aménager pour l’enfouissement de déchets.



Lire aussi
Jreissati : Pas de solution à la crise des déchets sans tri à la source

Jreissati demande à Itani d’initier le tri à la source à Beyrouth

Les habitants de Sir al-Gharbiyé dénoncent l’incinération sauvage des déchets dans leur village

Les ordures ménagères du Kesrouan bientôt traitées à l’usine de Ghosta

Une experte évalue l’ampleur des dégâts causés par les déchets dans le Akkar

Le ministre de l’Environnement promet des mesures « courageuses »




À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SABBAGH IMAD

L' article dit a juste titre :mais il faut présenter une alternative. » Dans l’absolu, le ministre de l’Environnement fait valoir que la feuille de route sur la gestion des déchets qu’il a présentée au gouvernement n’a toujours pas été adoptée et qu’elle devrait mettre fin au « chaos ». Cette feuille de route, rappelons-le, propose l’établissement de décharges et de centres de tri et de traitement dans les différentes régions, avec, à plus long terme, la construction d’incinérateurs envisagée après études d’impact environnemental.

Le ministre est parfaitement au courant du dossier et il a étudié la situation et propose le tri sélectif , le recyclage .
Par contre, l'enfouissement c'est comme le traitement d'un abcès par un pansement , ça cache mais ne guérit pas.....les sacs en plastique , les métaux et autres déchets non organiques mettrons des années pour disparaitre même enfuis !!!! maintenant aux ministres (TOUS) d'approuver son projet et de L'AIDER .....on ne peut PAS demander des comptes au ministre sans participer TOUS à une solution scientifiquement et mondialement approuvé (la gestion des déchets est une science et non pas une improvisation), parce qu’il en va DE LA SANTÉ DE TOUS.

Sarkis Serge Tateossian

Il est grand temps que ces dossiers devenus éternels (on revient à la divinité) Déchets, électricité, eau, santé, ...) soient résolus.

On n'est pas plus bête que les pays du tiers monde ou en voie de développement pour ne pas être en mesure de construire nos infrastructures.
C'est un minimum qu'est demandé à nos dirigeants.

Ziad Gabriel Habib

question à OLJ,
Pardon pour mon ignorance, le drapeau à gauche du ministre, à côté du drapeau Libanais, c'est quoi?

Irene Said

"...propose l'établissement de décharges et de centres de tri et de traitement dans les différentes régions, avec, à plus long terme, la construction d'incinérateurs après études d'impact environnemental..."

Les solutions les plus efficaces !

A condition de bien les étudier, et une fois décidées, de les imposer, un point c'est tout !
Sans vouloir ménager toutes les chèvres et tous les choux qui manifestent constamment contre toutes les propositions.
Dans notre société, il y aura toujours quelqu'un qui se laissera influencer pour s'opposer...pour faire plaisir à tel ou tel gros bonnet de la société, et dont le dernier des soucis est l'environnement et la santé des habitants de sa région...on le constate depuis 2015

Irène Saïd







Ziad Gabriel Habib

Quatre ans après 2015, nous y voilà, ici et là-bas. C'est triste. Pourtant, on voudrait encore y croire. Mais non, l'éponge est jetée. Malgré toutes les bonnes volontés et les propositions de la société civile, d'ici et de là-bas, l'Homo-politicus Libanus reste fidèle à lui même, soit irresponsable, soit lâche, soit incompétent.
Mais un seul attribut suffit pour mener à la catastrophe libanaise, et pas seulement environnementale. Nous sommes tous Homo-detritus, mais il y a ceux qui nettoient derrière eux et ceux qui boivent le champagne en fermant les yeux au milieu des ordures avec pince-nez et boulquies. Les vraies ordures, ce sont ces derniers.

Homsy Christian

Et pourquoi pas, en attendant de changer les habitudes de nos concitoyens, procéder à une valorisation des déchets en les triant pour en extraire ceux qui sont recyclables, et exportant ceux ci vers des usines de recyclage, et transformant les déchets organiques en bio fuel ou en compost. Ça créerait de l’emploi pour les réfugiés sur notre sol ou pour nos fonctionnaires en manque de travail! Et ça peut même générer de substantielles commissions pour nos ministres!

Gros Gnon

Vous vous trompez de priorité.
Il faut viser plus haut.
Le triage à la source, et l’organisation du ramassage des déchets en conséquence: bennes séparées pour le verre, les plastiques, les papiers, les métaux, les matières organiques, et le reste (piles).
Une campagne massive pour responsabiliser les citoyens: après tout ce sont nous qui générons tous ces déchets, nous en sommes donc responsables!
Instaurer des taxes sur les bouteilles plastiques, les canettes en alu, remboursées lorsqu’on ramène les vides (comme à l’époque les bouteilles en verre).
Encourager le compostage à domicile, surtout en milieu rural/montagnard.
Le véritable problème est le manque de civisme. C’est à dire lorsque le bien de la communauté passe avant le sien. On en est loin dans ce pays. Très loin. Et pourtant en surface nous somme le peuple le plus convivial du monde. C’est juste parce qu’on aime les compliments...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CA FAIT PLUSIEURS ANNEES QU,ON VIT AVEC LA CRISE DES DECHETS SANS Y AVOIR DONNE UNE SOLUTION. LE PAYS EST DEVENU UN GIGANTESQUE DEPOTOIR. POURRITURES LES DECHETS... POURRITURES ET NOS ABRUTIS ! ET LE PEUPLE EN SOUFFRE DANS SA SANTE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La visite du ministre des AE turc à Beyrouth, un timing sensible

Un peu plus de Médéa AZOURI

Les ami(e)s de mes ami(e)s

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants